Accueil > Chroniques > Nanars monstrueux > Animalier > Les Dents de la Mer 4 : la Revanche

Les Dents de la Mer 4 : la Revanche

  • Titre original : Jaws: the revenge
  • Réalisateur : Joseph Sargent
  • Année : 1987
  • Pays : Etats-Unis
  • Genre : Requin-pétard (Catégorie : Animalier)
  • Durée : 1h31
  • Acteurs principaux : Mario Van Peebles, Lorraine Gary, Michael Caine, Lance Guest, Karen Young
Note :
1.5
Cafard Cosmique
Cafard Cosmique

Chronique





Au cours de l’été 2005, France 3 a entrepris de rediffuser l’intégralité de la série des « Dents de la Mer », à raison d’un épisode tous les jeudi soir. Ca tombait bien, ça faisait une éternité que je ne les avais pas vus. Donc le 1er jeudi, je visionne l’excellent film de Spielberg avec beaucoup de plaisir, tant il a peu vieilli malgré ses 30 ans. Le jeudi suivant, on a logiquement droit au deuxième opus, une série B à peu près potable. Une semaine après c’est « Jaws 3D » avec Dennis Quaid, et la ça commence déjà à se gâter… certaines scènes avec le requin frisent le ridicule, notamment quand le héros dégoupille une grenade tenue par le bras d’un mort qui dépasse de la gueule du requin… mais bref, passons. Non, la véritable claque je l’ai prise avec « Jaws 4 : The revenge ».







Tous les critères du gros nanar sont réunis : un scénario ridicule, des acteurs magistralement à côté de la plaque, des dialogues débiles, des séquences émotion à pleurer de rire. Et le requin… ce bon vieux requin en plastique… nous y reviendrons.



Tout d’abord le scénario. Ellen Brody, veuve de Martin Brody (héros des deux premiers épisodes), vit avec son fils cadet Sean dans un petit port tranquille, alors que l’aîné, Mike, vit aux Caraïbes où il chasse des mollusques. Coup de tonnerre : Sean se fait bouffer au bout de 3 minutes de film par le requin ! La mère accepte d’aller vivre aux Bahamas avec Mike, tout en étant persuadée qu’un grand requin blanc en a après sa famille et qu’il les poursuivra jusqu’au bout du monde. En effet, c’est un grand blanc qui serait paraît-il responsable de la mort de Martin Brody… Une malédiction planerait-elle sur la famille Brody ??? Brrr… A croire que tous les requins blancs ont un lien de parenté et qu’ils ont juré de faire payer à la famille la mort du squale de l’épisode précédent.







Premier gros problème : l’impossibilité pour le spectateur d’entrer dans l’histoire tant celle-ci regorge de sous-intrigues grotesques et inintéressantes. Il faut dire que la « psychologie » des personnages ne permet pas vraiment de s’identifier à eux. Tout particulièrement en ce qui concerne Ellen Brody, tellement mère poule qu’elle en est à baffer. C’est simple : on n’a qu’une envie, c’est qu’elle se fasse boulotter vite fait par le requin ! Alors autant vous dire que sa romance avec Michael Caine, caricature de pilote casse-cou, on s’en tape complètement... L’histoire d’amitié entre Mike et son pote / faire-valoir black (Mario Van Peebles, qui accumule tous les clichés possibles du sidekick noir) est tout aussi inintéressante. Pour le plaisir, voici un petit extrait de dialogue que je vous retranscris de mémoire, alors que Mike, après s’être fait attaquer par le requin et avoir été à deux doigts d’y passer, remonte sur le bateau :



Mike : « - Il faut que j’y retourne…

- Quoi?!? Mais tu es fou !!

- Non, tu comprends, c’est la première fois de ma vie que j’ai peur… et il faut vaincre ses peurs… Par conséquent je DOIS y retourner !
»








Que dire ? Voir les acteurs débiter ce genre de répliques le plus sérieusement du monde est assez navrant. Pour tenter de rehausser le niveau, le réalisateur a fréquemment recours à des flash-back d’Ellen se souvenant de son mari. Evidemment les flash-back en question ne sont rien d’autre que des stock-shots du 1er épisode ! Comme si le réalisateur, conscient de son incompétence, tentait de limiter les dégâts en insérant des extraits d’un « vrai » film pour tromper le spectateur sur son talent. Malheureusement pour lui, cette technique lamentable a surtout pour effet d’agacer tant elle pue l’opportunisme à plein nez. Mais bon, repomper des scènes d’un épisode précédent dans le cadre d’un flash-back peut encore passer si l’on est d’humeur indulgente. En revanche, rien n’excuse la scène finale où l’on voit la carcasse ensanglantée du requin qui coule après avoir explosé… Cette scène vous rappelle quelque chose ? Normal, c’est la séquence finale du 1 ! Non, vous ne rêvez pas, le réalisateur a été jusqu’à copier-coller la scène finale du film de Spielberg telle quelle, pensant sans doute que les spectateurs abrutis que nous sommes n’y verraient que du feu… Un procédé digne de Godfrey Ho ! Tout ça pour vous dire que ça va très loin dans le foutage de gueule. Mais attendez, je ne vous ai pas encore parlé du requin…







Le terrifiant monstre marin en question n’est rien d’autre qu’une vulgaire baudruche, invertébrée et amorphe, pas crédible une seconde, et qui n’arrive même pas à nager droit ! Un peu comme s’il avait bu un coup de trop. Bref, le moins que l’on puisse dire c’est que le manque de moyens se fait bien sentir à chacune de ses apparitions. Il va donc de soi que n’importe quel individu sensé aurait alors pris le parti de montrer le moins possible le requin, en tentant plutôt d’instaurer un suspense reposant sur une menace invisible. Eh bien Joseph Sargent, lui, préfère filmer son requin en gros plan tout au long du film ! Et là ça ne pardonne pas : la texture lisse de la peau trahit la nature plastifiée du monstre et l’on aperçoit même furtivement une fermeture éclair (!) derrière son aileron… (à quoi peut-elle donc bien servir ? Mystère… Et si le requin n’était en fait qu’un ou deux acteurs dans un costume en caoutchouc ? Cela expliquerait pourquoi il avance si lentement et n’arrive pas à garder une trajectoire droite et régulière…).









Bruce, le retour du fils de la vengeance.




Mais je suis vraiment mauvaise langue de me moquer ainsi de ce brave animal, qui est en fait super fort ! A un moment il fait même un gracieux bond de deux mètres hors de l’eau pour pouvoir gober une victime… Tout simplement hallucinant ! Et le plus triste, c’est que le réalisateur a l’air plutôt fier de cette scène puisqu’il nous gratifie d’un somptueux ralenti… Le requin a même droit lui aussi à sa séquence émotion, quand il se fait électrocuter par des transistors qu’on lui a fourrés dans la glotte et qu’il pousse des hurlements déchirants… bah oui, les requins peuvent hurler, vous ne le saviez pas ? Ce sont sans doute les seuls poissons à avoir des cordes vocales.



ATTENTION, SPOILER !























Mais est-ce vraiment un spoiler ? La mort du requin est en effet proprement légendaire : pourfendu par la proue du bateau, l’animal explose comme une boîte de cassoulet périmée. De quoi faire délirer les zoologistes pendant plusieurs générations. Ce n’est que le pompon d’un film qui accumule les incohérences avec enthousiasme : Michael Caine sort de l’eau avec la chemise sèche, Mario Van Peebles survit après avoir été mangé… Oui, après avoir été mangé ! Notre gentil rasta est pris dans la gueule du requin, qui le mâchonne, les dents plantées dans la poitrine, en l’entraînant au fond de l’eau. Or, dans la scène finale, Mario, superficiellement blessé au torse, parvient à regagner le navire ! Van Peebles serait-il Superman ? Non, les spectateurs des projections-test avaient tout simplement trouvé sa mort trop triste, ce qui donna aux producteurs l’idée de le « ressusciter » en tournant une nouvelle scène pour modifier la fin.





Mario Van Peebles... son père, Melvin Van Peebles, joue également dans le film. On espère pour eux qu’ils ont eu le temps de taper le carton.




En conclusion, je dirais que « Les Dents de la Mer 4 : la Revanche » est un très mauvais film heureusement transcendé par chaque apparition du requin, ce qui lui permet d’accéder au glorieux statut de gros nanar. L’évolution de la série est assez symptomatique du syndrome dit des suites : un classique (Les Dents de la Mer), une série B correcte (Les Dents de la Mer 2), une superproduction idiote (Les Dents de la Mer 3), un nanar indéfendable (Les Dents de la Mer 4). Face au résultat du dernier film, on en viendrait presque à réhabiliter « La Mort au Large » !



Notons un détail amusant (ou triste, c’est selon) : Michael Caine tient ici son rôle le plus médiocre et livre sans doute sa plus mauvaise prestation. Or, la même année, il reçut un Oscar du meilleur second rôle pour « Hannah et ses soeurs » de Woody Allen, et ne put assister à la cérémonie car bloqué sur le tournage des « Dents de la Mer 4 ». Ce qui symbolise assez bien le paradoxe de la carrière de ce comédien, qui ne s’est jamais caché d’avoir tourné de nombreux films pour l’argent. Caine déclara d’ailleurs ne jamais avoir vu le film en entier : par contre, il a vu la maison que le film lui avait permis de se construire !





Michael Caine tue le temps en pensant à la belle maison qu'il va pouvoir se payer...




On admirera en outre la conscience professionnelle de Lorraine Gary, comédienne qui, après son mariage, ne sortit occasionnellement de sa retraite que pour les besoins de la série (elle apparaît dans les épisodes 1, 2 et 4.) Un vrai dévouement à la cause des requins mangeurs d’hommes, qui aurait mérité de s’illustrer dans un meilleur film.





...tandis que Lorraine Gary tente de passer incognito.






Iconographie : www.jabootu.com ; www.omenaheights.com





Cafard Cosmique
Cafard Cosmique

Les Dents de la Mer 4 : la Revanche
PUB

Les notes des membres

Moyenne : 1.67
avatar de Cafard Cosmique Cafard Cosmique : 1.5
avatar de John Nada John Nada : 1
avatar de MrKlaus MrKlaus : 2
avatar de Nikita Nikita : 1.5
avatar de Rico Rico : 2
avatar de Wallflowers Wallflowers : 2

Cote de rareté

Sorti dans la foulée de son prestigieux aîné, le DVD de chez "Universal" a vite été trouvable pour un prix ridicule un peu partout. Bien sûr, ne vous attendez pas à une édition collector spécial anniversaire qui tue. A part quelques choix de langues c'est du basique...







On notera au passage la subtile tentative d'arnaque de cette jaquette qui met en avant le titre, sans aucun numéro à la suite mais assorti d’un très discret "La revanche". Encore une tentative de tromper le chaland qui, croyant acheter le chef-d'oeuvre de Spielberg, se retrouverait avec le tout nul quatrième volet et son Michael Caine même pas mouillé quand il sort de l'eau. Il y aurait presque de quoi appeler Julien Courbet...
Cote de rareté : 1/Courant Consulter le barème de notation

Affiches en plus

DVD italien.
DVD italien.