Accueil > Chroniques > Nanars à main armée > Sécuritaire > Blastfighter, l'Exécuteur

Blastfighter, l'Exécuteur

  • Titre original : Blastfighter
  • Titres alternatifs : L'Exécuteur exterminateur (Québec)
  • Réalisateur : Lamberto Bava
  • Année : 1984
  • Pays : Italie
  • Genre : Dans ta gueule p'tit con ! (Catégorie : Sécuritaire)
  • Durée : 1h28
  • Acteurs principaux : Michael Sopkiw, George Eastman, Valerie Blake, Michele Soavi
Note :
2,5
MrKlaus
MrKlaus

Chronique





On le sait depuis fort longtemps, les Italiens font rien qu’à copier. Inutile de dire qu’après le succès du premier "Rambo", une telle pluie de dollars ne pouvait qu’émouvoir les producteurs mal attentionnés. Ayant moins provoqué d’ersatz que le second opus (dont le magnifique "Strike Commando" et sa suite, tous les deux réalisés par le génial Bruno Mattei ), le premier "Rambo" s’est quand même vu plagier quelques fois comme dans le sympathique "Tonnerre" de Larry Ludman, puis dans "Rolf l’Exterminateur" de Mario Siciliano qui est plutôt une bonne série B, bien qu’un peu molle du genou (contient tout de même cette scène d’anthologie où les méchants s’amusent à lancer des enfants en l’air et à tirer dessus, le tout dans un splendide ralenti). Puis au-dessus du panier (ou au fond c’est selon…) on trouve le fameux « Blastfighter l’Exécuteur ».





Tiger nous sort son gros engin




-« Ma ! Mais Rambo c’est tout pourri !" a dû se dire le producteur en sortant du cinéma en compagnie de sa maîtresse, "Il y a pas assez de morts pis Stallone il joue comme oune merde ! Moi yé vé prendre la crème de la crème dou cinéma Italien ! Y dégage ce gros naze de Sly moi yé prends Michael Sopkiw à la place, il a lé charisme nécessaire pour porter lé film sour ses épaules. Puis à la réalisation yé prends Bava il grande maestro ! « Lé masque dou démon », « Lé corps é lé fouet » é lé… Hein ? C’est son fils Lamberto ? Mario est mort il y a 4 ans ? Ma c’est la même chose voyons, « Apocalypse dans l’océan rouge » tou l’as vou ? On croirait que c’est oune film de son papa tellement c’est réussi ! Bon faut que j’appelle l’immense acteur américain George Eastman ! Allô Luigi ? Alors ça marche la pizzeria ? Non je ne veux pas de quatre fromages, écoute j’ai besoin dé toi, viens avec tout tes potes on va faire oune grande ballade en forêt ! Allez à tout à l’heure !".





Michael !? Pourrais-tu me dire ce qu’on fout ici ?




Mais bien sûr il faut un scénario, et c’est alors que George Eastman, en entamant le cinquième pack de kro, griffonne sur un mouchoir usagé quelques phrases. Ça y est c’est fini !



Tiger Shark (avec un nom comme ça on sent qu’il est pas là pour rigoler), ex-flic de choc, sort de prison après avoir assassiné le meurtrier de sa femme (évidemment la justice est corrompue, mais cette idée vachement originale ne sera pas exploitée pour le reste du récit). Il décide de vivre dans un chalet dans les bois mais se heurte aux bouseux du coin (menés par Eastman himself !)





Je suis assez content de mon scénar moi... Trop facile le cinoche !




Sur ce on assiste à un film d’action bourrin et gentiment régressif devant lequel on peut difficilement rester insensible. Mais avant il faut justifier la mort horrible des bad guys (ah oui merde !). Car les méchants sont vraiment très vilains : non contents d’assassiner la biche apprivoisée du héros, ils s’amusent à tuer des cerfs pour en faire des aphrodisiaques ! (Avec la complicité d’un Asiatique sadique grrrrr). Pour couronner le tout ils violent et abattent la fille de Shark (ah oui nan là c’est vraiment pas cool les gars ! Z’êtes pas sympas) ainsi que ses deux copains (y en a un peu plus j’vous le mets quand même ?).





Ah les viandards...




Le spectateur aura compris dés le début du film que Tiger Shark faut pas lui casser les burnes, et qu’il va s’empresser de faire un deuxième trou du cul à ces mécréants imbibés de Heineken grâce à son fusil dernier modèle. C’est chose faite bien entendu, ce qui vaudra au nanardeur pas trop exigeant de pouvoir prendre son pied et de rigoler comme un débile devant son écran pendant que les méchants se font dézinguer les uns après les autres, notamment lorsque que Shark arrache le bras d’un redneck à l’aide d’un coup de fusil (oui ! Le nanardeur vit de joies simples !).





Mécréant ! Vas-y, ose dire que je joue mal !




Le petit Lamberto Bava, comme on peut s’en douter, n’a pas eu la chance d’avoir une carrière aussi prestigieuse que celle de son papa. Malgré un premier film particulièrement réussi (le très beau « Baiser Macabre ») et les deux « Démons » (sympathiques sans plus), sa carrière a souvent croisé le chemin des sous-produits d’exploitation, comme ce « Blastfighter » (Tarentino a d’ailleurs affirmé que c’était le meilleur film de Lamberto… Heu… Quentin tu as vu « Baiser Macabre » ?). Côté interprétation Michael Sopkiw est comme on pouvait s’en douter monolithique à souhait, Eastman est comme à son habitude, puis les autres on fait pas trop attention car ils n’ont pas le temps de finir une phrase qu’ils se prennent une balle dans le bide. A noter tout de même que Michele Soavi y fait une brève apparition.





Enfoiré ! Quand tu m’as dis que je jouerai dans un film de Bava tu aurais pu me dire que c’était Lamberto !




Au final « Blastfighter l’Exécuteur » est un sympathique film d’action qu’on suit sans ennui, si on a bien pris soin de débrancher son cerveau avant (l’amateur de film d’autodefense devrait être comblé et se décider enfin à sortir de chez lui avec son fusil de chasse afin de s’occuper de la bande de jeunes qui sévissent dans son hall d’immeuble).





MrKlaus
MrKlaus

Blastfighter, l'Exécuteur
PUB

Les notes des membres

Moyenne : 2.33
avatar de MrKlaus MrKlaus : 2,5
avatar de Peter Wonkley Peter Wonkley : 3
avatar de Rico Rico : 1.5

Cote de rareté

Les Italiens ont réédité ce film en DVD chez "Fox". Une édition 2 disques (même si nulle part on ne trouve d'indications qui expliquent ce qu'il y a sur la seconde galette) avec uniquement la version italienne. En France, il faudra retrouver la VHS de chez "René Chateau Vidéo" ou les deux éditions belges de "VDS" ou "VSD" (la même boîte en fait, mais qui change de nom selon ses envies)... Signalons aussi que Trash-Online et Digital Conquest proposent des DVD-R en anglais sans sous-titres pour une douzaine d'euros.





Cote de rareté : 3/Rare Consulter le barème de notation