Accueil > Chroniques > Aux portes du nanar > polémique > Brigade Anti-Sex

Brigade Anti-Sex

  • Titre original : Brigade Anti-Sex
  • Réalisateur : Joseph W. Rental (François-Xavier Morel ?)
  • Année : 1970
  • Pays : Belgique
  • Genre : Enclenche la 2nde si tu veux me faire jouir (Catégorie : polémique)
  • Durée : 1h27
  • Acteurs principaux : Larry Brown, André Brunet, Brock Curtis, Lacqueline De Meester, Monique Guelton, To Katinaki, Christian Maillet, Marie-Paule Mailleux (tous seraient des pseudonymes)
Note :
?
Kobal
Kobal

Chronique

Il n'est jamais facile de savoir comment aborder certains films étranges, d'autant plus quand il s'agit du traditionnel cadeau annuel offert par la Cinémathèque française à l'occasion de la Nuit Excentrique. Et on ne peut pas dire que Jean-François Rauger nous ait rendu la tâche particulièrement facile en cette 9ème édition, avec la diffusion de l'inédit et quasi-inconnu "Brigade Anti-Sex", métrage belge de sexploitaiton dont le titre mystérieux était porteur de promesses. Pour le coup, on peut dire que les promesses ont été tenues, même si ce n'étaient peut-être pas celles attendues, laissant en fin de séance un public certes profondément divisé entre les enthousiastes et les meurtris, mais uniformément abasourdi.



Un titre allemand qui a de quoi intriguer quant à la moralité de ce qui s'annonce. C'est d'ailleurs le seul visuel qu'on a réussit à trouver de ce film.


Quelle peut bien être la nature de ce "Brigade Anti-Sex" pour avoir eu un tel effet sur une audience bien rodée comme celle de la Nuit Excentrique ? Intéressons-nous déjà à son primat narratif : découvrir le quotidien d'une section spéciale des forces de police, spécialisée dans la lutte contre les crimes sexuels. Une troupe d’élite qui n'obéit qu'à un seul homme, le guindé commissaire Jason (attention à bien prononcer son nom en articulant avec respect "Ja-Zon", on n'a pas ici affaire à un dommage collatéral de Beverly Hills ou à un adepte des vacances à Crystal Lake). Professionnel jusqu'au bout de son chapeau melon, le commissaire Jason n'hésite jamais à convoquer une assemblée exceptionnelle pour informer ses hommes qu'il n'a rien à leur dire. Dormez tranquille, brave gens, la police veille. Cela dit, tout n'est pas rose dans le plat pays (surtout dans un film en noir & blanc) car il existe bien quelques indomptables brutes qui parviennent à mettre temporairement en échec les forces vives de la Brigade Anti-Sex.



Le commissaire Jason, cousin germain de Popeck.




Les fameuses forces vives de Jason dans une pose dont la classe suffit à elle seule à faire fuir les crimes sexuels.




Seule ombre à ce tableau masculin parfait : la femme.


Ainsi, Jason et ses hommes sont sur la trace d'un maniaque sexuel multirécidiviste et amateur de mocassins blancs qui profite sournoisement du refus des autorités outre-Quiévrain d'équiper les bords de route de toilettes publiques. Résultat, la riante plaine belge se retrouve vite décorée des cadavres de jeunes femmes qui, au lieu de connaître le soulagement d'un bref arrêt pipi mérité, ont découvert à leurs dépens les jeux sexuels forts originaux de leur tortionnaire. L'homme est en effet un impuissant notoire qui compense ses faiblesses érectiles par son fétichisme automobile. OK, tout le monde sait qu'une voiture est l'exemple type du substitut phallique qui gonfle d'un orgueil turgescent le premier fan de tuning venu. Mais rares sont ceux qui vont jusqu'à tenter de faire l'amour à une femme avec un pot d'échappement. Surtout quand il est encore raccordé au véhicule.

Nous touchons là au premier point sensible de ce "Brigade Anti-Sex" : son tueur est en effet responsable de mises en scène des plus macabres et il n'est pas aisé de se nourrir d'un rire franc lorsqu'on contemple deux inspecteurs tenter d'arracher le corps d'une jeune femme encastré dans un levier de vitesse. D'autant que le réalisateur insiste à l'occasion sur la psychologie de son anti-héros, faisant longuement goûter aux spectateurs la saveur de ses pensées intimes les plus malsaines alors qu'il observe avidement la juvénile auto-stoppeuse qu'il vient d'embarquer, s'excitant à imaginer les sordides atrocités qu'il lui réserve tout en masturbant avec langueur son fameux levier de vitesse. Ambiance.



Le maniaque a les choses bien en main.




La victime a la chose bien dans le vagin. Hem, excusez, mais c'est pas facile de trouver des commentaires à ce genre de caps.




Un nouveau type de filtre à particules écologique ?


Certes, "Brigade Anti-Sex" n'est pas le premier film d’exploitation à s'intéresser ainsi à un tueur sadique ("Schizophrénia") ou à lorgner vers la sexualité craspec (le cinéma érotique nippon n'a jamais craché sur l'esthétique cinématographique du viol). Mais son originalité dérangeante est qu'il n'oppose aucune contre-partie évidente à la vision de son maniaque. En effet, le commissaire Jason et ses hommes ne semblent agir qu'en simple miroir du violeur, se montrant aussi impuissants que lui en n'étant jamais foutus de faire quoi que ce soit pour empêcher ses crimes. C'est bien simple, c'est le tueur qui téléphone systématiquement à Jason pour le tenir informé de ses derniers méfaits et lui indiquer où récupérer les corps. La police se contente de se rendre ensuite sur place pour profiter du spectacle laissé par le seul homme du film qui parvienne à tringler une femme. Les inspecteurs agissent avec une nonchalance proche de l'indifférence totale, ne cherchant jamais d'indice et ne montrant aucun respect pour la dignité des cadavres que certains intervenants n'hésitent pas à tripoter de manière salace ! On retrouve même un policier qui bronze tranquillement sur le capot d'une voiture avec un corps mutilé à ses pieds.

Le métrage finit de sombrer dans le sordide absolu alors que les hommes de Jason passent leur temps à sortir les plus effroyables commentaires possibles sur les victimes, démontrant leur désintérêt total pour les femmes qu'ils sont censés protéger. Le mauvais goût s'incarne dans des répliques comme "c'est marrant ces petits seins froids" ou dans ce transport de corps par les ambulanciers qui se chuchotent "doucement, elle peut encore servir", sans parler des sous-entendus sur l'évidente participation des victimes à leur propre viol, entre le "on ne peut pas se retrouver enfilée là-dessus sans s'être laissée faire" et le "elle a dit non mais elle a bien dû aimer ça".





Un mode relationnel que n'aurait pas renié Richard Harrison. Notez le visage empreint de gravité du commissaire Jason, seule aide que les victimes pourront attendre de lui.




Tiphany, l'inspecteur qui souffre d'une impuissance symbolique à conserver son cigare en bouche (systématiquement volé par son comparse Orlando).


Cette dernière considération est parfaitement illustrée par l'attitude de la Brigade Anti-Sex alors qu'elle récupère une victime amochée mais encore en vie. Première réaction de l'inspecteur Tiphany lorsque la femme reprend conscience sur les lieux mêmes du crime : lui donner son numéro de téléphone pour lui faire goûter au véritable plaisir de la bite... ce qui finit par arriver, à peine une semaine après les faits et alors qu'elle est encore hospitalisée ! Retenez donc la leçon sur la méthode pour se mettre une vierge sortie du couvent dans son lit : un viol sauvage au levier de vitesse suivie d'une petite tape réconfortante sur l'épaule. Heureusement, l'intervention du commissaire Jason ruinera les efforts du bellâtre. C'est d'ailleurs le seul acte sexuel du film que Jason parviendra à empêcher... Le seul où les deux partenaires étaient consentants ! Et pas pour rien car il s'agira de proposer à la victime de jouer le rôle d'appât pour attirer à nouveau le tueur !! Amis de la victimologie, sachez que Jason vous emmerde bien profond.



Le commissaire Jason en pleine réflexion métaphysique sur la folie des Hommes. Ou sur la blanquette de veau servie ce midi à la cafétéria de la préfecture de police, difficile de savoir.




L'amour en forêt.


Le spectateur est donc confronté à un univers glauque de bout en bout, sans aucune planche de salut à laquelle s'agripper pour respirer un air moins nauséabond. L'ensemble du casting se comporte avec les femmes comme devant un bout de viande, traitant les vivantes à l'égal des cadavres et chosifiant les corps pour les réduire à leur plus simple rôle d'excitant sexuel. La parole, par trop humanisante, leur est d'ailleurs souvent interdite, que ce soit lors du monologue intérieur du maniaque qui couvre la voix de sa victime ou tout simplement en agressant une muette (qui a l'air simplette par ailleurs, sans trop savoir si c'est de composition ou non). Paradoxalement, même l'infirmière de second plan se révèle aussi détraquée que le reste de ses congénères, exprimant son plaisir à tartiner de pommade la vulve meurtrie de sa patiente et regrettant son départ de l'hôpital !

Sans préjuger de la personnalité du réalisateur/scénariste, on peut tout de même s'interroger sur sa structure psychique et sur l'existence d'authentiques traits de perversité, la cohérence symbolique du script et l'efficacité systématiquement malsaine des répliques paraissant trop parfaites pour avoir été imaginées de toutes pièces par quelqu'un construit sur un registre normo-névrotique.

D'ailleurs, un mot au passage sur ce Joseph W. Rental, derrière lequel se cacherait un certain François-Xavier Morel, mystérieux metteur en scène dont ce serait l'unique réalisation connue. Ce pseudonyme de "Joseph W. Rental" a par ailleurs servi à un autre réalisateur belge, Henri Xhonneux, qui en 1971 a tourné sous ce nom une obscure polissonnerie, "Débauche de Majeures" aussi connu sous le titre "Ma soeur ne pense qu'à ça", où on retrouve quelques-uns des acteurs de "Brigade Anti-Sex", François-Xavier Morel ayant par ailleurs scénarisé les premières œuvres de Henri Xhonneux. Xhonneux sera surtout connu plus tard pour son travail avec Roland Topor, notamment grâce à "Marquis" (1989), une biographie de Sade où tous les acteurs portent des masques d'animaux et à... "Téléchat" (1982-86), dont il sera l'un des créateurs !



Même la campagne belge est glauque.




Une jeune femme dont on devine le désir insatiable dans son regard lubrique, à qui on intimera l'ordre de s'effeuiller le plus lentement possible. Ce qu'elle fera, au grand dam des spectateurs.




Un vague look-a-like de François Morel, ce qui a de quoi intriguer quand on sait qu'à la réalisation, le pseudonyme Joseph W. Rental cache peut-être un certain François-Xavier Morel dont ce serait là le seul méfait.


La conclusion du film ne fait que confirmer cet état d'esprit [attention, spoilers] : après avoir donné à la brigade tous les indices possibles pour réussir à se faire stopper dans son escalade de la violence automobile, le tueur finit par recevoir une balle... dans le sexe. La police ne vient donc que justifier l'impuissance génitale de leur alter ego avec une castration physique plutôt que mentale et le délivrer ainsi de ses tourments narcissiques. Tout cela avec un immense respect car comme le dit le commissaire Jason lui-même : "il faisait presque partie de la famille". Cela avant de déposer tendrement une fleur sur son corps, témoignant là d'un hommage auquel nulle femme victime n'aura jamais droit.



La Brigade Anti-Sex se recueille sur la dépouille de leur sadique préféré. Après tout, ce sont des hommes comme lui qui leur assurent un revenu (et l'occasion de pécho de la survivante).


On ressort donc de la vision de "Brigade Anti-Sex" avec l'envie pressante de prendre une bonne douche afin de tenter de se débarrasser de la sensation tenace d'avoir l'âme souillée. Et c'est sans doute là une réussite involontaire de son auteur que d'être parvenu à faire au moins virtuellement ressentir à ses spectateurs ce que pourrait être un viol. Bon, d'un autre côté, je me demande bien quel public était ciblé à l'époque de sa diffusion cinéma car vous aurez compris qu'en matière d'érotisme et d'émoustillement, mieux vaut aller voir ailleurs.



La preuve, voici un plan-nichon blafard.




Le film s'obstine à ne jamais montrer le visage du tueur, laissant croire à un possible twist final (genre c'est un des inspecteurs le responsable)... Mais non, quand on le découvre, il n'y a aucun retournement de situation. Et comme l'affiche le spoile carrément (un argument érotique pour attirer le chaland ?), et bien je ne me gêne pas non plus.


Mais alors pourquoi chroniquer un tel film sur Nanarland ? Les raisons sont multiples. Déjà, il me paraissait important de conserver une trace de son existence, "Brigade Anti-Sex" étant tout de même une pellicule véritablement inédite et digne de la définition de l'OFNI excentrique (notre camarade Captain Beyond l'ayant très justement qualifiée de "Godard schizo-priapique pour lycéens dégénérés"). Que les 400 de la salle Langlois ne se le soient pas enquillé pour rien et que nul ne puisse oublier leur dévouement cinéphilique. Et surtout, il fallait tenter d'en élaborer quelque chose de sensé et ne pas laisser à l'état brut le sentiment de malaise ressenti lors de sa diffusion.

Et puis, il faut reconnaître au film qu'il offre tout de même de nombreux instants de pure folie qui finissent par susciter le rire. Jason avec son flegme absolu, son look de dandy, sa Bentley astiquée avec méticulosité et ses problèmes cardiaques à conserver secrets sauf le jour de sa mort (dixit lui-même) est un personnage déjà bien rigolo en soit, mais quand en plus il bénéficie de la capacité surnaturelle de se téléporter où bon lui semble (la magie du hors-champs), et surtout là où on ne l'attend pas, on sombre dans le surréalisme le plus fendard. Quant au sordide sur lequel j'ai beaucoup insisté, son accumulation excessive et le caractère totalement imprévisible des répliques toutes plus glauques les unes que les autres finissent par s'auto-annuler et perdre en impact. D'ailleurs, l'inventivité du tueur dans son modus operandi a de quoi déchaîner les débats techniques débiles sur la faisabilité de ses passages à l'acte. Alors on rit. Peut-être est-ce là quelque mécanisme de défense pour se distancier de ce à quoi l'on assiste, sans doute sur un humour vraiment très noir. Mais c'est tout de même un rire et c'est sans doute la meilleure chose à opposer à un film comme "Brigade Anti-Sex".



La téléportation hors-champ dans les bois, un pouvoir que Jason partage avec son cousin Voorhees.




Et puis je vous le demande : dans quel autre film on peut voir la victime d'un viol au pneu ?


Après sa mise en ligne sur le forum, ce film a entraîné un débat nourri de réactions parfois très tranchées autour de sa publication sur le site. Si la plupart des nanardeurs rejoignent l'avis qu'expose Kobal dans sa conclusion, certains comme Benoît furent beaucoup plus durs.

Benoît

Avec le recul, je considère vraiment que ce film n'a rien à faire sur Nanarland, parce que je ne crois pas que le film soit raté du point de vue du réalisateur. Je pense que ce qu'il y a mis est exactement le résultat qu'il recherchait. Et malheureusement ce résultat ne m'apparaît pas comme sympathiquement loufoque ou foireux comme un Femmes en cages par exemple, qui contient pourtant lui aussi des scènes de viol et une surenchère dans les dialogues. Ce n'est que mon avis, mais si ce film est "étrange" et atypique, il n'est ni mauvais ni sympathique, donc hors du champ de nos intérêts habituels. Et on sent bien dans la chronique de Kobal le cas de conscience qui lui est posé. Ce n'est pas parce qu'il est diffusé lors d'une N.E. que sa chronique doit obligatoirement être sur le site et en l’occurrence je pense qu'elle n'a rien à y faire. (...) Dans "Brigade Anti-Sex", des dialogues malsains superposés sur des images malsaines c'est juste malsain, et ça ne provoque chez moi qu'un sentiment de malaise. Voilà pourquoi je ne l'ai pas trouvé sympathique, le décalage temporel et culturel avec les années 70 où on sous-entend que les victimes d'un viol l'ont bien cherché, ça ne suffit pas à me faire rigoler.



Une rarissime photo d'exploitation allemande.


Barracuda défend l'entrée du film sur le site :

Pour moi Brigade Anti-Sex est un nanar, et même un nanar assez drôle et il a toute sa place sur le site.

Le commissaire Jason et son équipe, ce sont des vrais cadors. Des personnages tellement ringards à force de vouloir être cools qu'il me paraît difficile de ne pas rire lors de la scène d'introduction (ils réussissent quand même à rater le passage d'une porte automatique !), lorsque Jason demande à son adjoint de répondre au téléphone à sa place, ou encore à chacune des téléportations éclairs du commissaire, celle de l’hôpital étant d'un niveau de "What The Fuck" qui n'a rien à envier à Rambu et ses tuk-tuks. Il y a aussi son chauffeur dont on ne parle pas assez, un homme au chiffon tellement expressif que je suis surpris de ne l'avoir pas vu mentionné dans la chronique.

Alors oui, le film est épouvantablement sexiste, et ni les meurtres sadiques ni les blagues grasses sur le viol ne me font rire dans un contexte habituel. Mais là on parle d'un tueur belge pourchassé par la fusion improbable entre "Navarro" et "Droopy" qui masturbe sensuellement son levier de vitesse avant d'empaler ses victimes dessus. Je ne pense pas qu'il faille tant d'efforts de distanciation pour sourire (et plus) à un postulat aussi débile, qui pour ma part lors du visionnage a largement suffi à désamorcer toute la glauquitude construite autour.

Il y a sur le site déjà pas mal de films qui se donnaient pour intention affichée d'exploiter de façon assez répugnante les plus bas instincts de leurs spectateurs. Ils ne deviennent des nanars que parce qu'ils le font d'une façon tellement outrancière, stupide et incompétente qu'ils en deviennent plus ridicules que choquants. Pour moi "Brigade Anti-Sex" rentre largement dans cette catégorie.



Kobal
Kobal

Brigade Anti-Sex
PUB

Les notes des membres

Moyenne : 1
avatar de Kobal Kobal : ?
avatar de Labroche Labroche : 1
avatar de Rico Rico : 1
avatar de Wallflowers Wallflowers : 2

Cote de rareté

Je vous l'ai dit, ce film est une pure rareté, dont on n'a même pas retrouvé trace de l'affiche originale. Il ne semble exister que la bobine ciné originale, sans notion de sortie vidéo où que ce soit. Comment ça "Dieu merci" ?
Cote de rareté : 7/Jamais Sorti Consulter le barème de notation