Accueil > Chroniques > Nanars gnangnan > enfants > Nukie et Miko

Nukie et Miko

  • Titre original : Nukie : In Search of America
  • Titres alternatifs : Nukie
  • Réalisateur : Sias Odendal & Michael Pakleppa
  • Année : 1987
  • Pays : Afrique du Sud / Grande-Bretagne / Etats-Unis
  • Genre : Coño ! Habla Castellan ? (Catégorie : enfants)
  • Durée : 1h20
  • Acteurs principaux : Glynis Johns, Ronald France, Steve Railsback
Note :
1,5
Jay-M
Jay-M

Chronique

Il est assez difficile, après avoir visualisé un film aussi profondément crétin que « Nukie et Miko », d'arriver à trouver les mots justes pour le décrire. « Nukie et Miko » représente en effet une sorte d'expérience ultime, même pour les plus hardcores des nanardeurs. Difficile en effet d'arriver à trouver suffisamment de second degré et de recul en vous pour survivre à cet authentique tsunami de mauvais goût, d'épaisse niaiserie et d'humour potache, qui aura tôt fait de balayer vos neurones pour vous laisser, hagards, à rire nerveusement devant votre écran sans parvenir à en détacher les yeux, et ce même longtemps après que les crédits aient fini de défiler [Note de Nanarland : ça sent le vécu...].



Cette introduction (qui a également valeur de mise en garde) faite, penchons-nous sur le contenu. « Nukie et Miko » a été achevé dans des conditions particulièrement apocalyptiques (la légende fait état de sept monteurs différents se succédant pour rendre le film à peu près potable et d'une sortie retardée de 3 ans environ). Et croyez-moi, le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est flagrant ; l'intrigue totalement décousue et le jeu particulièrement démotivé des acteurs en témoignent.

L'histoire est pourtant, à la base, assez simple : Nukie et Miko sont deux gentils extraterrestres morveux à la voix de crécelle, venus de la planète Photon 7, et qui aiment se promener dans l'espace sous forme de boules lumineuses. Alors qu'ils passent un peu trop près de la Terre, ils se crashent misérablement à la surface de la planète après avoir été attirés par sa couleur bleue. Miko atterrit en Californie et est capturé par la "Fondation Spatiale Internationale" (séquence illustrée par des stock-shots de la NASA) tandis que Nukie tombe en plein milieu de l'Afrique Centrale. Alors que Miko subit les pires tortures (deux tuyaux dans le nez), Nukie va apprendre que son frère est la propriété de l'"Amérique" et tâcher de le retrouver par tous les moyens.



L'action de ce film est atrocement lente et certains passages sont terriblement laborieux à endurer, en particulier les séquences moralisatrices (par exemple, quand Soeur Anne explique au Dr. Eric que les Américains ont causé la perte de l'Afrique en y important des inventions telles que les divans...) et les interminables scènes où les deux frères aliens s'appellent inlassablement en faisant ricocher des ondes sonores sur la lune (- "Nukie ! Nukie ! Nukie aide-moi !" - "Miko ! Miko ! Je viens te sauver !", ce qui constitue par ailleurs plus de la moitié des dialogues du film). Pourtant, les ingrédients nanars sont bel et bien présents, et sauvent ce film du naufrage le plus complet.

Le premier et le plus flagrant de ces éléments est la dégaine de nos deux protagonistes principaux. Jamais je n'ai vu de monstruosités pareilles oser postuler au titre de premier rôle d'un film pour enfants. Jugez-en par vous-mêmes...





Citons ensuite pêle-mêle des séquences d'un grotesque absolument incroyable, comme celle où Miko apprend à l'ordinateur central de la fondation spatiale ce que sont les sentiments en le reprogrammant, et où ce dernier, plus tard, refuse de communiquer des résultats d'analyse à une scientifique sous prétexte qu'elle est "méchante" ; celle où le docteur Eric répare un hélicoptère à l'aide d'un chewing-gum et d'un fil de fer ; celle où Nukie lance un "Coño ! Habla castellan ?" mémorable aux deux jumeaux africains terrorisés, qui deviendront pourtant ses deux plus fidèles amis ; ou encore celle où Nukie se met sans aucune raison à danser le disco, avant de provoquer un déluge de feux d'artifices d'une laideur repoussante (le bon goût le plus total étant atteint avec celui en forme de coeur).





Mac Gyver n'a plus qu'à aller se rhabiller.


Il faut également citer le personnage le plus stressant jamais apparu dans un film pour enfants : Charlie, le singe parlant. Ce personnage ne sert absolument à rien dans le scénario, et chacune de ses apparitions vous plongera, au choix, dans la consternation la plus douloureuse ou dans le fou rire le plus hystérique. Non content d'avoir hérité du pire doubleur de tous les temps, Charlie effectue une série d'actes stupides complètement hors de propos qui incluent des discussions sur les tendances vestimentaires à la mode chez les chimpanzés, ou la destruction d'un bocal de bonbons. On a l'impression que l'équipe du tournage a laissé le singe partir en freestyle sur le plateau et laissé les doubleurs se démerder pour lui trouver une vague utilité.



Se pose le problème de la note globale ; « Nukie et Miko » est en effet un film qui frôle dangereusement le navet à de très nombreuses reprises, et qui atteint carrément le niveau de vide abyssal généralement propre à cette dénomination. Mais ne serait-ce que pour les quelques éléments cités ci-dessus, en particulier la laideur incroyable de son personnage principal, il reste quand même un moment presque acceptable pour le nanardeur le plus jusqu’au-boutiste. A ne pas mettre entre toutes les mains cependant... Un peu d'assistance psychologique est recommandée pour ne pas craquer en cours de visionnage. Un vrai monument de misère et de mauvais goût qui vous laissera sans aucun doute stupéfaits !







Jay-M
Jay-M

Nukie et Miko

Images en plus

PUB

Les notes des membres

Moyenne : 1.63
avatar de Jay-M Jay-M : 1,5
avatar de Kobal Kobal : 1.75

Cote de rareté

Une VHS belge de chez "Caroline Production" reprenant le film sous ses noms et visuels originaux existe mais constitue une vraie rareté.



Sinon, attention, imbroglio ! Ce film est sorti en VHS en France sous un titre correspondant à son contenu, mais sous une jaquette copiée sur l'affiche américaine d'un autre film, le sous-ET « Mac et moi ». Qui est derrière ce coup tordu ? Gagné, la frauduleuse firme "Initial", ici cachée sous le nom de "Tommy Pictures".

"Prism Leisure", éditeur connu pour sa tendance à faire n'importe quoi, a sorti un DVD « Nukie et Miko », sous la même jaquette que la VHS : mais le film contenu dans le boîtier est bel et bien « Mac et moi » !

Cote de rareté : 5/Pièce de collection Consulter le barème de notation