Accueil > Chroniques > Aux portes du nanar > Erotique > Les exploits amoureux des trois mousquetaires

Les exploits amoureux des trois mousquetaires

  • Titre original : Les exploits amoureux des trois mousquetaires
  • Réalisateur : Erwin C. Dietrich (sous le nom de Michael Thomas)
  • Année : 1971
  • Pays : Allemagne
  • Genre : Monté sur ses argots (Catégorie : Erotique)
  • Durée : 1h16
  • Acteurs principaux : Peter Graf, Ingrid Steeger, Achim Hammer, Jürg Coray, Thomas Larisch
Note :
BF
Barracuda
Barracuda

Chronique



Chaussez vos brignoles, ouvrez grands vos quinquets et vos esgourdes les aminches et venez un peu frimer cette péloche pas piquée des hannetons. Ca parle de trois gonziers et d’un minot pas manchots avec les gisquettes, ça va vous faire dresser le guizot et claquer le buftingue de rire. Quelle affiche ? Doucement les frangins, je vais la cracher ma valda et vous en tartiner une bonne lasagne.



"Alors, tu le largues ton feuilleton ?"


Excusez mon langage, c’est le film qui a déteint sur moi. Les exploits amoureux des trois mousquetaires est un film érotique allemand de 1971. Comme le titre le suggère, on y suit Athos, Porthos et Aramis vaguement en mission pour assassiner un noble qui refuse d'offrir son épouse au roi, prétexte pour passer des jours entiers à glander dans une auberge en se racontant mutuellement des anecdotes graveleuses, entre deux parties de jambes en l’air avec les serveuses. D’Artagnan, de son côté, rêve de quitter sa campagne pour devenir mousquetaire, et en attendant trompe l’ennui avec les filles du coin.



Il y a bien une scène de duel, mais elle est vraiment molle et sans intérêt.


Au premier abord, voilà un film assez médiocre, presque entièrement dénué d’action et où l’érotisme se résume à quelques paires de seins et de fesses et une poignée de scènes d’amour ostensiblement simulées. Si le budget a permis l'emploi de quelques costumes corrects et d'un joli château comme décor, on a aussi droit à de fausses scènes à cheval assez embarrassantes pour tout le monde (les acteurs sont juchés sur des espèces de trépieds en bois - et ça se voit) et à quelques séquences vaguement érotico-comiques dans un couvent, qui sentent très fort les chutes d’un autre film insérées à la truelle.



C'est d'autant plus bizarre qu'on les voit monter de vrais chevaux à plusieurs reprises, mais filmer un dialogue avec de vrais animaux était sans doute trop compliqué.



Ce qui rend Les exploits amoureux des trois mousquetaires remarquable, c’est surtout son extraordinaire version française. Doubleurs et traducteurs font en effet parler tous les personnages, dans toutes les scènes, dans un délicieux argot français d’avant-guerre souvent à la limite de l’intelligible pour le spectateur contemporain, et d’autant plus en décalage avec les costumes et les décors style Louis XIII. Morceaux choisis :



D’Artagnan : "Mis à part mon dab j’étais le seul mec du coin, et quand mon vieux calencherait, c’était moi qui hériterait. Pour l’instant j’étais à cent lieues de penser à l’artiche…"




D’Artagnan père : "Je vais te tartiner une lasagne que tu donneras au grand manitou des mousquetaires, le Comte de Tréville. Grâce à cette bafouille d’introduction et à ton pédigrée, ça te donneras du souffle et t’entreras chez les gorilles du roi."




Athos : "Tout d’un coup, ils se lèvent tous et se décarpillent ! Je me dis, c’est pas catho… Fissa ils se déloquent et ils se mettent tous en rang d’oignon ! De vrais marloufins ! Et mézigue, j’en croyais pas mes quinquets !"




Porthos : "Chaque fois qu’ils lui claquaient le buftingue, un truc démurgeait de son vase et roquillait dans une galetouse !"




Aramis : "Dans une grande canfouine, y avait quatre gonziers autour d’une polka déloquée. Dans un racoin, un autre gonzier les bradillons dans le dos. Mézigue demande au caïd : "Qu’est-ce que c’est que cette affiche ?"


Ces répliques ont vingt fois plus d’attrait et d’originalité que les scènes de sexe et font que, chose rare pour un tel film, on finit par zapper les scènes de cul pour mieux profiter des dialogues. On ne peut qu’admirer la cohérence et la ténacité dans la démarche, puisque c’est véritablement chaque réplique de chaque dialogue qui est ciselée dans ce registre. Ca fait du film une espèce de version punk de la méthode Assimil recalibrée pour l’argot des fortif’, où le spectateur novice apprend une nouvelle expression pratiquement à chaque minute.



Athos a la langue bien pendue, et personne ne s'en plaindra...


Les exploits amoureux des trois mousquetaires n’est pas un nanar au sens propre : ces dialogues rendent le film très drôle, mais on rit avec lui (ou plus précisément avec sa version française, le script des versions allemandes et anglaises étant complètement plat). Derrière la blague, on ressent la passion réelle des acteurs et des auteurs de cette VF pour l’argot d’antan. Les termes sont choisis avec soin, le vocabulaire est riche et varié et les phrases ont un vrai sens du rythme et de la truculence.



"De la loubiche à la blèche, j'en ai vu de toutes les couleurs, mais je n'ai pas oublié que c'est toi qui a détartré mon chinois !"


On pourrait débattre longtemps pour savoir si cette VF sabote l’oeuvre du réalisateur ou au contraire sauve un film assez ennuyeux de la médiocrité la plus totale, mais cela n’est pas notre propos. Pris comme il est, Les exploits amoureux des trois mousquetaires est un OVNI hilarant, un quasi-détournement pirate qui rappelle Doc Savage arrive (la différence étant que ce dernier serait un beau nanar avec ou sans sa VF) ou le sketch Pas de bégonias pour le cave des Inconnus. Il mérite un visionnage pour tous les amateurs d’un français populaire au bord de l’oubli, les lecteurs de San Antonio, les amoureux d’une langue qui n’est pas celle du Grand Siècle mais qui est belle tout de même.



Barracuda
Barracuda

Les exploits amoureux des trois mousquetaires
PUB

Cote de rareté

Le blu-ray allemand du film édité par les Suisses de chez "Ascot Elite" contient la VF et se trouve facilement en ligne sous son titre original "Die Sex-Abenteuer der drei Musketiere". Attention, seul le blu-ray contient la VF, l’édition DVD ne propose que la version allemande.



Cote de rareté : 2/Trouvable Consulter le barème de notation