Accueil > Chroniques > Nanars fantastiques > Anticipation > Night of the Bloody Apes

Night of the Bloody Apes

  • Titre original : La Horripilante bestia humana
  • Titres alternatifs : Korang la terrificante bestia humana
  • Réalisateur : René Cardona, Sr
  • Année : 1969
  • Pays : Mexique
  • Genre : Gare au gorille (Catégorie : Anticipation)
  • Durée : 1h24
  • Acteurs principaux : Jose Elias Moreno, Carlos Lopez Moctezuma, Armando Silvestre
Note :
3.5
Labroche
Labroche

Chronique





Chez les Cardona, le nanar a toujours été une affaire de famille. Comme expliqué dans la biographie qui leur est consacrée, trois générations de réalisateurs se sont succédées, se passant fièrement le flambeau d’un cinéma mexicain à haute teneur nanarifique. Night of the Bloody Apes est un effort collectif, produit par Cardona Sr et Jr. En plissant un peu les yeux et en regardant au loin, dans la direction du Mexique, on se surprend à imaginer le patriarche des Cardona prenant son fils par l’épaule et lui annonçant noblement :



« - Fiston, aujourd’hui je vais t’apprendre à faire un film. Ouvre bien tes oreilles, regarde attentivement tout ce que fait ton papa, c’est très important. Tu sais fils, un bon film c’est avant tout une bonne histoire, tout commence par un scénario. Or il se trouve que j’en ai encore écrit un pas plus tard qu'hier soir avant de me coucher. C’est l’histoire d’un homme dont le fils est très malade, et que son père veut sauver par-dessus tout.





Un hôpital, mais qu'est ce que c'est ?




- C’est chouette p’pa ! Qu’est-ce qu’il a comme maladie le monsieur ?

- Une leucémie fiston.

- Ah, mais ça ne se soigne pas ça, papa ! »



René sénior lève les yeux au ciel, un sourire bienveillant illumine son visage.



« - Tu sais fils, dans le cinéma il faut voir plus loin que le bout de son nez ! Il faut utiliser son IMAGINATION ! Ne t’inquiète pas j’ai tout prévu. L’homme qui veut sauver son fils est directeur d’un hôpital. Mais il va utiliser des moyens autres pour combattre le mal qui ronge son enfant : il va aller voler un gorille au zoo !

- Et l’animal va se lier d’amitié avec l'enfant, et lui donner ainsi la force de combattre sa maladie !

- Voyons Junior soit réaliste, il ne faut pas pousser trop loin non plus, il faut garder une once de logique, de cohérence, sous peine de perdre ton public !

- Ah…

- Non, le docteur va complètement vidanger le sang de son fils et le remplacer par celui du gorille, comme ça, zou ! Plus de leucémie, fini !




Un oscilloscope ? C'est bon, nous sommes bien dans un labo-nanar.




- Enfin papa, le cœur de l’homme ne peut accepter le sang d’un animal, je le sais c’était au programme de biolo de l’an dernier, j’ai eu 10.5 au contrôle.

- Voyons, crois-tu que je n’ai pas tout prévu ?! Le père est docteur, tu te souviens ? Il va donc greffer le cœur du gorille à la place de celui de son fils, comme ça, on règle le problème !

- …Malin… C’est une histoire qui finit bien alors ?

- René junior, tu as encore beaucoup à apprendre. Ce que je viens de t’énoncer ce n’est que la base de mon scénario. Tu sais, si tu veux réussir dans ce métier, il faut travailler sur des histoires qui tiennent la route, tâcher d'offrir du rêve, de l’émotion, du catch, de l’humour et des frissons à tes spectateurs. Pas se contenter de mièvres resucées vues et revues. Non, je vais t’expliquer l’ingéniosité de ce scénario… La greffe de cœur transforme le fils du docteur en homme singe libidineux (quand nous tournerons les scènes je te parlerai du « plan nichon », cette figure de la grammaire cinématographique complètement sous-estimée que j’apprécie particulièrement). Du coup ce qui pouvait passer de prime abord pour une simple aventure humaine se révélera en fait un véritable « film monde » dans lequel se mêleront audacieusement aventure, suspense, érotisme, intrigue policière, drame familial, anticipation, philosophie, catch, et sensualité.

- P’pa, t’es le meilleur !

- Je sais fiston. »







Petit rappel pour celles et ceux qui ne suivraient pas : cet homme se transforme en homme singe, pas en étron...




Et notre paire de Cardona de se lancer dans le tournage de cet objet filmique réellement ahurissant. Car il faut le voir, cet homme singe libidineux et son maquillage incroyable.. Comme de coutume dans les films mexicains de la grande époque, l’histoire principale est ici couplée à une intrigue secondaire tournant autour d’une catcheuse. L'occasion pour la paire de réalisateurs de grignoter de la pellicule et ainsi atteindre les 84 minutes de ce métrage, en insérant à l'envie de longues séquences de catch d’un kitsch attendrissant.





"Tu vois fils, un peu de catch dans un film ne fait jamais de mal !"




Du coup, le film distille un charme et une nanardise complètement hypnotisants. Les couleurs sont pimpantes, les acteurs surjouent et les Cardonna osent tout (« c’est même à cela qu’on les reconnaît », dit-on dans le milieu) : le superbe maquillage de l’homme singe, les ficelles scénaristiques improbables (outre le pitch débile, le film suit une linéarité désarmante : l’homme singe s’enfuit, viole une femme et se fait rattraper. Il s’échappe à nouveau, viole une femme et se fait rattraper, Ad lib.), les effets spéciaux (voir ci-dessous la scène de scalpage d'un homme chauve)...Tout cela confère a ce film une très haute teneur en nanardise, doublée d'un capital charme qui en fait une pièce de choix digne de figurer dans toute bonne nanarothèque. Attention cependant, les films réalisés par les Cardona sont à réserver aux nanardeurs les plus expérimentés...





Un homme gorille libidineux





Des effets spéciaux impressionnants... ("fiston, ne lésine pas sur la mayonnaise !")





"Le scalpage de l'homme chauve... Il fallait être un Cardona pour inventer ça !"







Labroche
Labroche

Night of the Bloody Apes
PUB

Cote de rareté

Un film rare, jamais sorti en France, disponible seulement en import en langue anglaise chez « Something Weird Video ». Outre cette belle pièce, le DVD contient un autre film, « Feast of Flesh », pas encore visionné à l’heure où ces lignes sont rédigées. Le disque contient en sus pleins de bonus des plus réjouissants, dont des courts-métrages complètement douteux ayant pour noble thématique les hommes-singes !
Cote de rareté : 4/Exotique Consulter le barème de notation

Affiches en plus

Une affiche cinéma.
Une affiche cinéma.
Une édition britannique.
Une édition britannique.