Accueil > Chroniques > Nanars gnangnan > Sentimental > Le Jardin d'Allah

Le Jardin d'Allah

  • Titre original : Le Jardin d'Allah
  • Réalisateur : Richard Boleslawski
  • Année : 1936
  • Pays : Etats-Unis
  • Genre : Kitscherie saharienne (Catégorie : Sentimental)
  • Durée : 1h19
  • Acteurs principaux : Marlene Dietrich, Charles Boyer, John Carradine
Note :
2
Alcatel
Alcatel

Chronique





Le Jardin d'Allah, c'est un nanar luxueux, bien éloigné des Bruce Le et autres Anthony M. Dawson. Adapté d'un roman de l'illustrissime Robert Hichens, il date de 1936, ce qui en fait un véritable nanar cacochyme. Crédité d'un Oscar - mais si, celui de la meilleure photographie ! Richard Boleslawsky l'a réalisé, avec de grandes stars : mieux que Sybil Danning, je vous présente Marlene Dietrich. Oui, celle de L'Ange bleu. Mieux que Christophe Lambert, je vous présente Charles Boyer, un des premiers acteurs français à avoir fait carrière à Hollywood. Première bonne nouvelle : le film est colorisé. Première mauvaise nouvelle : je l'ai vu en VO.







L'histoire. D'un côté, Marlene, qui a grandi dans un couvent, perd son papa qui était très gravement malade, oh là là, elle a tout abandonné pour lui. Elle fonce au Sahara où elle se trouvera elle-même. Dans le genre je vais voir là-bas si j'y suis, déjà, c'est costaud. De l'autre, Charles quitte son monastère en cachette, on appelle ça un prêtre défroqué. Faut voir le frère qui porte ses habits d'un air incrédule au chef, qui se sent alors obligé de lui accorder l'autorisation de parler. Nos deux amis se rencontrent, de manière, bien entendu, absolument fortuite, à savoir dans le train qui les conduit dans le désert. A la gare, un porteur-guide-poète-charmeur arabe emporte par erreur la valise de Charles. Il sort de son wagon et la reprend avant de partir au trot. « Quel homme extraordinaire » se dit Marlene, « Est-il fou ? » « Oui, c'est sûrement un Anglais » réplique l'Arabe.









Un peu plus tard, le cousin du porteur refuse d'entrer dans un cabaret. La danseuse veut le tuer parce qu'elle est amoureuse de lui ! Un homme nous fait rire, Marlene et moi, en faisant remuer sa moustache tout en ouvrant de grands yeux, hihihi. Avec un peu d'observation, on le verrait presque gonfler les joues. Tiens, comme par hasard, Charles aussi est au cabaret. Il est conquis par la belle danseuse qui remue autant son ventre que Max Thayer son cerveau. Soudain, la danseuse aperçoit le cousin du charmeur. Justement, elle a des couteaux dans les mains (j'ignore à quoi ça sert dans une danse orientale, mais c'est sûrement plus utile qu'un pneu). Du coup ça créé un tumulte, ce qui est bien pratique pour que Charles emmène Marlene à l'extérieur.







Elle est belle, Marlene, avec ses cils aussi longs qu'un film de Rohmer. Charles aussi, il est beau, exprès pour les adolescentes américaines de l'époque. Mais qu'est-ce qu'il joue sympathiquement mal. Quand il regarde Marlene, c'est comme s'il se disait « Tiens, j'aurais pas oublié de fermer le robinet avant de sortir ? ». Superbe accent, aussi (« Senk iou »). Dès le lendemain, Marlene et lui sont fous amoureux (même s'ils ne le sont pas encore dit).













Marlene rencontre pour la deuxième fois un devin aveugle qui parle parfaitement anglais. Il trace des traits dans le sable et profère des choses que seule Marlene et son nouvel accompagnateur parviennent à comprendre, par exemple si des fleurs couvrent le désert, ça veut dire « y-a d'la joie ». Elle refuse qu'il l'avertisse de ce que l'avenir lui réserve. Elle s'en va. Le sable se met alors à fumer comme si un feu avait été allumé juste en dessous de la caméra, et le vaticinateur se prend alors la tête entre les mains. On comprend que le destin de Marlene est horrible.







Marlene et Charles font du cheval dans le désert. Un carré d'herbe et trois palmiers suffisent à leur bonheur total. Charles emet un rire.



« - Ca alors ?



- Qu'est-ce qui ne va pas ?



- Vous avez ri. J'ignorais que vous saviez rire.



- Oh... Je ne sais pas.



- Pourquoi, Boris, pourquoi [ouais, Charles s'appelle Boris] ? Pourquoi cette conduite étrange ? Vous êtes profondément tourmenté. Qu'y a-t-il ? Dites-le moi... Vous n'avez pas confiance ? »



« Après toutes ces semaines passées ensemble », elle ajoute. Au vu du film moi j'aurais dit trois jours.








Je vous passe le dialogue ultra gnan-gnan qui s'ensuit. Il se termine par la langue de Charles qui fourche, apparemment : « Je remercie Dieu... » et puis il s'arrête. Le lendemain, Charles pleure en regardant la Vierge. Marlene va tout faire pour lui rendre la foi. Merde trop tard, il s'en va et laisse la pauvre Marlene éplorée. Au moins il a eu la politesse de l'embrasser sur la bouche.







Devinez quoi ? L'instant d'après, sans transition aucune, le prêtre du coin, à qui Marlene avait été confiée, décide de les marier ! Ah merde, c'est pas de bol parce qu'il y a une tempête ce jour-là et ces deux idiots vont dans le désert juste quand il faut pas ! Voilà ce qui arrive quand on veut pas écouter les devins arabes. A propos, le désert la nuit, ça ressemble bigrement à un décor de cinéma, c'est dingue.







Voilà pour les deux tiers du film, le reste étant à peu près de la même teneur. La version colorisée amène le spectateur vers les plus hauts degrés de kitscherie jamais atteints au cinéma. Kitscherie renforcée par ces lieux, la France et l'Algérie, où tout le monde parle anglais mais avec des mots de français. Bidonnant. Sans oublier en touche finale la musique super-crispante de Max Steiner.







Attention, nanar réservé à ceux qui aiment le vieux cinéma et ses bizarreries naphtalinées. Sinon, il apparaîtra au mieux comme un bon film, au pire comme un film ennuyeux. Mais pour les premiers suscités, le film vaut bien un solide 2/5.









Alcatel
Alcatel

Le Jardin d'Allah
PUB

Cote de rareté









Le film a bénéficié de réeditions américaines et britanniques toutes récentes de bonne qualité chez "MGM". Hélàs, à part un master restauré, des éditions simples toujours en anglais sans sous-titres. Une édition française n'est pour l'instant pas à l'ordre du jour. Il faudra se contenter de la vieille VHS d'"Antares-Travelling", heureusement en V.O.S.T.



Cote de rareté: 3/Rare Consulter le barème de notation

Affiches en plus

Affiche allemande.
Affiche allemande.