Accueil > Chroniques > Nanars à main armée > Espionnage > Bactron 317

Bactron 317

  • Titre original : Bactron 317
  • Réalisateur : Jean-Claude Strömme & Bruno Zincone
  • Année : 1979
  • Pays : France
  • Genre : Seveso 2 (Catégorie : Espionnage)
  • Durée : 1h24
  • Acteurs principaux : Ajita Wilson, Sacha Davidof, Erna Schurer, Francis Lax, Jacques Ferrière
Note :
2
Barracuda
Barracuda

Chronique



Bactron 317 est une oeuvre unique. Un film porno qui a oublié de tourner ses scènes de cul, recyclé en film d’espionnage grotesque lui-même déguisé en comédie navrante et porté par une star transgenre du X des années 70. Face à une œuvre d’une telle ampleur, seule une démarche de chronique totale, restituant à la fois le récit et l’expérience même du visionnage du film nous a semblé adaptée. En conséquence, tout le texte qui suit a été conçu pour reproduire au plus près les sensations que procure Bactron 317. Il n’est pas garanti que l’expérience soit agréable.



D'autant moins que notre vieil ami le Texas Chainsaw Recadreur est de la partie.


Le destin est comme le flot inéluctable d’une rivière sans fin, bouillonnante et dangereuse, qui envoie s’échouer sur ses rives tant les pauvres que les puissants dans un carnaval cynique et amoral. Les hommes ne sont que des fétus de paille entièrement soumis aux courants de la fatalité, qui se perdent et s’entrechoquent sans logique ni raison. Quels que soit sa force et son talent, l’individu qui tente de lutter ne peut que précipiter sa perte et sa plongée dans les abîmes de l’oubli.



"- Si vous continuez à boire comme ça vous allez voir des agents doubles !"


Imaginez-vous la scène. Vous êtes producteur et vous avez financé un film. Pas le chef-d'oeuvre de l'année, juste un film porno soft enrobé dans une vague histoire d’espionnage, mais le réalisateur a été totalement incapable de vous livrer un produit complet. Il n’y a rien à en tirer en l’état, même avec un sorcier vaudou dans la salle de montage, ça ne passera pas et vous n’avez plus une thune pour tourner des scènes additionnelles, complètement essoré. A ce stade vous avez généralement deux solutions :

- La méthode « Eurociné » qui consiste à aller récupérer des bouts d’un autre film et à les mélanger au vôtre comme vous pouvez. Avec un titre bien racoleur du style « Une vierge chez les mort-vivants », il y a moyen de sauver les meubles.

- La méthode « Devil Story » qui consiste à mettre toute la petite famille dans la caravane pour aller tourner des bouts de métrage supplémentaires le week-end à la campagne, et tant pis si ça n'est pas trop raccord avec le reste du film.





Il y a des choses qu'il vaudrait mieux faire sous pseudonyme.


Bactron 317 pioche un peu dans ces deux-là, en allant encore plus loin dans l’absurde. Il va essayer de nous faire croire que tout ça est fait exprès, qu’en fait le film est une comédie et que c’était prévu comme ça depuis le début, ha ha, on vous a bien eus.





Ah ben oui c'est sûr tout le monde ne peut pas faire son kéké en Aston Martin comme James Bond ! Il y en a qui ont des budgets à respecter !


Pour ce faire, tout le déroulement du film est accompagné d’un commentaire en voix-off de deux personnages censés être le producteur et le réalisateur du film (joués respectivement par Francis Lax et Jacques Ferrière) qui vont consciencieusement tailler leur bébé, tournant les acteurs et les situations en ridicule, faisant du placement produit incontrôlé et alignant les blagues sur les nains d'un mauvais goût parfaitement i-gnome.





"- Nom d’un chien !"

"- Médor "


Passée la surprise initiale, on se rend compte qu’ils viennent d’inventer ainsi la soirée nanar assistée, avec une cassette qui fournit à la fois le mauvais film et une sélection de vannes plus ou moins réussies pour aller avec. Une sorte de MST3K avant l'heure en somme, un peu comme assister à une projection avec Fabien Gardon dans la salle.

L’ossature de Bactron 317, c’est un film d’espionnage narrant l’histoire d’un savant fou, le Professeur Warning, qui a créé une substance chimique qui abolit la volonté et permet à celui qui s’en sert de contrôler les actions de ses victimes. Un groupe de terroristes internationaux veut s’en servir pour déclencher des attentats. Avertis de la menace, les services secrets français envoient l’un de leurs agents, Barbara, parce qu’elle est dans le coin et qu’elle aime bien montrer ses seins.



"- Il faut miser sur Barbara... J’espère qu’elle sera à la hauteur !"

"- Oh pour ça oui, elle mesure 1m82."


Le film d’espionnage remplit, en gros, 70 minutes de métrage (sur 84) et au visionnage on devine sans trop de peine que les 20 minutes manquantes auraient dû notamment contenir les scènes de fesse.

Le tuteur tordu qui est censé faire tenir ça debout, ce sont une poignée de scènes de raccord dans le bureau du chef des services secrets, « Big », où l’humour fin et sophistiqué du film est à son zénith. Comme ça ne suffisait pas à remplir tous les trous - ce qui est quand même un comble dans un film porno - on a aussi droit à plusieurs dizaines de stock-shots éparpillés au petit bonheur la chance, sans oublier bien sûr ce fameux commentaire, dont l’une des fonctions essentielles (mais sensiblement moins assumée que le ressort comique) est de pallier une pléiade de scènes manquantes, car jamais tournées, et de raconter ainsi ce qui se passe entre certaines séquences-clé de ce film qui a une tendance certaine à passer du coq à l’âne plus vite qu’un fermier zoophile.





Contre les méchants, Ajita s'agita !


Parlons un peu du casting. Barbara, c’est Ajita Wilson. Née George Wilson dans les années 50 à New York, elle deviendra Ajita vers le milieu des années 70 avant d’entamer une carrière dans le cinéma érotique, soft et hard. Ajita a roulé sa bosse dans le cinéma bis européen, principalement italien, notamment sous la houlette du producteur Dick Randall. On la voit notamment dans L'Amour chez les poids-lourds de Jean-Marie Pallardy, ainsi que dans quelques films ni érotiques ni porno comme Luca le contrebandier, de Lucio Fulci, ou ce Bactron 317 qui fait probablement d’Ajita la seule actrice au monde à s’être retrouvé accidentellement dans une comédie en croyant tourner un film de cul comme à son habitude. Elle meurt en 1987 à Rome dans un accident de voiture.





Ajita Wilson portait la coupe afro avec une classe certaine.





"- Le nain voulait une rallonge... Mais je lui ai dit "Non, c'est non !" Du coup il s'est fait tout petit."


D’une façon générale, et si on excepte les deux voix-off, les acteurs viennent également à peu près tous du porno. Pour l’écriture, le coupable serait Jean Luisi, un acteur ayant navigué entre les seconds rôles de séries TV et (lui aussi) le cul et dont c’est le seul crédit comme scénariste. Il est possible toutefois que ce fidèle de Jean-Marie Pallardy n’ait écrit que la partie film d’espionnage et puisse être innocenté pour les calembours avec torture et actes de barbarie du commentaire et des scènes de raccord. Toutes ces affreuses blagues sur les nains servent en effet surtout à rappeler que Bactron 317... n'est pas un très grand film !



"- Vous avez dû avoir du mal pour trouver un nain bossu"

"- Ah non, celui-là je l’ai eu à moitié prix"

"- Ca n’a pas l’air d’être un grand acteur…"

"- Non, mais il bosse !"






Se passer des coups de fils d'un film à l'autre, l'astuce est un peu téléphonée !


Il faut enfin mentionner les séquences de chant de Barbara qui justifient vaguement le sous-titre « L’espionne qui venait du show ». Son tube « Petite pierre » en particulier est en écoute sur notre radio-blog. Chantée au milieu d’une discothèque glauque entourée de moustachus à l’œil torve et libidineux sous les encouragements beuglés en italien de cuisine par le DJ le plus ringard de ce côté-ci de la vague disco, la performance de Barbara est une plongée spectaculaire dans l’envers du décor de la société du spectacle.





Pendant que Barbara chante, les haut-parleurs de la discothèque couvrent sa voix pour annoncer des promos sur les consos. Le respect des artistes, porté disparu.


S’il ne fallait garder de Bactron 317 que sa trame principale, on s’ennuierait ferme. L’intrigue, déjà mince, progresse à la vitesse d’un invertébré arthritique, ponctuée de scènes de meublage tellement grossières qu’on est surpris qu’Ikea et la Foir’fouille de Sarreguemines n’aient pas attaqué le film en justice pour contrefaçon.

Heureusement, il y a tout ce qu'il faut autour. L'insertion d'un stock-shot ou d'un raccord mal fichu de temps en temps ferait déjà sourire, mais lorsque c'est fait d'une façon aussi systématique et éhontée que dans Bactron 317, ça devient franchement drôle. On a donc un nanar à deux niveaux : le film lui-même avec ses acteurs moyens, son intrigue absurde et ses placements produits sans scrupules, et le méta-film où l'on se régale à repérer les finasseries bien épaisses qui essaient de tout lier ensemble à coups de grosses ficelles, la plus grosse de toutes étant cet incroyable faux-commentaire qui donne à Bactron 317 des allures de found footage movie avant l'heure.



"- Pourquoi le nain il ratisse ?"

"- Parce que pour lui la terre est moins basse. Comme on dit, "Moins basse sur la ville" !"


De par sa nature de bizarrerie frankensteinesque, Bactron 317 mérite déjà le visionnage, mais au-delà de ça c’est bien à un vrai nanar que nous avons affaire, avec tout ce que cela implique de jeu d’acteurs en roue libre, de cascades ringardes et de dialogues affligeants. Que ce film soit aujourd'hui si oublié, c'est trop nain juste !



Barracuda
Barracuda

Bactron 317
PUB

Les notes des membres

Moyenne : 2
avatar de Barracuda Barracuda : 2
avatar de Kobal Kobal : 2

Cote de rareté

Il n'existe de Bactron 317 que quelques éditions VHS aux visuels plus mensongers les uns que les autres chez "Conseil Vidéo" ou "Space Vidéo". Si un jour ils le sortent en DVD, on espère qu'ils ajouteront en bonus un vrai commentaire du réalisateur pour expliquer le faux.
Cote de rareté : 5/ Pièce de collection Consulter le barème de notation