Accueil > Chroniques > Nanars fantastiques > Robots, cyborgs et androïdes > Circuitry Man

Circuitry Man

  • Titre original : Circuitry Man
  • Réalisateur : Steven Lovy
  • Année : 1990
  • Pays : Etats-Unis
  • Genre : Court-circuit vers le nanar (Catégorie : Robots, cyborgs et androïdes)
  • Durée : 1h33
  • Acteurs principaux : Vernon Wells, Jim Metzler, Dana Wheeler-Nicholson
Note :
1
Inkizitor
Inkizitor

Chronique





Tout un programme !




Heure H – 12 jours : encore une fois, je le vois sur le net, lui, le « Circuitry Man ». Jamais aperçu chroniqué nulle part, j’en avais vu quelques images chez un ami, une scène mémorable avec Vernon Wells, le grand méchant de « Commando », Bennett et sa cotte de maille, en train de faire le zouave dans un désert. Dans ma quête d’absolu, je me devais de réunir ces puissants artefacts cinématographiques : toutes les œuvres de Vernon Wells.





Vite, n'en perdons pas une miette !




Heure H – 4 jours : un de mes rabatteurs me fait part d’une trouvaille dans un Cash de la région parisienne : « Circuitry Man » en VF, à 3 euros. Il me le prend et je le retrouve le soir. On se matte dès lors un petit « Guerriers du Bronx ». Mais près de moi, le sac plastique bon marché rougeoie, Vernon me regarde de son œil vide et glauque…





Elle vient ou quoi cette chronique ?!




Heure H – 1 jour : je teste l’appareil photo pour faire des caps, je me dis que ce film va forcément valoir le coup ! C’est pas possible autrement !



Heure H : Ca y est, la bande tourne, je peux enfin me délecter d’un film avec Vernon Wells sur la jaquette. J’y crois à mort. Il est 9h00 du matin, la journée commence bien !



Heure H +00h10 : bandes-annonce passées (« Philadelphia ») et générique de plus de quatre minutes, très lent, qui filme un sous-sol… Ca va venir, je le sens !



Heure H +00h15 : Alors ça c’est l’héroïne, ça c’est une méchante, okay. La méchante ressemble au professeur Schneider dans « Indiana Jones », elle a même un Luger (elle s'appelle Yoyo, bien dark le futur). Une aventure « High tech ». Alors la nana du premier rôle, c’est une ancienne garde du corps, reconvertie dans la haute couture (mouais) et on lui propose un dernier contrat, avec son ancienne patronne Juice (re mouais).





La terrible Juice !




Heure H +00h20 : CA Y EST, je l’ai vu ! La vache, il est moche ! Vernon Wells, le vrai « bad guy » du film, s’appelle Plughead (prononcez plOUghead, comme dans le film) et il achète des composants informatiques qu’il se met sur le front et qui le font jouir semble-t-il. Lui-même s’est reconverti : de psychanalyste à truand. Décidemment, le futur c’est cool : on passe du doctorat de physique quantique à la fabrication de drakkar sans trop de problème.





PlOUghead, ouah il est beau quand même !




Heure H +00h25 : Bon alors la nana s’est enfuie avec les composants et le héros ramassé au passage, Roméo, un robot (l’Homme Circuit en français) en manque de fiancée. Elle veut aller à New York pour revendre les composants, elle a besoin d’un chauffeur pour passer le Labyrinthe qui, paraît-il, sépare Los Angeles du marché où elle doit aller.





L'héroïne et le héros




Heure H +00h35 : Ah, c’est ça le labyrinthe ? On dirait un parking vide, c’est marrant tiens. Et puis pourquoi ça s’appelle comme ça ? Ils roulent tout droit depuis tout à l’heure ! Bref, le mec doit être un chauffeur exceptionnel. Tiens tiens, de la bave qui tombe sur la voiture de nos héros, chouette ! Une créature dégoulinante ! Tant mieux, je commençais à m’ennuyer.



Heure H +00h37 : Cruelle déception, ils se font attaquer par de grosses sangsues baveuses pleine de "toxines" en fait… Et ils rencontrent un mec qui s’appelle Leech qui leur vend de l’oxygène pour les accompagner à New York (ouais on peut pas respirer dehors paskeu c’est plein de pollué). Evidemment pendant ce temps, PlOUghead ne lâche rien !





Leech fait du gringue. A noter qu'il se nourrit de bave de sangsue (d’ailleurs « leech » en anglais ça veut dire « sangsue », c’est d’une logique imparable).




Heure H +00h45 : Tiens, y a des bars routiers dans le futur pollué ? Bon, pourquoi pas après tout, ils roulent bien dans une décapotable depuis tout à l’heure. Bon l’oxygène en fait c’est un petit tuyau qu’ils se mettent dans le nez, c’est pas très esthétique, et ils ne le mettent pas dans la voiture (en effet, les Cadillac de 1967 semblent être équipées d’un système de ventilation interne qui prend l'oxygène ailleurs qu'à l'extérieur, système dont ne bénéficie pas la voiture des méchants, c’est bien fait le retour vers le futur quand même).





Attends, j'ai une crotte de nez qui m'embête.




Heure H +00h49 : Baston dans le bar. Ils se font un ami qui va les conduire jusqu’à New York. Je comprends pas, ils se tapaient dessus y a cinq secondes ! Boarf, c’est le futur en même temps.





Je joue MAAAAAAAL !




Heure H +01h10 : Ah, bon alors ça c’était pas mal le coup de PlOUghead qui se fait un groupe de truands en leur mettant une grosse pression ("Remets-moi mon tuyau en place, avec ta bouche").





Ouah on se croirait dans Mega Force !




Heure H +01h15 : C’est marrant, le camion où voyageait nos héros est percé, mais ils mettent pas leur tube dans le nez. C’est compliqué le futur quand même ! Ah, ils se font rattraper, voyons voyons.





Une aventure High Tech.




Heure H +01h20 : Houla, ça c’est l’esprit du grand méchant ? Et ben c’est pas bien beau…





"Bienvenue... Dans mon mental..." Je me disais aussi...




Heure H +01h30 : Hum, générique…



Ouais, Bon alors je coupe ma télé et je me regarde dans la glace. Pourquoi tant de haine ? Hein ? Vernon, t’aurais pas pu y aller franchement ? D’accord, tu joues très, mais alors très mal. T’en fais des caisses, ton regard à deux balles et tout, je te l’accorde. Et puis faut dire que les seconds couteaux sont bien là aussi pour t’aider ! Le maquillage est très mauvais et l’histoire est sans queue ni tête : j’ai pas compris pourquoi tu voulais juste te faire l’héroïne au lieu de récupérer tes composants mais bon. Ah, j’ai lu la jaquette ! C’est pour ça que tu la suivais, d’accord !



Mais il n’empêche qu’en fait, ce film oscille en permanence entre le navet de seconde catégorie et le nanar tout juste acceptable. Tous les efforts de Vernon resteront vains, il ne fera pas tout à fait parvenir le film dans une catégorie plus correcte.



Conclusion : un moment un peu long, restant nanar étant donné l’ambition annoncée du film (« entre "Brazil" et "Blade Runner" » nous promettait pourtant la jaquette). Mais je garde espoir, il y a un « Circuitry man II »…





Laissez-moi sortir de ce film et il n'y aura pas de blessé !





T'es sûr que je joue mal ? T'es sûr ?





Je sais, j'avais l'air moins con dans « Commando »...





5 ans plus tard, PlOUghead revient !






Inkizitor
Inkizitor

Circuitry Man
PUB

Les notes des membres

Moyenne : 1
avatar de Inkizitor Inkizitor : 1
avatar de Peter Wonkley Peter Wonkley : 1
avatar de Rico Rico : BF

Cote de rareté

Edité 2 fois en VHS par "Columbia Tristar Home Vidéo" en France et en Belgique, ce film n'a pas encore été récupéré sur support DVD. Par contre, il est disponible en zone 1 chez nos amis amerloques par "Sony" en édition simple ou double avec le numéro 2.



Cote de rareté : 3/Rare Consulter le barème de notation

Affiches en plus

Notez l'accroche, rajouté par l'éditeur français, qui cause aux djeuns des 90's
Notez l'accroche, rajouté par l'éditeur français, qui cause aux djeuns des 90's