Accueil > Chroniques > Nanars monstrueux > Epouvante > Maniac Killer

Maniac Killer

  • Titre original : Maniac Killer
  • Réalisateur : A. M. Frank W. (Andrea Bianchi)
  • Année : 1987
  • Pays : France
  • Genre : Histoire d'une société très secrète (Catégorie : Epouvante)
  • Durée : 1h20
  • Acteurs principaux : Robert Ginty, Chuck Connors, Bo Svenson, Dora Doll, Olivier Mathot, Stanley Kapoul, Jean-René Gossart, Suzanne Andrews, Jesse Joe Walsh
  • Producteur : Marius Lesoeur
Note :
3
LeRôdeur
LeRôdeur

Chronique





Dieu, qui est bon, n'a rien fait au hasard. Aussi, le poisson-nettoyeur, qui passe le plus clair de son temps à téter des vitres d'un air con, joue t-il un rôle prépondérant dans l'aquarium en empêchant la prolifération des algues sur les parois. Par analogie, Dieu a sans doute créé le nanardeur afin qu'il débarrasse les dépôts-ventes de leurs VHS invendables qui sédimentent par strates au bas des rayons. Telle une créature des abysses au bord de l'aliénation, j'ai récemment déployé ma pince télescopique en direction d'un objet filmique à un doigt de la gratuité tellement il était en solde...



Expériences Génétiques ou Tortures Fanatiques ?

MANIAC KILLER, Histoire d'une société très secrète.

Un film de A. M. Frank W.




A première vue, une grosse production gore américaine distribuée par 20th Century Fox Vidéo avec de la star plein son générique. A y regarder de plus près, un film fauché, pas gore, tourné dans l'Essonne, sous pseudonyme, par un Italien (Andrea Bianchi alias Andrew White), sur un scénario de Marius Lesoeur, producteur/scénariste d'Eurociné au bizarromètre plus que jamais bloqué sur volume 12. Et en plus, il y a Robert Ginty en guest-star, dans le rôle de Gondrand (?), un prénom qui ne veut rien dire, en totale adéquation avec le rôle.





Alors, mon pt'it Robert... T'es gondrand de jouer dans un film français ?




Comme l'indique le titre, c'est l'histoire d'une société très secrète, tellement secrète qu'elle le restera jusqu'au bout du film. On ne sait pas trop. C'est un genre de Secte des Adorateurs de je ne sais pas quoi, avec un moustachu qui fait semblant d'arracher le téton à une prostituée avec une pince pour la délivrer du mal.



Il met une cape rouge à capuche pointue, tourne un bidule en fer, y'a une loupiote qui s'allume et ça fait rigoler un gros chauve qui ressemble à La Boule dans Fort Boyard. Le moustachu se met alors à agiter un serpent en laiton sous les yeux de sa victime et puis il parle avec de l'écho en débitant des fadaises de génie du mal.





Attention, ça va être insoutenable !





"Hé hé hé ! avé faire peur aux filles avec mon serpent en laiton !"





"Pazuzu ! Pazuzu !"





Aaaaaaaaaah !





"Pazuzu ! Pazuzu !"





"Hiiiiii ! Pas le serpent, pitié, c'est trop horrriiiible !"





Aaaaaaaaaah !




Par la suite, le moustachu disparaît et cède la place à une fille qui torture une vierge pour la délivrer du bien, avant qu'on apprenne que c'est Gondrand Ginty qui a monté la Secte pour torturer une châtelaine qui a refusé ses avances, un soir qu'il dansait avec elle dans son château sous le regard de laquais aux perruques poudrées. C'est pas clair ? C'est normal. Mais ne partez pas, la suite est pire.





Gondrand.





Les laquais.





Gondrand est humilié par les laquais après s'être pris un râteau avec la châtelaine.





"Je me vengerai ! Et vous vous souviendrez de Gondrand, maudits laquais !"




Le film est strictement inracontable tellement les idées biscornues giclent dans tous les coins mais bon, je vais essayer quand même.



Il y a un savant. On sait que le savant est un savant car chez lui il y a un bocal rempli de liquide rouge avec dedans un tuyau en plastique qui fait des bulles. Et puis il y a un ORDINATEUR (c'est une preuve ça, non ? ). On ne sait pas trop ce que fait le savant car comme il le dit lui-même les recherches des savants sont secrètes. Tout juste apprendra-t-on qu'il analyse le sang des animaux dans le but de comprendre pourquoi les gens meurent.





Un... ordinateur ?





Des bidules remplis à la colorex ? Pas de doute, nous sommes chez un savant !





Le savant (un peu inquiétant comme gars)




Il y a un facteur. Pourquoi un facteur ? Parce que chez Eurociné ils avaient tourné auparavant un film éroticomique avec un employé des PTT dans le rôle principal (et Charlotte Julian en guest-star), donc ils avaient un costume de facteur en rab'. Le facteur suspecte le savant d'être un génie du mal et d'avoir enlevé des filles pour se livrer à des expériences génétiques sur elles. Le facteur alerte la police.





Cet homme est en train de vivre le rêve de chacun d'entre nous : porter le mythique costume de facteur qu'à endossé Daniel Darnault dans La pension des surdoués !




Mais heureusement il y a un idiot qui est muet. Le métier de l'idiot est de capturer des lapins pour que le savant étudie leur sang. L'idiot sait tout, il est aware. Il a vu La Boule de Fort Boyard capturer la châtelaine sur les ordres de Gondrand Ginty. Il sait que le génie du mal c'est Gondrand Ginty. Il va tout raconter au savant, injustement soupçonné. Comment fait l'idiot pour tout raconter alors qu'il est muet ? C'est simple, le savant va lui apprendre à parler grâce à son ORDINATEUR. Il tape sur la touche A, un gros A apparaît sur l'écran, et notre idiot muet prononce le son aaaaaaah ! C'est magique. Il tape sur la touche B, un gros B apparaît sur l'écran, allez, répète après moi : bééééé ! etc. jusqu'à ce que l'idiot soit tellement calé en informatique qu'il arrive à dessiner un cheval et une voiture sur l'écran et alors le savant comprend tout : c'est La Boule de Fort Boyard qui a capturé la châtelaine à cheval, sur les ordres de Gondrand Ginty.





Grâce à Paintbrush, tout est soudain beaucoup plus clair





Du coup, lorsque la police arrive, l'idiot muet se passe une main dans les cheveux (il mime un chauve) et se claque sur les cuisses (il mime un cheval) et la police en conclut aussi sec : C'est La Boule de Fort Boyard qui a capturé la châtelaine à cheval, sur les ordres de Gondrand Ginty.



Toi aussi, lecteur, apprends le langage des signes grâce à Maniac Killer :





La comtesse...





sur son cheval...





a été capturée...





par un chauve...





méchant...





dans une jeep...





je l'ai suivi...





et j'ai vu le grand responsable de tout ça...





C'est Robert Ginty qui a fait le coup (allez, et maintenant, tu sors !)




Malgré la maigreur de leurs indices (comme le dit un policier le plus sérieusement du monde : la seule preuve que nous ayons c'est la parole d'un muet !), les policiers tirent dans le tas à la mitraillette et libèrent la châtelaine.





Sale affaire...




Voilà en gros. Plus la présence inexpliquée d'un homme-mystère au début du film dont on ne voit que les souliers, ainsi que de temps en temps des vues de monuments parisiens pour ajouter un côté French touch et revendiquer haut et fort le savoir-faire français en matière de cinématographe.





Des souliers bien mystérieux... et qui le resteront !





Bref, encore un film magnifique signé Eurociné, qui a mis en oeuvre des moyens considérables (un costume de facteur, un costume de policier, un flipper, un bocal, un lapin, un ORDINATEUR...) afin que les Américains de la Fox tombent en pâmoison devant l'ampleur de la bête. Comme d'habitude, le spectateur passe par toute une gamme de sentiments inédits (l'ennui euphorisant, le rire interloqué, l'abrutissement joyeux...). A voir au moins pour la scène de l'ORDINATEUR (immense !). A voir également pour Robert 'Gondrand' Ginty, le génie du mal qui a un flipper dans son salon Louis XV, un interphone dans sa cave, et dont le visage trahit un questionnement profond : mais qu'est-ce que je fous là ?





Et pourquoi il parle italien le réalisateur français ? Et il est où, d'abord, François Truffaut ?









Note de Nanarland : après avoir posté cette chronique, Le Rôdeur a affiné le tout en dialoguant avec l'ami Rico, voici le compte rendu de leur discussion d'érudits du nanar. Attention, discussion de spécialistes !



Rico : Oh le beau film que voilà... Deux choses au passage : A. M. Frank est une sorte de pseudo collectif récurent dans les productions Eurociné qui fait qu'on n'est jamais vraiment sûr du responsable du désastre filmique : ainsi Jesus Franco s'est planqué derrière ce pseudo (pour L'Abîme des morts-vivants), on retrouve A.M. Frank crédité pour Terreur Cannibale ou Lorna, lionne du désert, même si ce sont des tâcherons italiens ou espagnols qui ont tourné ces nanars.





Robert Ginty.




Et puis à coté de Ginty il y a du beau monde, un autre rouquin, le costaud Chuck Connors (dans le rôle du professeur) une gueule du cinéma de guerre et d'action dans les années 60 qui a cachetonné en fin de carrière dans des productions minables style ninjateries philippines ou Golan-Globus bas de gamme. J'ai plus de titre de film en tête mais il fait une apparition dans "Y a t-il un pilote dans l'avion" (c'est le technicien irascible qui balance son cigare dans les bidons de kérosène...).





Chuck Connors.




Et puis il y a Bo Svenson, sorte de sosie de Charles Napier, qui est un vétéran des bis italiens de la fin des 80's (Thunder II, Double Target de Bruno Mattei etc.). On la revu dernièrement dans Kill Bill 2 où il interprète le prêtre qui doit célébrer le mariage qui tourne mal...





Bo Svenson.




Le Rôdeur : Pour ce qui est de l'attribution de ce nanar, on n'est sûr que d'une chose : Andrea Bianchi alias Andrew White alias Frank Drew White a participé à la réalisation (d'où le "W" du pseudo, d'ailleurs le film lui est entièrement crédité dans les rééditions récentes) au moins pour les scènes de torture dans la cave qui sont semble-t-il bien dans son style sadico-sexuel. Mais il est clair qu'il n'est pas le seul en cause. Le film a été tourné à Soisy-sur-Ecole, en banlieue parisienne, et tout porte à croire que des tâcherons français sont dans le coup. On soupçonne naturellement Pierre Chevalier alias Peter Knight alias Lina Cavalcanti alias Claude Plault, auteur des pires longueurs du cinéma occidental. Mais également Olivier Mathot, le fils du réalisateur de muet Léon Mathot, ordinairement acteur (et il l'est ici sous un pseudo) et quelquefois cinéaste pour Eurociné quand Chevalier et Franco ont la grippe.





Olivier Mathot.




Sinon pour les acteurs, Rico a raison, il y a bien Chuck "L'Homme à la carabine" Connors (dans le rôle du savant) qui, même quand il joue n'importe quoi, n'arrive pas à être mauvais, et Bo Svenson, que je ne connaissais pas mais qui est néanmoins très médiocre. Sinon, il y a aussi Dora Doll dans le rôle de la servante du savant.





Dora Doll.




A propos de la classification de ce film sur notre site, précisons que, malgré son titre, Maniac Killer n'est pas vraiment un slasher. Plutôt un whodunit fuligineux et mollasson qui viendrait assaisonner, telle une mayonnaise rance, les ultimes rogatons d'une épouvante gothique ayant dépassé depuis 40 ans sa date limite de désuétude.





LeRôdeur
LeRôdeur

Maniac Killer
PUB

Cote de rareté

Deux éditions VHS aux visuels rigoureusement identiques existent chez "Fox Vidéo" (et ben, ils ont réussi à fourguer ça chez Fox !) et "Anca" pour la Belgique.





La VHS russe. Sacré Marius, toujours malin à l'export...
Cote de rareté : 5/Pièce de collection Consulter le barème de notation