Accueil > Chroniques > Nanars monstrueux > Animalier > The Cat

The Cat

  • Titre original : The Cat
  • Titres alternatifs : Karaté Cat, The 1000 Years Cat
  • Réalisateur : Nam Nai Choi (Ngai Kai Lam)
  • Année : 1992
  • Pays : Hong Kong
  • Genre : Chat karatéka contre chien méchant (Catégorie : Animalier)
  • Durée : 1h24
  • Acteurs principaux : Waise Lee, Gloria Yip, Ng Wing Mei et Philip Kwok
Note :
4
MrKlaus
MrKlaus

Chronique



Ne vous fiez pas à la jaquette, ce monument d’hystérie abracadabrantesque que HK n’osera sûrement pas nous montrer dans sa collection de DVD a certainement déclenché un grave traumatisme parmi ceux qui l’ont vu (moi en particulier). Scénariste en état d’ébriété, acteurs qui semblent s’être trompés de plateau, réalisateur parti en vacances, musique et effets spéciaux à deux balles : toutes les conditions sont réunies pour faire de « The Cat » un classique du n’importe quoi aux côtés de « L'Homme Puma » et « Les Prédateurs du Futur ».



Le meilleur acteur du film.


Tout d’abord, il faut savoir que Nam Nai Choi est le réalisateur de « Story of Ricky », déjà chroniqué ici, ainsi que plein d’autres films fauchés, bref c’est le Bruno Mattei chinois (oui j’ai pas peur des mots) qui ferait passer Godfrey Ho pour un enfant de chœur. Cet adepte du mauvais goût est un des réalisateurs les plus connus de la Catégorie 3.



Argh !!! Ma montre !


Le pitch est le suivant : un écrivain poursuit une femme et un chat qui sont en fait des extraterrestres pourchassés par une bouse de l’espace très dangereuse qui peu prendre plusieurs formes. Alors que le héros mène une enquête digne des pires épisodes de l’inspecteur Derrick, il a la bonne idée d’engager un chien afin de retrouver le matou.



Notre héros, très concerné (bon, c'est bien beau tout ça mais quand est ce qu'on me paie ?)


Ainsi nous avons droit à une scène qui compte sans doute parmi les plus aberrantes de toute l’histoire du cinéma, à savoir le combat entre le petit chat noir et le gros molosse. Tout se déroule dans une casse de voitures et on se demande si vraiment aucun animal n’a été blessé pendant le tournage. Le chat, très souple, fait des bonds en l’air, actionne des leviers, joue à Tarzan avec une chaîne, étrangle le chien avec son propre collier puis l’électrocute. Les combats sont quand même signés Philip Kwok, qui joue aussi un rôle dans le film.



Philip Kwok, le regard vif (mais qu'est ce que je fous là moi ?)


Finalement le héros sympathise avec les extraterrestres (car ils sont sympas en fait, ils veulent juste rentrer chez eux) mais il est attaqué chez lui par la bouse qui a pris l’apparence d’un humain (Philip Kwok) et qui s’amuse comme un fou à shooter dans les livres. Notre héros lui envoie tout ce qui lui passe sous la main (des cocktails molotov, des bidons de gaz) afin de mettre hors d’état de nuire le méchant (qui lui est lourdement armé, il faut bien le dire) mais rien n’y fait...



Et vas-y comment j'te shoote partout !


Le final, sur un toit, opposera nos héros à la grosse bébête qui sera évidement vaincue par le chat venu de l'espace.



Alors là ça rigole plus !


On ne sait pas trop pour qui ce genre de film a été fait car il y a un peu de tout : un peu de gore, du fantastique et des gunfights à la John Woo pour faire classe...



Heureusement le chat est là.


Rien (ou plutôt tout) est à sauver dans ce film : trucages foireux (les apparitions de plus en plus grotesques de la créature), le héros qui chaque fois que le réalisateur a un trou lui fait faire tout un tas de truc sans intérêt qui n’apportent strictement rien à l’histoire mais qui font gagner du temps. C’est ainsi qu’on le voit : écrire sur son bureau, manger du crabe, écrire sur son bureau, balancer sa femme dans la piscine pour rigoler un peu, puis on le revoit écrire sur son bureau. Sans parler des dialogues : « J’ai souvent voyagé avec des femmes, mais avec un chien c’est la première fois » où l’on se dit que ça aurait été bien qu’il existe une VF de ce film. Bref un DVD à acheter les yeux fermés.





MrKlaus
MrKlaus

The Cat
PUB

Les notes des membres

Moyenne : 4
avatar de Drexl Drexl : 4
avatar de John Nada John Nada : 4
avatar de Kobal Kobal : B.F.
avatar de MrKlaus MrKlaus : 4

Cote de rareté

Toute l'œuvre de Nam Nai Choi, que d'aucun n'hésitent pas à surnommer le Ed Wood hongkongais pour son aspect bricolo et décomplexé, est restée longtemps scandaleusement invisible chez nous. On devait essayer de récupérer l'un des 3 DVD chinois (multizones) de chez "W.A.", "Fortune Star" ou "DeltaMac" (la plus courante) comprenant à chaque fois des sous-titres anglais. Manque de chance, ces deux éditions furent rapidement épuisées.





Le DVD de l'éditeur hongkongais "Fortune Star", qui propose le film sous le titre "The 1000 Years Cat".


Et puis en septembre 2012, "Seven Sept" l'a édité sous le titre "Karaté Cat" dans sa collection "Hong Kong Boulevard" avec... Robotrix ! Excellent choix. Bon, faut pas s'attendre à monts et merveilles, c'est du basique en VOST et la qualité d'image est correcte sans plus. Mais bon, c'est déjà beau !

Cote de rareté : 2/Trouvable Consulter le barème de notation