Accueil > Chroniques > Nanars martiaux > Ninjas > The Ninja Squad

The Ninja Squad

  • Titre original : The Ninja Squad
  • Réalisateur : Godfrey Ho
  • Année : 1986
  • Pays : Hong Kong
  • Genre : Ninja of course (Catégorie : Ninjas)
  • Durée : 1h27
  • Acteurs principaux : Richard Harrison, Dave Wheeler, Eduardo Martinez, Timalden Kelvin, James McHugh, Karl Tulloch, Rey Malonzo (non crédité)
Note :
2.5
John Nada
John Nada

Chronique



Ho ho ho, je viens de voir The Ninja Squad, c'était bien rigolo. Plein d'enthousiasme, je me dis que allez, çuila i' faut que j'le chronique. Pouf pouf, c'est parti. Je contemple l'écran de mon ordinateur d'un air un peu niais, les dix doigts en lévitation au-dessus du clavier. Et soudain le doute. Le malaise. L'angoisse. C'est la panne sèche, la hantise du chroniqueur de nanars. Qu'est-ce que je vais bien pouvoir raconter de nouveau ? Tout n'a-t-il pas déjà été dit et redit sur ces films de ninjas ? Est-ce que le radotage nous guette ?



Bon allez, pas de panique. Pour commencer je vous reproduis le simili résumé de la jaquette. Oui, je sais, ça s'apparente furieusement à du remplissage de chronique mais c'est du remplissage utile, parce que mon DVD est dans la langue de Shakespeare, ce qui vous fournit un solide alibi pour aller sur Nanarland (Mais non je glande pas, je te dis que je travaille mon anglais !) :

Note de Nanarland: Dis donc John, en parlant de remplissage, tu crois qu'on t'as pas vu faire une chronique diaporama avant plein de photos et aussi peu de texte ! Tsss escroc va ! Un vrai Godfrey Ho de la chronique. Mais bon, comme une grande partie de l'intérêt du film repose sur son esthétique super flashy, ça serait dommage de se priver...











Richard Harrison mouline dans le vide avec la prestance d'un bœuf enragé.





Ce n'est pas à Dave Wheeler qu'on apprend à faire des grimaces.



« The Ninja empire is at stake as the supreme Ninja master and his disciple confront Ivan the Red, a power-hungry Ninja. When the police fail to help, the young disciple must reveal his amazing fighting ability to save his sister and avenge his mother's murder. The master must face Yvan the Red in a final gruelling duel to determine the fate of the Ninja Empire. The young Ninja must reveal his power to survive ! »





Pfff... en être réduit à entretenir les sous-bois pour le département des eaux et forêts, si c'est pas malheureux...



Tiens, mais...



Qui es-tu ?



Je suis Yvan le Rouge et je suis, euh… un ninja rouge !



Un ninja rouge !



Et bien vois-tu ça ne se remarque peut-être pas mais moi je suis, euh… un ninja blanc !



Une ordure royaliste, un ennemi de la révolution !



Alors c'est toujours la même rengaine hein, c'est ça ?!



La collectivisation des terres et des petites fabriques de bombinettes à fumée, avec vous fini l'artisanat et la créativité des entreprises familiales, tout sera produit en masse et à la chaîne…



Ca je ne peux l'accepter… en garde, coco !



Tu vas mourir, bourgeois !!



Tralala, danse avec les ninjas…





Un bandeau…



HIHIHIHIHI.



Réjouissance immédiate, Richard Harrison déboule dès les premières images du film, sans moustache mais en grande tenue, fagoté dans une immonde tunique chamarrée de violet et d'argent façon Ziggy Stardust ninja. Pourquoi « Ziggy Stardust ninja » ? Parce que sur sa noble charpente, ce vain déguisement fait ni plus ni moins ressembler notre idole à un prince de l'espace gay tout droit sorti d'un space-opera 70's foireux.







Les conseils du maître : « Remember… born a ninja, die a ninja »



Richard Harrison. Punks are not dead !





« What's really important is that you keep the spirit… fight against injustice… and you'll win ! »


Comment se nomme notre Ninja du Bien ? Gordon bien sûr, un prénom très prisé par les parents de ninjas à une certaine époque, à peu près quand les Steven ont commencé à passer de mode. Un sobriquet qui faisait un peu office de seconde identité pour Richard Harrison à Hong Kong puisqu'il le porte dans, en vrac, les V.O.s de Ninja Dragon, The Ninja Shodown, Cobra Vs. Ninja et environ 1000 autres films d'encagoulés.





« The land of opportunity, the golden chance for me, my future looks so bright, now I think I've seen the light » Megadeth – Tornado of Souls (remarquez, ça pourrait aussi le faire avec Surfin' USA…)





Richard Harrison, zen.





Aujourd'hui il fait drôlement beau, je m'en vais bêcher mon potager.



Beuark, bon sang mais ça pue le navet par ici !





Mais… mais… qu'est-ce que tu fais dans mon jardin, toi ?!





Je suis désolé monsieur mais ceux qui osent troubler la quiétude de mes beaux légumes doivent mourir, c'est comme ça !



…argh… je voulais juste… de beaux radis pour cet hiver…



Chouette, un bandeau jaune comme le mien mais avec « NINJA » écrit en rouge dessus !



Au sujet du « vieux film asiatique d'origine » – celui sur lequel viennent se greffer les séquences riches en ninjas colorés comme des Smarties frétillants – il s'agit visiblement d'un métrage indonésien ou philippin (plutôt philippin dans la mesure où on y révère la Vierge Marie) contant les tribulations de « Billy », un jeune homme de retour au foyer aux côtés de sa mère et de son frère, soi-disant après un entraînement de 10 ans sous la tutelle de « Maître Gordon » / Richard Harrison, qui va devoir affronter un affreux gang de racketteurs. Non pas que je ne sache pas que tout le monde s'en contre-fiche mais ça reste souvent bien pratique pour identifier un film de ninjas, qu'on retrouve parfois décliné en une multitude de titres différents et dissimulé sous des visuels hautement fantaisistes. Comme d'hab', les doublages d'ensemble du collage séquences ninja / vieux film philippin faisant un peu office de points de suture, le mot « ninja » revient à l'envie dans des scénettes qui ne le nécessitent évidemment pas. Ainsi, à travers des dialogues mutinement absurdes, Billy s'inquiète très sérieusement des perspectives d'emploi pour les ninjas auprès de sa petite amie (peut-être que du côté d'Interpol…) dont le père policier, qui enquête sur les meurtres de ninjas commis par Yvan le Rouge / Dave Wheeler dans les séquences tournées par Godfrey Ho, ne tolère pas la relation : « Didn't I tell you ? He's a ninja and a dangerous man, I mean it ! You're not to see him anymore and no more !! There've been some ninja killings… bad ninja killings ! ».

Quelques physionomies d'une prestance déconcertante (Filipinos Powa !) :



Un beau brun ténébreux...



...un tireur bouleversant de charisme...



...un playboy au magnétisme trouble...



...et un meneur d'hommes à la moustache altière.



1,2,3… 1,2,3… ça y est, CA Y EST je maîtrise enfin le flamenco ! Plus qu'à apprendre le smurf et la polka et je serai le plus fin danseur de l'univers !!



Nom d'un double-flip-triple-kick mais… on m'espionne !



Arrête ton numéro de claquettes le boiteux, ton moonwalk est lamentable.



Attend un peu pour voir espèce d'affreux jaloux !



Et HOP ! de derrière les fagots...



...PAF ! je te sors ma bottine secrète du French Cancan et…



OUILLE !!



Ah ben non, je ne peux quand même pas décemment achever mon existence de ninja sur cette table de pique-nique d'air d'autoroute…



Aaah, encore un beau bandeau brodé, ma collec' s'agrandit !


A travers un lot généreux de séquences génialement nulles, The Ninja Squad offre une magnifique galerie de fringants ninjas aux tenues toutes plus somptueuses les unes que les autres, osant tout un panel de chatoyants coloris allant du jaune poussin au rouge cerise. Les tons plus sobres tels que le blanc et le noir – toujours chics et indémodables – sont également au rendez-vous. Et puis il y a encore LA tenue ninja fétiche, celle subtilement mouchetée façon camouflage militaire dont Richard Harrison a fait un objet collector fortement convoité depuis qu'il la portée dans Ninja Terminator.



Hep, caméraman ! Vas-y, tu me fais le point sur sa main gauche, OK ? Silence, et... ACTION !



Bien, et maintenant tu nous fais une belle mise au point sur sa main droite... lààààà, nickel, du travail de professionnel ça !



Un plan fixe de profil…



…tu enchaînes avec un de face… ça y est, t'as pigé l'truc petit, tu sais faire du cinoche !



Allez le ninja, là tu nous joues la surprise… voilà, c'est bien…



Non… plus féroce que ça Dave, n'oublie pas : tu es COLERE !



[GHAAA… PAS CONTENT !!!] ...oui, comme ça c'est beaucoup mieux !!





Souvenez-vous : vous êtes FEROCITE mais aussi SVELTESSE, RAGE mais LEGERETE…





Le REGARD, pensez que vous portez des cagoules les gars, c'est important le REGARD.





Attention, moment délicat : tu nous joues l'agonie d'un noble guerrier, l'intensité dramatique doit être là…



Bon là je te dis rien Dave, ces scènes là tu commences à les connaître...


Ah oui, un mot aussi sur les musiques : FAN-TAS-TIQUES. Je ne sais pas où ils sont allés les pêcher – sachant qu'IFD n'hésitait généralement pas à piller tout ce qui lui plaisait, je me souviens notamment avoir reconnu sans doute possible quelques fractions de la BO d'Orange Mécanique dans Ninja Terminator et des morceaux de Tangerine Dream dans plusieurs autres ninjateries – mais chaque morceau d'ambiance est un hit en puissance, avec des synthés bourdonnants au bord de l'implosion et une boîte à rythme 100% synthétique [un érudit mélomane nous a depuis appris qu'il s'agissait des morceaux "Medusa" et "Michelle" du groupe Clan of Xymox, groupe néerlandais officiant depuis 1983 dans le registre darkwave/gothic rock qui n'est évidemment pas crédité au générique.]



Mais... qu'est-ce que c'est que ce débile ?



Ghaaaaaaaaaa…



Mon Dieu mais il pue du bec, c'est une infection !



Ghaaaaa le violet c'est la couleur des pédés ghaaaaa.



Ah ouais, répète un peu pour voir !?!



Ghaaaaa je t'ai reconnu Tinky Winky, l'heure est venue de payer pour tes crimes.



On règle ça par une bonne vieille partie de marelle ninja ?



Gha, trop compliqué ! On n'a qu'à dire que celui qui tient le plus longtemps en équilibre sur un pied a gagné…



Tricheur, je t'ai vu changer de pied !



Bon, et à part ça, toi, tu en penses quoi de cette loi qui empêche nos homologues français de porter la cagoule et le shuriken dans les écoles et l'administration ?



Boarf... moi à la fin de l'envoi, je touche !


Bon, concédons-le : The Ninja Squad est loin de constituer le meilleur ce que les films de ninjas "2 en 1" des firmes IFD et Filmark ont à offrir. La partie "asiatique" du métrage est assez peu intéressante et les séquences "occidentales", celles tournées par Godfrey Ho avec les gweilos déguisés en ninja, se font un peu trop rares, même si le non-charisme de Dave Wheeler en méchant ninja de service et le désintérêt total et si ostensible de Richard Harrison pour ce qu'on lui fait tourner méritent selon moi le coup d'oeil. En tout cas tout ceci méritait bien une chronique, ne serait-ce que pour référencer cet opus demeuré bizarrement inédit en France.





John Nada
John Nada

The Ninja Squad

Vidéos

Noter cette vidéo :

PUB

Les notes des membres

Moyenne : 2.17
avatar de John Nada John Nada : 2.5
avatar de MrKlaus MrKlaus : 2
avatar de Rico Rico : 2

Cote de rareté

Apparemment, celui-ci n’est jamais sorti en France. A moins d’une version québécoise ou africaine francophone, pas de VF donc. The Ninja Squad est disponible en DVD à bas prix depuis qu’il a été ressorti début 2002 par l’éditeur britannique "Hollywood DVD" dans sa collection Ninja, avec version anglaise seulement, chapitrage sommaire et quelques bandes-annonces d’autres filouteries du tandem infernal Godfrey Ho / Joseph Lai également diffusées par l’éditeur. Existe également en packs Double DVD avec Golden Ninja Warrior ou Ninja Dragon. Et puis aussi en pack quadruple avec les deux précédents et Ninja Terminator



Courant été 2005, "Red Distribution" a également sorti un Ninja Squad dans sa "Ultimate Ninja Collection", sans qu'il soit possible pour l'heure de s'assurer s'il s'agisse bien du même film.



Attention, le pseudo-éditeur de DVDs à bas prix "Monarch" a sorti sous le titre "Ninja Squad" une galette de piètre qualité qui dissimule en fait le film de 1984 "Miraculous Flower / Phoenix the Ninja" attribué à Ling Chang et... Godfrey Ho.

Cote de rareté : 4/Exotique Consulter le barème de notation

Affiches en plus




VHS canadienne.
VHS canadienne.