Accueil > Chroniques > Nanars fantastiques > Rencontres du troisième type > Battlefield Earth

Battlefield Earth

  • Titre original : Battlefield Earth
  • Titres alternatifs : Terre champ de bataille
  • Réalisateur : Roger Christian
  • Année : 2000
  • Pays : Etats-Unis
  • Genre : Délire scientologue (Catégorie : Rencontres du troisième type)
  • Durée : 1h47
  • Acteurs principaux : John Travolta, Barry Pepper, Forest Whitaker, Kim Coates
Note :
3
mattg
mattg

Chronique



Cas douloureusement barré que celui de Battlefield Earth… Ce film de SF est adapté d'un livre de Ron Hubbard, gourou de la secte de scientologie. Ce qui nous laisse d’emblée présager qu'un nombre record de conneries va être atteint. L'histoire raconte comment, en l'an 3000, les hommes se sont libérés du joug d'extraterrestres, qui portent le nom délicat de Psyklos. Dès qu’on rentre dans les détails, ça devient du vrai n'importe quoi.



Bonjour, je suis Roger Christian, réalisateur de Battlefield Earth, et je vais vous montrer ce qu'il arrive quand on tourne un film bourré comme un coing !


Au début, un exergue nous explique qu'en l'an 3000, les hommes sont revenus à l'état sauvage. De plus des extraterrestres, les Psyklos, les maintiennent en esclavage. Le film commence alors, sur fond de musique new age. Puis on nous présente un village d'être humains en peaux de bêtes, et l’inévitable héros (interprété par un certain Barry Pepper), qui vient juste de perdre son père devant les yeux impuissants de sa copine et du chef du village. On a droit à la séquence émotion + rage filmée au ralenti, cadré en gros plan sur le héros. Enfin pas si cadré que ça en fait, car pour se la jouer branchouille le réalisateur en fait des tonnes avec des plans décadrés et des ralentis à foison. Je n'ai rien en particulier contre ces techniques cinématographiques, mais abuser de ce genre d’artifice pour un oui ou pour un non confine tout simplement au ridicule le plus épais, d’autant que tout ceci est très mal foutu.



Et vive les plans penchés ! Comme dans la série télé Batman !


Après cette mort tragique, le village se réuni autour d'un conseil. Le héros veut partir se battre (contre qui et pourquoi, le spectateur ne le saura jamais). Le chef refuse. « Les démons sont arrivés sur Terre » clame-t-il en désignant une peinture sur pierre, qui aurait sûrement bien fait rigoler les habitants de Lascaux. Qu'à cela ne tienne : le héros veut se battre, insiste-t-il en mimant un démon (ou peut-être était-ce un singe, j’avoue avoir un doute).

En 10 petites minutes, Battlefield Earth vient de nous démontrer qu'il avait un potentiel nanar fort intéressant, mais ce n'est qu'un début.

Le héros décide de partir seul, sa copine lui file son porte-bonheur, puis il se retrouve dans la forêt sur son cheval. Quelque chose va effrayer son cheval : des statues dans le genre secte du Mandarom, en plus ridicule. Le metteur en scène laisse éclater son génie : la peur du cheval est filmée sous 4 plans différents (en haut, en bas, à gauche, à droite) puis c'est la chute au ralenti, le tout avec une image décadrée, si vous n'avez pas alors mal au cœur, c'est que vous avez le pied marin. Notre héros va rencontrer deux types qui vont devenir ses compagnons d’infortune cinématographique. Je vous livre un extrait de leur discussion pour donner le ton :

Eux : « Tu veux voir des Dieux ? »

Le héros : « Moi, je ne crois que ce que je vois ! »



Le héros, probablement refusé sur le tournage de Yor...


En fait, les Dieux en question, ce sont d'autres statues bien laides, situées dans les décombres de vieilles villes américaines. Ils se cachent dans les ruines d'un centre commercial. A noter que le héros ne sait pas ce que c'est qu'une vitre, car il va se cogner dessus sans savoir ce qui lui arrive. Puis ils font du feu, avec un vieux sapin de Noël qui traînait dans le centre commercial, pour manger. Suite des discussions métaphysiques :

Eux : « Là d'où on vient, une femme bien, c'est dur à trouver ! »

Tout à coup un méchant surgit (au ralenti évidemment, un vrai tic de mise en scène). C'est un Psyklo (les méchants Martiens, je rappelle pour ceux qui ont oublié), il va dérouiller tous nos héros à coups de laser. Le dernier se fait tirer dessus dans le dos, en courant, avant de se vautrer sur plusieurs vitres, le tout au ralenti. Les plus cinéphiles auront reconnu une scène de Blade Runner, où Harrison Ford dérouille une réplicant. Et bien dans BattleField Earth, c'est la même, plan pour plan. Sauf que c'est mal filmé. En outre, le directeur photo croit pertinent d’appliquer un filtre vert, qui devient la couleur dominante à l'image. C'est très laid, mais il faut bien que le directeur de la photo fasse des trucs pour justifier son cachet.



Si les rastas sont de méchants envahisseurs extraterrestres, on peut déjà déterminer que Grenoble est leur base (pas très) secrète !


Nos héros se retrouvent donc dans une espèce de cité futuriste, recouverte d'un dôme (car l'atmosphère des Psyklos y est maintenue, ils ne peuvent pas respirer l'air terrestre. C'est un peu idiot, je sais, mais c'est comme ça). C'est alors qu'apparaissent John Travolta et Forest Whittaker, qui jouent tous les deux de méchants Psyklos. Je pourrais vous décrire en détail leur look qui est, comment dire… singulier. Mais une photo suffira pour mesurer l'étendue du désastre.



Franchement si on n'a pas été capable de battre ça, c'est que l'humanité n'était pas digne de survivre...


Le héros tente de s'enfuir avec un flingue des Psyklos, mais il se fait attraper par Travolta. L’occasion de vous livrer un nouveau dialogue de haute volée :

Un méchant : « C'est pas possible qu'un homme puisse se servir d'une arme !! »

John Travolta : « Peut-être qu'il va te tirer dessus, mais peut être aussi qu'il va me pousser un troisième bras ! »

Dans l’esprit du roman La Planète des Singes, les humains sont tous en cage. Arrive la sempiternelle scène de distribution de nourriture. Sauf qu'un humain vient chercher le héros, car il veut manger avant lui. Un pote du héros essaye de le raisonner. Nouveau dialogue idiot:

Le pote : « Arrête, essayons de rester en vie. »

Le héros : « Bien, alors battons-nous ! » dit-il avant de dérouiller celui qui venait le chercher.



Allons bon, me v'la dans « Ilsa chez les extraterrestres » !


Pendant ce temps Travolta se fait refuser une promotion auprès de sa hiérarchie. Du coup il part se bourrer la gueule. Puis Whittaker lui apprend l'existence d'une mine d'or.

Interlude

L'or est la ressource la plus importante de l'univers dans ce film, un peu comme l'épice dans Dune.

Fin de l'interlude

Après cette découverte, Travolta décide de former les humains, et en particulier le héros et ses deux compagnons du début, pour extraire l'or. En fait, en guise d'éducation, le héros recevra un coup de laser en pleine figure qui va lui apprendre la langue des Psyklos, ainsi que leur science, le tout en 2 mn façon Matrix (mais en moins bien, vous l’aurez deviné). En fait il apprend les maths (la géométrie et le triangle équilatéral en particulier).



O.K. ben moi je vais refaire le film au caméscope, ça pourra pas être pire.


Puis le héros a droit à une séance de pilotage des vaisseaux des Psyklos. La formation se traduit par un jeu vidéo façon Wing Commander. A noter que quand le héros va tourner à droite, il se penche à droite, de même quand il doit tourner à gauche. Sauf une fois ou le monteur a inversé les directions (il se penche à gauche, pour tourner à droite).

A noter aussi que Travolta va faire pression sur le héros en enlevant sa copine (qui avait quitté son village) et en tuant un de ses compagnons. Le héros n’est pas seulement triste, il est carrément très colère (mâchoire crispée, regard rageur vers le sol, grrrr…). Le compagnon qui a survécu le rassure avec cette nouvelle phrase d’anthologie :

Le pote : « Tu es un penseur, tu respectes les penseurs... »

Les humains décident alors de se rebeller en prenant comme leader notre héros. Il va donc se lever au ralenti, sous la clameur générale, avec un hochement de tête d'admiration et de suffisance somptueusement ridicule.



Tous ensemble ! Tous ensemble ! Continuons le... combat !


Ensuite Travolta laisse les humains récolter l'or dans la mine. Il repasse les chercher 14 jours plus tard. Et alors là, il va s'en passer des choses en 14 jours. Plutôt que d'extraire de l'or, ils vont le chercher à Fort Knox (le héros a les cartes des USA, sans qu'on sache pourquoi), comme ça se sera plus rapide. Puis ils vont faire un détour par Washington DC pour découvrir l'arsenal militaire des USA qui fonctionne encore après 1000 ans d'abandon. En moins de temps qu'il ne faut pour dire ouf, les humains ont le temps d'organiser une rébellion, de ressortir tout l'arsenal, les avions, les bombes nucléaires et tout et tout, puis de se former en autodidactes à l’utilisation de tout cela.

Quand Travolta revient, comme prévu, au bout de 14 jours, les humains sont tous prêts à attaquer les Psyklos. L’heure de la baston finale est donc venue.



Faut dire aussi que pendant ce temps là, Travolta est parti draguer...


Le plan du héros consiste à téléporter (on ne sait pas comment, mais on s'en fout, c'est un nanar) un de ses potes avec une bombe nucléaire sur la planète des Psyklos pour tout faire péter, puis de faire éclater le dôme avec des bombes pour asphyxier les Psyklos qui restent. Sous le dôme, les humains cassent tous, les Psyklos leur tirent dessus. C'est une fois encore très mal filmé, avec des plans au ralenti, décadrés, avec une prédominance du bleu. C'est donc une fois encore très laid.

Les Psyklos ont beau s'y mettre à 5 pour tirer sur le héros, ils le loupent comme les gros méchants patauds qu’ils sont. On voit également des humains habillés comme dans La Guerre du Feu débarquer en pilotant les avions de chasse de l'armée des USA pour attaquer les vaisseaux des Psyklos (façon Independance Day, déjà un nanar). Là on n’est plus dans un film mais dans un jeu vidéo.

Le héros fait exploser les bombes du dôme, mais ce dôme n'a pas éclaté, alors un camarade du héros projette son vaisseau sur le dôme pour le faire éclater. En vain : non seulement c'est ridicule, mais en plus, ça ne marche pas. Cet homme là ayant de la suite dans les idées (et dont le vaisseau transportait pourtant assez de dynamite pour faire exploser tout Paris) attrape son bazooka et tire dans la dynamite, ce qui fera enfin péter le dôme. Tout cela est, à l’image de ce qui a précédé, ridicule.

Enfin le héros se frite avec Travolta, qui veut appeler des renforts sur sa planète. C'est à ce moment précis que l'humain qui y a été téléporté fait exploser sa bombe nucléaire et atomise complètement la planète psyklo. Travolta est maîtrisé, [surlignage"> car par erreur il s’est fait exploser une bombe sur le bras (pas très futés ces Scientologues), mais attention il vit encore ! Les humains sont libres, séquence émotion entre le héros et sa copine. Travolta finit le film enfermé dans une cage.



Cours Forest ! Barre toi de ce film tu ne mérites pas ça !


Le pire c'est que la fin laisse présager une suite possible…

Avec Battlefield Earth on a donc droit à :

- Une mise en scène ultra-clippée, avec une utilisation outrancière des ralentis, des plans décadrés et d’éprouvantes effusions de vert, de bleu, de violet (j'ai pas fait attention mais tous l'arc-en-ciel doit y passer).

- Des costumes, accessoires, décors, coupes de cheveux foncièrement risibles : statues affreuses, peaux de bêtes façon La Guerre du Feu pour les humains, coupes de cheveux rasta, mains poilues et entrejambes outrageusement renflés pour les Psyklos…

- Des acteurs viscéralement mauvais. La palme revient quand même à John Travolta qui cabotine comme si sa vie en dépendait.

- Un scénario sans queue ni tête, où il se passe plein de choses sans qu'on sache jamais vraiment pourquoi ni comment elles arrivent.

- Des dialogues ineptes sublimés par une interprétation complètement nulle.


- Le tout est évidemment accompagné d'un message mystico-scientologue, forcément nauséabond mais avant tout éminemment crétin. Bref, de quoi justifier la place de Battlefield Earth sur ce site.



Travolta tout fier de son film.




mattg
mattg

Battlefield Earth
PUB

Les notes des membres

Moyenne : 2.72
avatar de Barracuda Barracuda : 2
avatar de Drexl Drexl : 2.5
avatar de John Nada John Nada : 2.75
avatar de Labroche Labroche : 3
avatar de MrKlaus MrKlaus : 1
avatar de Peter Wonkley Peter Wonkley : 4
avatar de Rico Rico : 3.5
avatar de mattg mattg : 3

Cote de rareté

C'est qu'il y croyait vraiment le Travolta, à l'adaptation des romans de son gourou. Battlefield Earth devait être le premier volet d'une colossale trilogie qui allait faire date dans l'histoire de la S-F. Evidemment, après s'être ramassé au box office et avoir reçu les quolibets de la critique, Johnny Boy, producteur du désastre (qui faillit engloutir son come-back amorcé avec Pulp Fiction) préféra surseoir et oublier ses rêves d'extraterrestre mégalomane.



Le DVD "Warner" reste conforme à ce qu'on peut attendre d'un blockbuster : commentaire audio de Roger Christian (dont on peut quand même se demander s'il n'a pas sciemment sabordé la mise en scène de ce projet de commande à force d'effets à deux balles), making of, documentaires sur les maquillages et les effets spéciaux.
Cote de rareté : 1/Courant Consulter le barème de notation