Accueil > Chroniques > Nanars fantastiques > Post apocalyptique > Terminus

Terminus

  • Titre original : Terminus
  • Réalisateur : Pierre William Glenn
  • Année : 1986
  • Pays : France / Allemagne
  • Genre : Tout le monde descend parce qu'il a honte (Catégorie : Post apocalyptique)
  • Durée : 1H50
  • Acteurs principaux : Johnny Hallyday, Jurgen Prochnow, Karen Allen
Note :
2
Rico
Rico

Chronique

Arf, "la nouvelle version-choc made in USA", ils sont vraiment gonflés !





Vous avez aimé Diesel ? (Non franchement vous avez VRAIMENT aimé Diesel ?)

Et bien dans la vague post-apocalyptique bleu-blanc-rouge voici l'ineffable « Terminus » avec Johnny Hallyday.



Le Schtroumph rockeur.


Certes notre rockeur national n'avait pas attendu ce film pour se ridiculiser au cinéma. Dès les années 60 il avait participé à quelques chefs-d'œuvre du cinéma yé-yé tels que « D'où viens-tu Johnny », « A tout casser » ou le ringardissime « Cherchez l'idole » de Michel Boisrond (sur un scénario de Richard Balducci, excusez du peu) avec des pointures comme Franck Fernandel et Dany Saval. On le croise même dans un western spaghetti de Sergio Corbucci, « Le Spécialiste ». Quiconque l'a vu dans « David Lansky », son « Inspecteur Harry » du pauvre, sait à quel point notre Johnny peut être mauvais acteur, mais bon c'est bien connu, on ne refuse rien à la star, même (surtout ?) quand elle a le nez dans la dope.

Or donc, en ces années-là, notre rockeur hexagonal était en plein trip Mad Max : vêtu d'une peau de bête, il déboulait sur scène en 82 dans une atmosphère de fin du monde au milieu de figurants se tapant dessus à coup de hache.



Le concert Mad max de 82...


Cherchant une crédibilité au cinéma, il tourne avec Godard et Costa Gavras mais surtout rêve d'un film d'action qui le propulserait star du genre. Il va débaucher le Français Pierre William Glenn, caméraman compétent mais réalisateur débutant, trouver un financement allemand et produire son Mad Max à lui : « Terminus ».

Dans une Europe retournée au chaos suite à des guerres civiles, un énorme camion « Monstre » transportant secrètement des fœtus clonés pour le compte d'un milliardaire décadent essaye d'échapper à ses poursuivants, les « gris », dans une espèce de jeu pervers. S'il n'y a pas eu de grande catastrophe, on évolue ici très clairement dans un univers à la Mad Max avec milices fascisantes, courses de véhicules customisés et atmosphère déliquescente. Johnny et une petite fille se retrouvent à devoir piloter le camion géant et échapper à des hordes de poursuivants.



Les images de la jaquette (j'adore particulièrement Karen Allen faisant du karaté)


Dans le genre blockbuster raté, voilà un monument qui se pose là.

Les cheveux décolorés à l'eau de javel, Johnny joue « le manchot », l'anti héros le plus mollasson de l'Histoire. C'est bien simple, il ne fait rigoureusement rien de tout le film !
Traînant un regard carrément absent du début à la fin, il se contente d'être là, rien de plus. Croulant sous les déguisements ringards, le pauvre Jurgen Prochnow joue trois rôles : "Monsieur", le milliardaire décadent (doublé en français par Howard Vernon), le "docteur", un savant fou qui tripatouille dans le clonage et est accompagné d'un gamin surdoué, et enfin un tueur psychotique frère du docteur précité qui traque Johnny dans son camion pseudo invisible. Karen Allen ("les Aventuriers de l'arche perdue") à beau être en gros sur l'affiche, son rôle est sacrifié en moins de dix minutes.



Mon pauvre Jurgen... une esthétique classe et de bon ton : bref on se croirait chez Michou


En bon film français, le film se pare de toutes les tares habituelles du cinéma héxagonal : une prétention parfaitement pompeuse qui se traduit par des dialogues philosophico-pouet pouet sur la vie, la mort le destin etc. La voiture du docteur a même « P.K. Dick » comme plaque d'immatriculation, clin d'oeil huileux gage d'integrité j'imagine…

De même, malgré le pognon investi à l'écran et le travail des nombreux cascadeurs, les scènes de cascades sont toutes effroyablement mal filmées et mal montées, ne provoquant au final qu'un ennui poli. Autre défaut du film : les rôles les plus importants sont tenus par des gosses (dont la propre fille du réalisateur) parfaitement horripilants en singes savants qui débitent leurs textes en essayant d'avoir l'air naturel. Le plus ringard restant l'esthétique science fictionnelle pourtant supervisée par Enki Bilal : si les véhicules ont de l'allure, on ne peut pas vraiment en dire autant des costumes et des maquillages outranciers des figurants (j'ai mis des photos, ça fait un peu soirée drag queen…).



Honte de rien, ils n'ont honte de rien...


Bref, autant dire qu'à l'instar de Diesel il ne s'agit pas d'un très grand nanar en tant que tel, mais que c'est surtout par son casting, sa prétention et son statut de Mad Max franchouillard qu'il gagne son droit de cité ici. Beaucoup de pognon semble avoir été investi dans ce ratage complet : les cascades et explosions mal filmées ne manquent pas, les décors friment et les figurants maquillés comme des voitures volées ne sont pas en reste. Le résultat est simplement ridicule et d'un mauvais goût très sûr…



Ouh les vilains barbares qui veulent embeter Karen Allen ! Attention les gars, elle va faire du karaté comme sur la jaquette


Le film fit beaucoup rire à sa sortie… du moins la poignée d'inconscients heureusement peu nombreux qui ont été voir ce naufrage au cinéma. Évidemment ça peut faire marrer sur le moment, mais il faut aussi se rappeler que c'est ce genre de naveton qui a flingué pendant près de quinze ans toute tentative de faire des films de SF en France, persuadant les producteurs que décidemment non, le film de genre c'était pas fait pour nous.



L'ordinateur central de "Monstre"... sans commentaire


Le film est désormais enterré tout au fond de la filmographie de Johnny qui ne s'en vante plus guère, préférant plutôt mettre l'accent sur ses films avec Godard ou Lecomte comme « L'Homme du train » qui lui a valu à plus de soixante ans le prix Jean Gabin du meilleur espoir au cinéma (avant, l'année suivante, que sa fille Laura Smet l'obtienne à son tour, quand on vous dit que le cinéma est une grande famille...).

"J'oublierai ton nom... dans ma filmographie...."

Note : 2/5 (et c'est bien payé)



Rico
Rico

Terminus
PUB

Les notes des membres

Moyenne : 1.25
avatar de Labroche Labroche : 1
avatar de LeRôdeur LeRôdeur : 1
avatar de Mayonne Mayonne : 1
avatar de Rico Rico : 2

Cote de rareté

Maintenant que Johnny a récupéré ses droits sur ses chansons après un procès à "Universal", on peut espérer que l’idole va récidiver chez "Warner" pour débloquer ceux de Terminus et nous offrir le DVD que tout le monde attend ! Pour patienter, il faudra se contenter d’une des deux versions vidéo sorties furtivement chez "Nelson Entertainment" (un beau nom d’éditeur pour un film qui fut un véritable Trafalgar dans la carrière d’acteur de Johnny…).

A quand une édition DVD de prestige avec commentaire audio de la star ? Allez un bon geste !
Cote de rareté: 5/Pièce de collection Consulter le barème de notation

Affiches en plus

Affiche internationale, reprise sur une édition VHS néerlandaise.
Affiche internationale, reprise sur une édition VHS néerlandaise.