Accueil > Chroniques > Nanars d'action > Pur et dur > Piège Mortel à Hawaï

Piège Mortel à Hawaï

  • Titre original : Hard Ticket to Hawaii
  • Réalisateur : Andy Sidaris
  • Année : 1987
  • Pays : Etats-Unis
  • Genre : Tout sur mammaire (Catégorie : Pur et dur)
  • Durée : 1h30
  • Acteurs principaux : Rodrigo Obregon, Ron Moss, Donna Speir, Hope Marie Carlton, Peter Bromilow
Note :
4
LeRôdeur
LeRôdeur

Chronique



1987, Honolulu, son crépuscule qui flamboie, sa mer qui ondoie, sa plage qui sabloie. Une série de clichés paradisiaques de l'archipel de Hawaï défile à l'écran. L'acclimatation au décor dure vingt secondes quand soudain, paf ! un plan nichon, pif ! une publicité déguisée pour le film « Malibu Express » et pouf ! un gunfight à la con ! Il s'est à peine déroulé cinq minutes de film et tous les éléments sont déjà en place. Des décors tropicaux, du cul, des gros calibres : bienvenue chez Andy Sidaris, le roi du film d'action poitrinaire honolulesque !



La séquence pré-générique de « Piège Mortel à Hawaï » contient à elle seule les éléments caractéristiques du cinéma d'Andy Sidaris :

1- Hawaï ; 2- Des bimbos topless ; 3- Du placement-produit (voir « Malibu Express ») ; 4- De l'action.


Décédé il y a peu (début mars 2007, ce qui fait de cette chronique une sorte d'hommage), Andy Sidaris était un transfuge de la télévision américaine devenu gérant d'une entreprise familiale de production de films (sa femme est productrice, son fils est assistant, ses cousins sont figurants, Monsieur Gaston s'occupe du téléfon…), sise du côté de l'archipel de Hawaï, d'où son nom évocateur de Malibu Bay Film. De 1985 à 1998, le clan Sidaris a signé une douzaine de bandes qu'en promoteurs avisés, ils sont parvenus à fourguer à la planète entière par le biais de la vidéo et des chaînes du câble. Des films composés selon la recette immuable du direct to video des années 80 : de l'action et des jolies filles dans des décors de rêve. Rien de bien nouveau en somme (Fred Olen Ray et beaucoup d'autres exploitent le même filon), sauf que la tambouille d'Andy Sidaris a ceci de particulier que tous les ingrédients y sont versés en surdose. Point question de se complaire dans le 50 % action / 50 % sexy vanté habituellement par les jaquettes de VHS. Andy, voyez-vous, c'est 100% tout ! 100 % action ET 100 % cul ! C'est aussi parfois 100 % crétin et 5/5 en note de nanardise, mais nous allons y revenir… Pour obtenir ce résultat, l'idée est simple : Il suffit de remplacer les habituels rambos, justiciers, flics ou soldats par des pin-ups dépoitraillées, flanquées d'hommes de main (qu'ils ont baladeuse) recrutés chez les Chippendales et à qui l'on a préalablement greffé une bite dans le crâne. Le côté policier de l'intrigue n'y gagne pas franchement en vraisemblance mais au moins cela multiplie-t-il les opportunités de plan-nichon et de séquence-baise !



Le FBI de Hawaï, selon Andy Sidaris.



Les copains de nos héroïnes. Aura-t-on jamais vu plus bête que ces deux gugusses ?


Au fil du temps, Sidaris y aura gagné un carré de fans fidèles chez les amateurs de série B du genre Girls with Guns (où se côtoient pèle mêle des œuvres de Cirio H. Santiago, de Ted V Mikels et de quelques fétichistes asiatiques), ainsi qu'une solide réputation chez les amateurs de série Z, de nanars et autres amoureux d'objets filmiques non identifiés, tant il est vrai qu'aussi "cultes" soient l'homme et sa démarche, il faut bien reconnaître la faible qualité générale de ces films aux découpages hasardeux, aux scénarios et aux dialogues débiles, où, le plus souvent, les cartes postales tiennent lieu de transition et la musique de mise en scène. Andy a t-il jamais eu, du reste, la moindre ambition artistique ? Tout ici n'est prétexte qu'à quelques explosions et à l'exhibition de playmates délurées entre deux répliques à l'emporte-pièce. Et, ma foi, on peut s'en satisfaire.



Allez hop ! Tiens… Ce plan nichon gratuit et sans aucune utilité à la chronique vous est offert par Nanarland.


A cet égard, le casting de "Piège Mortel à Hawaï" qui s'étale dans un splendide générique scotché sur des caisses en bois (?!) est parfaitement représentatif des intentions de l'auteur. La parité n'est guère respectée et le déséquilibre, pour une fois, est largement à l'avantage des filles. Des actrices peu connues mais qui ont toutes entre elles au moins deux points communs : celui d'avoir chacune au cours de leur carrière remporté à un endroit ou un autre un prix de Miss T-shirt mouillé et celui d'avoir auparavant prêté leur concours à des documentaires animaliers produits par Playboy Channel. Cela donne une idée du niveau de compétence requis pour bosser chez Sidaris et, accessoirement, cela fournit aussi un début d'explication quant au jeu catastrophique des interprètes.



Le générique du film, au beau milieu d'une scène d'entrepôt, tout collé sur des containers et des chariots élévateurs étiquetés "Honolulu" : la méga classe.


Les deux héroïnes "Dona" et "Karine" sont interprétées par les playmates Donna Speir et Hope Marie Carlton (Paris Hilton c'était déjà pris et Ginette Sofitel, pas assez huppé !) qu'on a bien du mal à distinguer l'une de l'autre au départ - c'est un peu Bimbo et Bimbo cette histoire ! - mais on finit tout de même par y arriver avec un peu de concentration. Je vous donne un truc pour les repérer : Hope Marie c'est celle qui est tout le temps à poil et qui ne sort que des âneries et Donna, c'est celle qui a des gros seins et qui joue mal.



Donna Speir et Hope Marie Carlton (et vice versa).


Mais attention, hein ! Il ne faut pas se méprendre non plus en pensant que Sidaris n'emploie que des acteurs de seconde zone. Parce que dans " Piège mortel à Hawaï ", il y a aussi des stars et je dirais même moins : des guest stars ! Comme par exemple, et c'est à peine croyable dans une production aussi modeste, l'archi célèbre Kwan Hi Lim dans le rôle de Henry. Bon, d'accord, je ne sais pas qui c'est, mais je peux vous assurer que c'est une guest star puisque c'est marqué en toutes lettres sur une palette en bois dans le générique.

Mais il y a aussi - et alors là permettez-moi de vous dire que ça envoie du gros - rien moins que le grand, que dis-je, l'immense… Peter Bromilow. Merde alors ! Peter Bromilow ! C'est quand même pas d'la fiotte !

- Ah bon, qui c'est ?

- Euh… ben, c'est Peter Bromilow, quoi. Le gars qui jouait euh…(p'tain, imdb, viiite !)… qui jouait le rôle de Andrew dans l'épisode pilote de « Huit, ça suffit » et le rôle du juge dans « Break Street 84 ».

- Ah ouiii, Peter Bromilooooow !!!

- Et ouais ! Peter Bromilow !

Peter Bromilow, donc, qui interprète ici, dans deux petites scènes inutiles, le chef du chef des méchants, un Chinois nommé "Tchong" (un peu comme tous les Chinois, du reste). Un rôle de composition toujours délicat à aborder lorsqu'on est un Blanc né dans la banlieue de Londres mais, ceci dit, il le fait bien : il plisse les yeux comme ça - Gni ! Gni ! Gni ! - on s'y croirait !



Peter Bromilow est Tchong.


Mais on cause, on cause et pendant qu'on est assis, Andy Sidaris tourne et l'intrigue progresse. Figurez-vous que pendant que je vous présentais les acteurs, nos deux fliquettes de Hawaï se sont fourrées dans un imbroglio pas permis : une histoire touristico-reptilienne sur fond de trafic de diamants et de string ficelle. Affreux, affreux, affreux !

Nos deux agentes du FBI détachées à Hawaï doivent convoyer en avion et dans le même mouvement :

1) Un couple de touristes en lune de miel jusqu'à une île déserte et

2) Un serpent venimeux jusqu'à son vivarium.

Mais pas n'importe quels touristes et pas n'importe quel serpent, non, des touristes qui pratiquent la photo de charme au polaroïd (c'est qu'il y a un quota de scènes érotiques à respecter !) et un serpent qui est, je cite, "destiné au ministère de la santé et qui a été contaminé par des toxines mortelles ayant été extraites en laboratoire sur des rats infectés". Tellement venimeux, le bestiau, que "d'après les calculs du ministère, il devrait s'empoisonner avec ses propres toxines dans un délai de 36 heures". Gasp !



Un spécimen de Serpens nanarus contaminus. Une créature qui dans la classification nanarde des bêtes chasseuses d'homme est placée au deuxième rang de dangerosité, juste derrière Mike Danton.




Les touristes. " Oui, vas-y ma chérie ! Bouge ton corps !… Mais, mais… Aaaargh !"


Et tout cela en étant chargées par le FBI de vaguement lutter, avec l'appui des deux bellâtres, contre une dangereuse bande de trafiquants de diam's dirigée par un certain Romero, un "empaffé" (comme il nous l'est rappelé plusieurs fois dans le film), sosie d'Arnold Schwarzenegger à ses heures perdues, assisté de trois sbires : un moustachu, un gros lard et un gredin top-classe aux lunettes miroir. La routine, quoi.



Les vilains. Attention ! Celui en haut à gauche est un empaffé.


Au début tout va bien, le serpent est dans sa caisse (et en plus il est en mousse !), le couple d'amoureux est sympa (ils se tripotent l'air de rien…), et l'avion file à travers moult paysages verdoyants sur fond de musique funky 80's. Tout va tellement bien que c'en serait même un peu chiant : 10 minutes de survol d'Hawaï, sans aucun plan nichon, hé ho ! ça va comme ça, hein, Sidaris !



Mais heureusement, Donna Speir le vaut bien…


Et puis, soudain, tout part en sucette. Le climat s'installe, les masques tombent, les soutifs s'envolent.

Sur l'île où elles ont déposé les touristes, nos héroïnes trouvent un hélicoptère miniature contenant des paquets d'origine douteuse et sont illico agressées par des sbires dont elles se débarrassent grâce à leur grande connaissance du kung-fu érotique (qui consiste à se battre n'importe comment dans des vêtements trop courts et hyper moulants).



"Oh ! un hélicoptère de gredins !" "Tiens ! prends ça, vilain !" "Zwik ! Chtonk ! Aïe !" (et sinon, tu l'as bien vu mon short moulant, là, Andy ?)


Face à cette agression impromptue, elles ont la réaction qui s'impose : "Préparons-nous un bain, c'est là qu'on réfléchit le mieux !" (ben voyons !)



Nos héroïnes réfléchissent : "Oh ! Le paquet de l'hélicoptère contient des diamants" (et sinon, tu les vois bien mes nichons, là, Andy ?).


Sur ces entrejambes, euh… ces entrefaits, pardon, Romero "l'empaffé" intervient pour récupérer ses diamants : il se prend une balle dans la tête qui ne fait que l'égratigner. Par là dessus, v'la t-y pas que le serpent se barre de sa caisse pour aller boulotter les touristes sur leur île (à deux heures d'avion, en rampant, il est motivé, le bougre !) et pour couronner le tout, c'est à ce moment précis que le scénariste décide une fois pour toutes qu'il n'en a plus rien à foutre de rien.



"Espèce d'empaffé !" BANG !


Ce qui n'était déjà qu'une intrigue policière mollassonne ne devient alors plus qu'un vague prétexte à caser au petit bonheur des scènes d'action crétinoïdes de dégommage de sbires entre deux plans nichons éhontés qui tombent régulièrement comme un cheveu sur la tarte au poil (du genre : "notre contact au bar à hôtesses le Edy's a été enlevé ! Vite, il faut préparer un plan pour libérer cette pauvre femme ! Euh… Et si on baisait toute la nuit ?") .



Une scène érotique inopinée, ambiance Playboy Centerfold du pauvre.


L'intrigue nous est d'ailleurs brillamment résumée par l'une des playmates du FBI en ces mots : "le serpent s'est sauvé et j'ai trouvé le moyen de trouer la gueule du mec le plus enfoiré de tout l'archipel !". C'est à peu près tout ce qu'il y a à savoir : d'un côté des méchants qui veulent se venger et un serpent tueur, de l'autre, les héroïnes et leurs amis aux corps huileux. Tout ce beau monde va se croiser et s'affronter aux cours de scènes d'action de la plus haute débilité, servies, il va sans dire, par des dialogues à la hauteur de l'événement, essentiellement des salves d'humour gras qui tapent en dessous de la ceinture et de fines répliques de warriors ou de play-boys satisfaits qui font rire le plus souvent lorsque rien n'est censé être drôle.



L'un des gags les plus efficaces du film :

"- Qu'est-ce que je vous sers ?"

"- Euh… Une paire de cafés !"




De l'action à son top niveau : les bellâtres versus le sbire à roulettes (et une amie en latex).


Régulièrement, la figuration féminine intervient pour dévoiler ses appas dans la plus parfaite gratuité et Andy Sidaris, qu'aucun scrupule n'étouffe décidément, en profite ça et là pour faire un peu d'auto-promotion en casant dans les décors et les dialogues des références à ses films antérieurs.



Du racolage sans vergogne : on nous montre longuement l'affiche de « Malibu Express » sous le prétexte honteux que l'acteur du film serait le cousin de l'un des bellâtres !



Tiens ! Un gros plan sur l'affiche allemande de « Seven » (un film de devinez qui…).


Si bien qu'au bout d'une heure de ce régime, c'est déjà dans un total état d'abasourdissement qu'on se trouve cueilli par la scène la plus branque qui soit jamais sorti du grand cerveau malade d'Andy Sidaris : la scène du frisbee tueur dont fait les frais le sbire aux lunettes classieuses.



Comment retourner à son avantage la passion d'un sbire pour le frisbee (Voir ici l'extrait vidéo).


Après cela, il ne reste plus au film qu'à dérouler tranquillement ses nombreuses autres trouvailles nanardes faites de scènes d'action à la fois éculées et grotesques : une attaque en ULM, une scène de torture par une bodybuildeuse filmée sous tous les angles, un peu de moto-massacre, du bazooka, un méchant qui ne meurt jamais, un serpent qui s'invite par les WC et pour finir, car il a été visiblement décidé en haut lieu qu'aucun poncif nanar ne nous serait épargné, le traditionnel mannequin en mousse qui choit d'un building.



La mort de Tchong, interprétée avec conviction par la doublure-cascade du célèbre Peter Bromilow.


Et c'est après un florilège des plus beaux plans du film (15 nichons au centimètre carré de pelloche environ) qu'on prend congé d'Andy Sidaris et de sa fine équipe de zouaves, non sans avoir eu droit à quelques couchers de soleil paradisiaques de bon aloi. Car c'est bien connu, c'est à Hawaï que tout commence et tout finit. "Hawaï, joyau posé sur l'écrin du Pacifique, l'endroit qu'il faut voir mais où vous n'aimeriez pas mourir… Espèces d'empaffés !".



LeRôdeur
LeRôdeur

Piège Mortel à Hawaï

Vidéos

Noter cette vidéo :

PUB

Les notes des membres

Moyenne : 4.38
avatar de Drexl Drexl : 4.5
avatar de Kobal Kobal : 5
avatar de Labroche Labroche : 5
avatar de LeRôdeur LeRôdeur : 4
avatar de Mayonne Mayonne : 4.5
avatar de MrKlaus MrKlaus : 3.5
avatar de Nikita Nikita : 3.5
avatar de Rico Rico : 5

Cote de rareté





"- Tu le sais, hein, espèce d'empaffé, que le DVD zone 2 du film est sorti en France dans la collection Malibu Bay Films qui reproduit la plupart des œuvres d'Andy Sidaris (et même une de son fils) ?! Hein, tu le sais qu'on le trouve parfois dans les foires aux trucs pas chers des supermarchés Cora pour un prix flirtant avec le dérisoire ?! "






"- Mais, Donna, il faut aussi que tu dises à cet empaffé que la VHS du film a paru chez Lange Vidéo dont la jaquette - qui reproduit l'affiche originale - se trouve en en-tête de la chronique ! Et s'il n'aime pas Lange Vidéo, il pourra tout aussi bien acheter la K7 de chez Scherzo voire même celle de New World Video / Sunset !

- T'entends ça, couille molle ?!"




Voilà qui est dit.

Ah, mais tiens, il semble que Peter Bromilow alias Tchong ait quelque chose à rajouter :



"Oui, je voudrais simplement signaler que l'affiche de "Seven" d'Andy Sidaris que l'on voit dans le film est également celle de la VHS de "Opération Tropiques" parue en France chez Initial Vidéo. Or, il s'agit d'un cas manifeste de jaquette volante puisqu'à l'intérieur du boîtier, on se trouve confronté à "Le carnaval des Barbouzes" de Louis Soulanès, dans lequel je ne figure pas du tout en guest-star."





Et bien merci, Tchong !
Cote de rareté : 2/Trouvable Consulter le barème de notation

Affiches en plus


La compil' Sidaris
La compil' Sidaris