Accueil > Chroniques > Nanars martiaux > Tatane > Les Casseurs

Les Casseurs

  • Titre original : Breaker ! Breaker !
  • Titres alternatifs : Truck le justicier des routes, Truck le duel sur la route
  • Réalisateur : Don Hulette
  • Année : 1977
  • Pays : Etats-Unis
  • Genre : Frais comme les aisselles d'un routier en plein mois d'août (Catégorie : Tatane)
  • Durée : 1h26
  • Acteurs principaux : Chuck Norris, George Murdock, Terry O'Connor, Don Gentry
Note :
2
LeRôdeur
LeRôdeur

Chronique





Chauffeur routier c’est un dur métier, sauf pour Chuck, car rien n’est trop dur pour Chuck.



Chuck (existe aussi avec moustache)



Hop !


Camionneur souriant, Chuck mène une vie bien remplie de préoccupations à la Chuck : il passe ses journées à lancer des petites vannes foireuses sur sa C.B. et le reste du temps, il s’initie aux joies de la moto en compagnie de son frère, un môme de 11 ans (ou peut-être plus vieux, je ne sais pas quel âge il a mais il en paraît 10 de moins). Ou bien encore, il explique à ses copains les principes philosophiques du karaté (''Il faut ouvrir son troisième œil et après on est très fort mentalement'').



Le karaté, une philosophie millénaire (Tiens, prends ça dans les couilles, connard !).


Un jour, sur une aire d’autoroute, Chuck croise un ami camionneur paralysé du côté droit suite à une baston. ''Ca doit pas être facile de conduire un camion en étant paralysé du côté droit'' se dit Chuck.



Par contre, sans les neurones, c'est possible !


Il se propose donc de conduire le bahut de son ami à bon port, et confie le volant de son propre camion à son frère de 11 ans.



Si je réussis, tu me laisseras présenter le télé-achat à ta place hein, dis Chuck ?!


C’est là que commence le drame. Inexpérimenté dans l’art de la C.B., le frère de Chuck est attiré dans un traquenard grossier ourdi par les méchants de la ville de Texas City, bourgade de Californie dénommée ainsi en hommage au fils du maire (qui s’appelait Tex... tous les moyens sont bons pour arriver à caser le mot "Texas" !), et dont les habitants font rien qu’à capturer les routiers. Le frère de Chuck, qui est bien moins malin que ce crétin de Chuck, se retrouve donc emprisonné en territoire maudit.



Zut ! Raté !



Le vilain en chef


''Quoi ? un village de méchants maltraite le frère de Chuck ?! Ca c’est une mission pour Chuck !'' se dit Chuck. En attendant, Chuck, qui picole dans un restauroute, est retardé dans sa mission par un gros chauve qui lui lance un défi : cet olibrius prétend qu’il est meilleur que Chuck au bras de fer ! Le gros chauve est vraiment balèze (''T’as vu ses biscotos ? Ce mec c’est l’ange polonais !'' lâche l’ami de Chuck) mais Chuck en vient quand même facilement à bout car il est over the top (mais un peu moins que Sly quand même, car sans la casquette à l’envers).



Chuck : "Il ne faut pas que je me laisse déconcentrer par ce chapeau ridicule !"



Mais de qui il parle ?


Mais revenons à la mission. Où c’est que j’en étais-je ? Mazette, je me suis perdu dans les finesses du scénario… Ah ! oui, ça me revient : ''Quoi ? des méchants maltraitent le frère de Chuck ?! Ca c’est une mission pour Chuck !'' se dit Chuck. Et il se rend en camionnette à Texas City pour mettre des coups de pieds dans les méchants.



Mouahaha ! Grâce à ce camouflage subtil, ils croiront tous que je suis un vendeur de dindons !


Dans le patelin maudit, Chuck se fait un allié de poids en la personne de l’idiot du village, alias l’homme qui zozote sur son tricycle, fan de Chuck depuis que Chuck lui a appris à déjanter un pneu. Pour la peine, c’est lui qui va mourir à la place de Chuck (ça sert à ça les amis !).



J'arriiiive !



BANG !


Mais Chuck se fait également une copine, une fille, célibataire, qui tombe amoureuse de Notre Héros Chuck car, euh… car elle aime bien les routiers karatékas dans le genre de Chuck (c’est la seule explication rationnelle que j’ai pû trouver). Quoi qu’il en soit, cette histoire d’amour débouche rapidement sur le gros clip émotion nanar sur fond de slow country, où l’on voit Chuck et sa copine se tiendre la main tendrement sous un chêne, comme deux glands.





Il est amoureuuux-heu !


Le reste de l’histoire peut être condensé par cette phrase, prononcée dans le film par un ennemi de Chuck : ''Quand la force est nécessaire, il est souvent bon de l’appliquer''. Bref, Chuck latte tous les méchants, puis ses copains routiers rasent la ville avec leur gros camions suite à quoi l’imbécile de frère de ce crétin de Chuck est sauvé et c’est fini.



BANZAAAAI !





Je tiens à signaler, mais c’est une évidence, que la réalisation (signée Don Hulette) est à la hauteur de ce splendide scénario : utilisation abusive du zoom et du ralenti, décadrage de combats miteux et photo délavée sont de la partie. Avec en prime une séquence finale pompée sur Sergio Leone lors d’un combat spécialement grotesque, le cinéaste enchaînant les plans de Chuck avec des plans de jument.













Damned ! Le coup du pneu ! Chuck va-t-il en "rechaper" ?



Quant aux dialogues, ils donnent dans la métaphore subtile comme en témoigne cette réplique lancée par une serveuse du restauroute : ''Les routiers sont comme les chats, il suffit de les regarder avec des grands yeux tristes et ils vous donnent un double pourboire''.



Sans parler du col pelle-à-tarte de Chuck, fait avec des vrais morceaux de pelle-à-tarte...


En résumé, Chuck devrait plutôt faire attention où il met les pieds, car c’est souvent dans le nanar. Et pour finir, je donne au film la note de 2 sur 5, car c’est un bien beau film, en dépit du fait qu’il choque Maurice.

(Un gros merci à Kobal pour l'iconographie !)



LeRôdeur
LeRôdeur

Les Casseurs
PUB

Les notes des membres

Moyenne : 1.42
avatar de Kobal Kobal : 1.75
avatar de LeRôdeur LeRôdeur : 2
avatar de Rico Rico : 0.5

Cote de rareté

Plusieurs éditions VHS sont trouvables. Sous le titre "Les Casseurs", le film a été édité une première fois chez South Pacific Video / Video Reflex puis chez Fil à Film qui en a tiré plus tard une édition discount en boîtier carton. Le film a également échoué chez Prestige Video qui l'a fourgué sous le titre "Truck", sertie dans un boîtier métallisé figurant une illustration volante de Chuck barbu sur fond de bannière étoilée ("comme ça c'est certain, on va en vendre un max !" s'écria alors le chef des éditions Prestige Vidéo).







De nos jours, on peut trouver facilement une rondelle numérique du film en zone 2 (VF stéréo) chez Fravidis. Cette édition, également illustrée avec un vieux footage de Chuck barbu dans le but d'attirer le fan étourdi de Walker Texas Ranger, reprend le titre original de la bête, "Breaker ! Breaker !". Même tripatouillage en devanture chez Intégral vidéo, une édition peu onéreuse qui édite le film sous le titre absurde de "Truck, le justicier des routes". Les plus purs d'entre les purs claqueront 30 € pour se payer le mirifique coffret Fravidis "Breaker Breaker / L'Homme du Président / Forest Warrior" ou bien attendront sagement derrière un pilier de Trocante de voir passer la buse pour moins cher. Les amateurs de jaquettes collectors se rueront derechef sur l'édition en kiosques de chez Opening qui propose un visuel non truqué épatant. Ceux qui ont un petit vélo et qui voudraient se ruiner en achetant un Chuck en VO au prix de l'import peuvent toujours se procurer, entre autres, le DVD anglais de chez Pinnacle / Anchor Bay au prix à peine malhonnête de 12 £.



Cote de rareté : 2/Trouvable Consulter le barème de notation

Affiches en plus

Une affiche double-programme avec
Une affiche double-programme avec "Combat Final"