Accueil > Chroniques > Nanars gnangnan > Musical > Can't Stop the Music

Can't Stop the Music

  • Titre original : Can't Stop the Music
  • Réalisateur : Nancy Walker
  • Année : 1980
  • Pays : Etats-Unis
  • Genre : C'est la fête aux Village (Catégorie : Musical)
  • Durée : 2h00
  • Acteurs principaux : Les Village People, Steve Guttenberg, Valerie Perrine
Note :
3
Rico
Rico

Chronique



Can’t Stop the Music : c’est la comédie musicale disco des Village People !



Y a-t-il vraiment besoin d’une chronique après avoir dit ça !








Si ? Oh ben, vous êtes exigeants vous, rien que le concept se suffit à lui-même, non ? Bon O.K alors… Eteignez les lumières, allumez les spots, ressortez la boule à facettes !



La fin des années 70. l’insouciance, les Ray Bans, les moustaches, les synthés rutilants, le melting-pot triomphant, la San Francisco Touch, le sexe sans SIDA. En un mot "The Village People" (oui je sais, ça fait trois mots…).



Dans la grande vague des films disco qui ont inondé les écrans suite au triomphe de "La Fièvre du samedi soir", Jacques Morali, créateur-producteur du groupe, s’est dit que c’était le bon moment pour lancer un véhicule apte à propulser les Village au firmament du succès cinématographique. Une biographie romancée de ses poulains, pleine de musique et de couleurs, où des p’tits gars sympas et positifs, tout juste sortis des bas-fonds dans leurs défroques de carnaval, se lancent à la conquête du monde. Les années 80 naissantes portaient la promesse de tous les possibles. La planète déboussolée n’attendait que ça, et s’offrirait sans retenue à ces messies de la joie, de l’amour universel et de l’ambiguïté sexuelle. Tiens, c’est bien simple, à la pensée de tous ces billets verts qui n’allaient pas manquer de pleuvoir sur ce succès obligé, Morali en avait presque les larmes aux yeux…







Manque de bol, arrivé après la retombée de la fièvre disco aux States, distribué au même moment que « Xanadu » et « BIM Stars », écharpé par la critique, récoltant les razzie awards du plus mauvais film et du plus mauvais scénario, le film se ramassa sévère au box-office. Il y eut bien une tentative pour sortir ce film en France, sous le nom "Rien n'arrête la musique" (merci à tous les forumers qui nous ont indiqué cette sortie) mais elle se solda vite par un bide tout aussi retentissant. Autant dire qu’après ça, Morali enterra la pelloche au fond du jardin et s’empressa de l’oublier, au grand désarroi des fans français qui ne virent jamais arriver en VHS cette fantaisie musicale, budgétée tout de même à 15 millions de dollars de l’époque (soit à peu près le budget de « Mega Force » et le double du premier « Star Wars »).



On a longtemps pensé qu’on ne reverrait jamais ce film, mais le goût du kitsch étant ce qu’il est, une édition DVD française, reprenant le titre original, est venue rattraper ce manque. Et à la vision du résultat final, on se dit que c'eut été vraiment dommage de rater ça !



Nous voici donc à New York, dans le Greenwich Village de 1980. Un endroit fun où tout le monde est beau, a le sourire et est toujours vaguement artiste. Un coin où on fait du patin à roulettes dans la circulation en chantant à tue tête, où personne ne se retourne quand vous vous baladez dans la rue déguisé en indien, où on rentre dans les appartements par les fenêtres (ouais, c’est New York quoi !) et où le risque principal est de se faire braquer au coin de la rue par une vieille dame. Nous rencontrons Jack Morell, un jeune compositeur bourré de talent qui cherche à monter le groupe de disco ultime pour mettre en valeur les chansons forcément géniales qu’il compose dans son coin. Morell partage un appartement avec Samantha, une top modèle adulée par sa profession mais qui a décidé de prendre sa retraite pour, tu vois, faire un peu le point sur le sens de sa vie. Justement, Samantha connait Felipe, un super danseur qui travaille dans une boîte déguisé en indien… Trouver d’autres gars bien typés pour renforcer le projet ne devrait pas être bien difficile…







New York en 1980. Un monde insouciant et léger...




Reste à financer une démo et alpaguer un producteur… ou à défaut de trouver un pigeo… un brave gars avec un peu d’argent qui pourrait investir quelques dollars dans l’opération. Samantha va donc se mettre à vamper Ron, un jeune banquier sympa mais un peu coincé (il vient du Midwest) qui peut leur ouvrir les portes des studios.



Bon, soyons honnêtes, l’histoire n’a rigoureusement aucune importance, c’est un biopic totalement idéalisé du groupe qui fut, rappelons-le, un des premiers « boys band » préfabriqué de l’histoire. En effet, Jacques Morali construisit littéralement le groupe comme un concept, recrutant la plupart des membres par casting, composant toutes leurs chansons avec son complice Henri Belolo et accentuant volontairement l’imagerie gay du groupe pour accroître son aspect vendeur (alors que la plupart des membres du groupe ne le sont pas).







Les Village People babies...




Contrairement à ce qu’on pourrait penser au départ, les Village People en eux-mêmes ne constituent pas l'élément le plus nanar du film. Acteurs très limités, ils ne sont paradoxalement pas mis au premier plan ici, et apparaissent surtout pour se lancer dans des numéros musicaux délirants sur lesquels nous reviendrons car ils sont véritablement le clou du film. Si l’indien, l’ouvrier et le motard en cuir ont droit à des scènes à eux, voire à leur chanson solo, le soldat, le cow-boy et le policier (pourtant le chanteur du groupe) sont, eux, curieusement plus effacés. Jacques Morali, véritable patron du projet, a-t-il eu peur d’effrayer le public familial avec six personnages incarnant les plus flamboyantes caricatures de l’homosexualité ? Assez probable, puisqu'il noie le poisson avec les vrais héros qui sont incarnés par le trio beaucoup plus straight Jack/Samantha/Ron. Voulant ménager la chèvre et le chou, le film baigne finalement dans une ambiguïté sexuelle permanente à l'imagerie homo très très appuyée sous couvert de film consensuel.







Une imagerie gay vous dites ? Non, on ne peut pas faire plus viril...




Témoin cette scène über-hétéro qu'est la chanson de l’ouvrier en bâtiment, pourtant outrageusement typé gay, et qui se la joue super macho au milieu de girls lascives.







Jack Morell, le personnage joué par Steve Guttenberg, n’est autre qu’une réinterprétation fantasmée de Jacques Morali lui-même. Personnage curieux, qui donne une idée de l’égo du producteur. C’est un génie musical totalement asexué dans le film, véritable moine-soldat du disco, qui ne pense et vit que pour créer le groupe musical parfait. Plus rigolos sont les personnages de Samantha et Ron dont le vaudeville hétérosexuel prétexte donne lieu a des scènes grotesques et parfaitement graveleuses que n’aurait pas reniées un Philippe Clair, à base de pantalon sur les chevilles ou de robes coincées dans une braguette. Samantha est surjouée d’une façon parfaitement horripilante par l’ex playmate Valerie Perrine, (le rôle avait été proposé à Olivia Newton-John, qui préféra tourner dans « Xanadu ». Entre la peste et le choléra…) qui se retrouve mise en avant comme caution féminine d'un film qui pourrait paraître trop "gay friendly". Quand à Ron, il est interprété par Bruce Jenner, un ancien athlète au jeu limité mais qui porte très bien le body moulant coupé à ras le nombril.





De l'humour fin.



Des personnages pas caricaturaux...



Des T-shirts estampillés "Bruce Baron approved".




Le film est inégal, les scènes de comédie s’avérant assez vite gavantes à force de nunucherie et d’humour pas drôle. Le film fait quand même ses 2 heures et n’est pas toujours d’un niveau de crétinerie constant, avouons-le. Ainsi le final, qu’on aurait pu espérer grandiose eu égard à la tartignolerie des numéros musicaux précédents, n’est qu’un bien trop sage concert géant où les Village People peuvent faire triompher leur talent enfin reconnu. Heureusement (et c’est tout le moins dans un film musical), le film se lâche dans ses autres numéros chantés absolument déments, tel celui de l’audition où le motard en cuir, à genoux sur une table, se lance a capella dans un vibrant chant irlandais.





Oh Kenny Boy, the Pipes, the Pipes Are Calling...




Le sel de « Can't Stop the Music » réside également dans la débauche de sous-entendus gays et, plus largement, sexuels qui parsèment le film. J'en tiens pour preuve cette scène de folie où les Village sont embauchés pour tourner un clip promotionnel pour le lait. Vêtus de costumes blancs, entourés de danseuses et de bouteilles de lait bien phalliques, ils papillonnent autour d'une Valerie Perrine alanguie dans un verre de lait géant, avant, lancés dans leur chorégraphie, de littéralement prendre leurs showgirls par derrière ! Au final, après un crescendo orgasmique, tout explose dans un lâché de ballons blancs où ils entourent enfin leur amie rayonnante. Faut être sacrément aveugle pour ne pas voir la métaphore d’une éjaculation géante, avec nos 6 amis dans le rôle des spermatozoïdes et Valerie en ovule languissant.







Le pompon est atteint avec la reprise de YMCA (le seul de leurs succès réutilisé dans ce film, le reste des morceaux ayant été composé pour l’occasion), qui se déroule dans un club de sport pour hommes où la réalisatrice ne se donne même plus la peine de cacher les sous-entendus gays. C’est une avalanche de plans d’éphèbes sous la douche, d’athlètes au ralenti le muscle tendu par l’effort, de lutte gréco-romaine en gros plan, de ballets nautiques, de scènes en jacuzzi… On n'avait plus vu un tel culte du corps sportif masculin depuis Leni Riefenstahl ! On en a profité pour inclure un petit extrait vidéo qui devrait vous donner une idée de l’énormité de la chose…







Autant dire que dans son genre, voilà un film qui fleure bon l’insouciance et la folie de la fin des années 1970. Si le résultat final sombre dans un ridicule achevé, les Village People n’en sortent eux que plus funs et sympathiques. Alors comme ils continuent toujours à tourner sur scène ou dans les discothèques (même si certains membres du groupe ne sont plus ceux d’origine), n’hésitez pas à vous faire dédicacer le DVD à leur prochain passage dans votre Macumba local !





Rico
Rico

Can't Stop the Music

Vidéos

Noter cette vidéo :

PUB

Les notes des membres

Moyenne : 2.58
avatar de Barracuda Barracuda : 1.5
avatar de John Nada John Nada : 2
avatar de Labroche Labroche : 3
avatar de MrKlaus MrKlaus : 3
avatar de Rico Rico : 3
avatar de Wallflowers Wallflowers : 3

Cote de rareté

Patronné par "StudioCanal", le DVD du film vient enfin de sortir en France dans un élégant emballage fuchsia sous son titre original. Le film, bien que bénéficiant d'un doublage français, n’existe dans cette version qu’en V.O. sous-titrée. Par contre, on peut déplorer pour le prix assez élevé l’absence totale de bonus.



Cote de rareté : 1/Courant Consulter le barème de notation