Accueil > Chroniques > Nanars monstrueux > Cannibales > Terreur cannibale

Terreur cannibale

  • Titre original : Terror Canibal
  • Réalisateur : Alain Deruelle (pseudonymé Allan W. Steeve)
  • Année : 1980
  • Pays : France - Espagne
  • Genre : Erreur Cannibale (Catégorie : Cannibales)
  • Durée : 1h25
  • Acteurs principaux : Sabrina Siani, Antonio Mayans, Olivier Mathot, Pamela Stanford, Silvia Solar, Annabelle
  • Producteur : Marius Lesoeur
Note :
2,5
Rico
Rico

Chronique



L’avis de Télé 7 jours

Si vous avez raté le début : Trois petits truands minables, Mario, Roberto et Lina, kidnappent la petite Laurence Danville, la fille d’un riche industriel. Partis se cacher dans la forêt avoisinante, ils trouvent refuge chez Antonio, un des rares Blancs capable de traiter avec les sauvages cannibales qui se cachent dans la région. Hélas, échauffé par l’atmosphère moite de la jungle, Mario viole Manuella, la femme d’Antonio. Celui-ci lâche ses amis anthropophages sur les fuyards alors que, pendant ce temps, les parents de Laurence partent à la recherche de leur fillette…

Si vous avez raté tout le film : Veinards !



La cellule investigation de Nanarland, après des mois d’enquête opiniâtre et rigoureuse en France comme en Espagne, est enfin en mesure de produire une pièce exceptionnelle pour la compréhension du film « Terreur Cannibale » : le journal intime de la petite Annabelle, sept ans, qui joue dans ce film le rôle de Laurence Danville. Nous vous livrons ces feuillets inédits tels quels, sans en changer une ligne. Tout juste avons-nous, pour des questions de lisibilité, corrigé la plupart des fautes d’orthographes du texte original.



La petite Annabelle dont nous vous livrons le temoignage édifiant.





Mardi 13 juin

Cher journal, je vais devenir une star au cinéma.

Aujourd’hui, ma maman elle a rencontré un producteur de cinéma. Un monsieur très gentil mais qui parle beaucoup. Monsieur Lesoeur mais y m’a dit de l’appeler tonton Marius. Il est très gentil mais il parle très vite en faisant des grands gestes avec ses bras. Même qu’après quelques minutes, ma maman elle avait la tête qui tournait, tellement que tonton Marius y parle vite alors elle a signé les papiers que lui tendait tonton Daniel qu’est le fils de tonton Marius et que lui il parle pas beaucoup.

Tonton Daniel, il se contente juste de vérifier que les papiers y soient bien signés et de répondre au téléphone à des gens en leur promettant que le prochain grand film qui fait peur y sera bien mieux que ceux d’avant et que c’est pas la peine de crier à l’autre bout du téléphone, que le spectateur ce qu’il veut voir c’est du sang et du nichon.

Je sais pas ce que ça veut dire nichon mais ça a l’air important parce que tonton Daniel il a baissé la voix pour le dire quand il a vu que j’étais là, ce qui fait que tout le monde l’a entendu encore plus parce qu’avant on ne faisait pas attention quand il parlait fort au téléphone mais que là comme il a parlé en chuchotant avec sa grosse voix on entendait plus que lui dans le bureau. Ma maman elle a fait les gros yeux, mais tonton Marius il lui a dit que non non y avait pas à s’inquiéter parce que là ça allait être un film sérieux et après il lui a demandé si elle re-voulait un whisky.

Je dois jouer un rôle de petite fille. Ca tombe bien, petite fille, c’est ce que je sais faire le mieux. Je crois que ça devait être une autre petite fille, Anouchka Lesoeur, qui devait jouer le rôle mais qu’elle a été punie parce qu’elle avait pas eu des bonnes notes en maths à l’école. Moi je suis super forte en maths. Pas comme ma maman parce que moi j’ai bien vu que les billets que tonton Marius il a donné à ma maman, y en avait pas beaucoup. Mais comme Tonton Marius y parlait et y parlait, ben ma maman elle avait un peu du mal à suivre et elle disait surtout oui oui avec la tête.





Côté gore, faudra pas être trop regardant. Une visite à la boucherie et le tour est joué.


Mercredi 14 juin

Tonton Marius y m’a fait venir en Espagne sur la Costa Brava pour tourner le film. C’est joli la Costa Brava, y a des montagnes toutes sèches et des tas de HLM en rang au bord de la plage avec des Allemands tout rouges qui bronzent sur la plage. On dirait comme chez moi à Sarcelles mais y aurait la mer et les gens ont l’air content d’y être.

On est bien installé. On est dans la pension Miramar. C’est un hôtel tout vieux avec une étoile et qui a la vue sur la zone industrielle. Alors le soir ça sent un peu le vieux pneu brûlé mais tonton Marius y dit que comme ça on sera pas dérangés par les journalistes et qu’on pourra travailler sérieusement au film.

Tonton Marius il est tout joyeux, alors il parle beaucoup. J’ai un peu mal à la tête mais comme il est toujours tellement sûr de lui et pressé tout le temps, on a envie de lui faire plaisir alors on fait ce qu’il dit sans se poser de questions. Dans le train, il a eu le temps d’écrire le scénario du film. Et puis un autre avec des Amazones pour plus tard. Et puis de revérifier tous ses comptes pour l’argent du film (ça c’est ce qui lui a pris le moins de temps pendant le voyage). Et puis de jouer aux dominos et aux petits chevaux avec moi (ça c’est ce qui a pris le plus de temps pendant le voyage).

On a été accueilli par un ami espagnol très gentil, Julio Perez Taberno, qu’est un ancien acteur de western et qui aide tonton Marius à se débrouiller pour trouver des trucs en Espagne comme des décors ou du matériel pour tourner son film. Bon il est très gentil mais il avait pas trouvé grand-chose en fait alors il s’est arrangé pour traduire le scénario en espagnol histoire d’avoir quelque chose à faire.

Ah et puis avant de partir j’ai demandé ce que ça voulait dire nichon à Jérôme qu’est mon copain et même qu’on est dans la même classe et qu’on se mariera quand on sera grands ; Et ben il est devenu tout rouge comme un Allemand sur la plage et il m’a dit que c’était comme des nénés mais en plus gros. Il m’a dit que plus tard, moi aussi, j’aurais des nichons. J’espère que ça fait pas mal.



Un poste de douanes vu par Eurociné. Y a eu restriction budgétaire.


Jeudi 15 juin

Aujourd’hui on doit rencontrer le réalisateur qui va tourner le film mais c’est compliqué. D’abord il a fait venir un monsieur Franco avec une barbiche et des gros yeux tout ronds. Je crois que Mr Franco il tournait déjà dans le coin deux films de cannibales pour tonton Marius. Alors tonton Marius il a fait son grand sourire et il lui a dit que quand y en a pour deux y en a pour trois et qu’il pourrait en profiter pour tourner celui là. Mais Mr Franco il était pas d’accord parce qu’il s’est mis à crier et il a secoué très fort les trois pages du scénario qu’il venait de lire et il lui a dit qu’au prix où il était payé, ben que son film il pouvait se le mettre au… mais après j’ai plus entendu parce que tonton Daniel il avait mis ses mains sur mes oreilles pour pas entendre les grandes personnes se crier dessus. Moi je sais bien qu’ils se traitaient de crottes de biques et de caca boudin et tout ça mais ma mère elle dit toujours qu’il faut pas écouter quand les grandes personnes elles parlent mal.

En tout cas Mr Franco il est parti en claquant la porte. Y a eu un peu de silence (c’était d’ailleurs la première fois depuis que j’ai rencontré tonton Marius) et puis tonton Daniel il a demandé bon ben on fait quoi maintenant. Tonton Marius il a dit que Jess de toute façon il gueulait toujours mais que bon il reviendrait quand même quand il se serait fait jeter par les autres producteurs et qu’il aurait fumé un peu. Mais comme ils avaient pas le temps d’attendre alors il fallait bien trouver quelqu’un pour tourner ce film.



La présence quasi-subliminale de Sabrina Siani, qui s'explique sans doute par le fait qu'elle tournait alors « Mondo Cannibale » au même moment et pas très loin pour Eurociné.


Alors, tonton Marius, il a passé toute la soirée au téléphone avec son gros carnet d’adresses pour trouver un réalisateur pour son super film de cannibales. Moi je jouais avec ma poupée dans le couloir alors j’entendais pas les réponses mais à chaque fois qu’il avait quelqu’un, il commençait en lui disant qu’il avait tout de suite pensé à lui pour un grand film de prestige. Après je comprenais pas tout mais tonton Marius il répondait souvent à propos de questions sur des chèques pas payés à la fin des précédents tournages et il terminait souvent en disant mais non voyons tu me connais je te ferais pas ça et puis ça raccrochait brutalement de l’autre côté. Alors tonton Marius, il avait les épaules qui se baissaient de quelques centimètres, il poussait un gros soupir et il tournait la page de son carnet.

A la fin, après le dixième appel, tonton Marius il a trouvé quelqu’un qu’avait l’air d’accepter de tourner son film. Comme l’autre il rouspétait pas de l’autre côté du téléphone, tonton Marius lui a fait plein de promesses en lui disant que ce film ça serait la con-sé-cra-tion de sa carrière. Je sais pas ce que ça veut dire mais ça avait l’air très important. Faudra que je demande à Jérôme.

EXCLUSIF : LE MONTEUR DE TERREUR CANNIBALE A BU !




Une erreur de montage proprement ahurissante : les malfrats trouvent refuge chez Antonio...



Mario surprenant l'épouse d'Antonio au bain, se jette dessus...



…l'attache à un arbre et la viole.




En larmes, elle est délivrée par son mari.




Scène suivante, toute guillerette, elle fait la fête avec les malfrats et s'en va chauffer Antonio sous le regard placide de son mari qui dans la scène d'après lâchera les cannibales aux trousses des fuyards [NdlR : au cours d'une soirée spéciale consacrée à Eurociné le 22 mars 2013, le réalisateur Alain Deruelle confirmera que la production avait monté les scènes dans le désordre, et que cette incohérence n'avait rien d'intentionnel].


Vendredi 16 juin

Le réalisateur il est descendu du train dans la soirée et il nous a rejoint à la pension Miramar. Il s’appelle monsieur Alain Deruelle. Il a des longs cheveux noirs et il est très gentil même s’il ronchonne souvent. D’abord, il a dit à tonton Marius qu’il aurait pu au moins prendre un trou à rats dans un quartier où les taxis ne refusaient pas d’aller, puis il m’a vu et il s’est énervé, il a demandé qu’est-ce que c’était que cette embrouille, qu'il faisait pas dans le ballet rose, qu’il tournait pas des scènes avec des petites filles. Tonton Marius lui a dit que non non c’était pas ça, c’était un film d’horreur qu’on faisait, pas un film pour adultes qu’il a dit en baissant la voix.

Moi j’étais impressionnée de voir un vrai réalisateur alors je lui ai demandé « Bonjour monsieur le réalisateur, c’est quoi les films que t’as fait ». Monsieur Deruelle il a eu l’air content qu’on s’intéresse à ses films alors il a dit fièrement : « Pornographie spéciale – Rage Porno, Introductions perverses, Chattes mouillées… » et puis soudain il m’a regardé, s’est arrêté l’air embêté comme s’il avait dit une bêtise. Il s’est mis à bégayer que c'était pas des films pour les enfants mais moi je lui ai demandé si "Chattes mouillées" c’était un film avec des animaux comme les Aristochats quand y a le méchant domestique qui veut jeter Duchesse et ses chatons dans une rivière. Mais c’était pas ça parce que Monsieur Deruelle il savait plus quoi dire alors moi j’ai demandé qu’est-ce que ça voulait dire porno et là tonton Marius qu’avait aussi l’air embêté a proposé d’aller manger une glace.

Faudra que j’essaye avec maman pour voir si quand je lui demande ce que ça veut dire porno elle m’offre aussi une glace.

Monsieur Deruelle a demandé à tonton Marius où était l’équipe de tournage. Tonton Marius a eu l’air un peu embêté. En fait il voulait reprendre l’équipe technique de monsieur Franco mais celui-ci y veut pas alors bon on allait se débrouiller avec une équipe réduite, lui et tonton Daniel y z’allaient s’occuper de toute la logistique (je sais pas ce que ça veut dire mais ça a l’air important comme les nichons) et Julio y pourrait donner un coup de main. Monsieur Deruelle y s’est un peu énervé parce que sur le scénario il était marqué les noms de tout plein de gens pour la partie technique mais tonton Marius il a dit qu’en fait c’était pour tromper le CNC qui est une réunion de gens qui donnent des sous pour faire des films (ça c’est ma maman qui me l’a dit), parce qu’ils allaient pas donner de l’argent à trois pelés qui allaient tourner un film d’horreur dans la cambrousse (là j’ai rien compris à la phrase mais ma maman elle était pas très contente quand je lui ai dis ça au téléphone après).



Alain Deruelle, le réalisateur, s'offre un caméo.




Olivier Mathot et Pamela Stanford : au top pendant tout le film !


Samedi 17 juin

Ca y est on a commencé le film ! Tonton Marius il a fait venir plein d’acteurs qui sont très sympas avec moi. On s'amuse bien à faire les acteurs ! Ils ont l’air un peu pressés parce qu’en fait ils sont censés tourner pour Mr Franco et que Mr Franco, ben il est pas au courant qu’en fait ils viennent en plus tourner dans notre film. Etre acteur c’est super facile. Il suffit juste de réciter son texte en bougeant les bras et en faisant des grimaces. Moi je suis super forte comme actrice parce que Mr Deruelle il me fait jamais retourner les prises. C’est toujours bon du premier coup. En fait il les fait jamais retourner à personne parce qu’il passe son temps à regarder sa montre pour tourner le plus de film possible dans le temps qu’il a. Surtout qu’il a qu’une seule caméra pour tout faire.

On a tourné toutes les scènes du début où je me fais enlever et après demain on part dans la jungle pour tourner les scènes avec les cannibales.



Les acteurs, tout en classe et en retenue.


Lundi 19 juin

On est allés voir monsieur Franco sur son tournage à lui. Au départ monsieur Franco il a commencé à rouspéter, parce que tonton Marius y venait encore lui demander de tourner son film en plus. Mais tonton Marius il a dit que non non il était venu faire la paix et tout et juste savoir comment ça avançait avec ses autres films de cannibales. Et puis il a sorti une bouteille de whisky et là monsieur Franco il a eu l’air content alors ils se sont serrés dans les bras l’un l’autre et ils ont été de nouveau amis. Tonton Marius a demandé, si t’as fini avec tes cannibales, je pourrais te les emprunter.

En fait les cannibales, ils faisaient pas peur du tout parce qu'en vrai c’étaient des gentils messieurs du coin qui s’étaient peints le visage avec de la gouache comme quand on avait peint les cendriers en terre cuite pour la fête des mères à mon école et que Jérôme y m’avait mis de la peinture partout et que même il s’était fait gronder par la maîtresse. Et ben là c’était tout pareil sauf que c’était des grandes personnes toutes déguisées. Tonton Marius il a amené un carton avec plein de bouteilles de vin alors les cannibales ils étaient contents et après qu'ils ont bu les bouteilles ils ont bien voulu tourner des scènes en plus pour notre film. Tout le monde il rigolait bien et les cannibales ils faisaient vraiment bien les acteurs parce qu’ils faisaient beaucoup de grimaces en bougeant les bras dans tous les sens et en sautillant sur place.

Tonton Marius il était passé avant dans un abattoir où il avait acheté une carcasse de cochon et plein de bouts de viande pour faire les repas des cannibales. Et puis il avait le bras d’un mannequin de vêtements qu’il avait barbouillé avec de la viande pour faire un faux bras coupé. Tonton Marius il en était tout fier de son bras alors il l’a réutilisé plein de fois. Tonton Daniel y m’avait dit que ça pourrait me faire un peu peur ou que ça serait dégoûtant mais en fait c’était super rigolo.

Je suis juste un peu déçue parce que la jungle en fait c’est la campagne espagnole avec des vaches et des palmiers mais on montre pas les vaches, juste les palmiers, parce que sinon ça ferait pas jungle.

En tout cas on s’est bien amusé et ça a été la meilleure journée du tournage. Non en fait la meilleure journée c’est quand on avait été manger la glace après que j’ai dit porno. Et puis la fois où on a été au zoo pour filmer les images de crocrodiles et de singes et de perroquets pour faire comme dans la jungle.







Existe en toutes tailles et en tous modèles. Pour 10 cannibales le 11ème est offert.


Mercredi 21 juin

C’est déjà fini. On a tourné au début de la semaine toutes les scènes dans la jungle où faut faire attention de pas filmer les vaches mais sans les cannibales et puis plein de petites scènes qui pourront toujours servir comme dit tonton Marius. Monsieur Deruelle y se bagarre parfois avec Monsieur Mathot qui joue mon papa dans le film et avec Julio pour savoir qui doit tenir la caméra. Il a déjà dit qu’il mettrait pas son nom au générique mais qu’il prendrait un pseudo. (J’ai cru d’abord qu’il avait dit porno, mais là on n'a pas eu de glace, un pseudo c’est un faux nom comme quand le monsieur des impôts y téléphone à tonton Daniel et que celui-ci fait croire que c’est un faux numéro). Et puis y a Monsieur Franco qu’est venu juste jeter un coup d’œil à ce qu’on faisait et qu’avait l’air triste. Tonton Daniel y dit que Franco il est toujours triste quand il ne tourne pas alors c’est pour ça qu’il tourne tout le temps.

On retourne en France demain et pour terminer les trucs de studio comme le son, le montage et la co-hé-ren-ce du scénario (enfin ça c’est surtout monsieur Deruelle qui dit ça quand il a trop bu de sangria à la pension Miramar). Moi je suis un peu triste parce qu’on s’est bien amusé et que c’est fini mais je suis sûr que je vais devenir une grande vedette, c’est tonton Marius qui me l’a dit.

Mercredi 14 septembre

Ca y est le film il est sorti au cinéma. Je comprends pas pourquoi j’ai pas le droit de le voir parce que je n’ai pas l’âge qui faut pour voir les films qui font peur. En tout cas ma mère elle a été voir le film. Mais par contre quand elle est sortie elle avait pas l’air contente alors on a été dans le bureau de tonton Marius.

Quand on est arrivé y avait déjà monsieur Deruelle qu’était là et il était pas content non plus parce qu’il disait que tonton Marius il avait salopé son film avec des doublages tout pourris et puis qu’il avait collé une musique qu’on dirait la Bamba qu’aurait été malade et puis qu’il avait changé le format cinéma pour un recadrage vidéo qui faisait qu’on voyait des cannibales porter des baskets et que c’était la dernière fois qu’il bossait dans ces conditions ! Tonton Marius avait beau dire que c’était un accident et que le prochain tournage y serait meilleur, monsieur Deruelle il est parti en claquant la porte.



Les cannibales portent parfois des baskets... une des nombreuses incohérences du film.


Alors ma mère elle s’est mise à rouspéter aussi en disant que le film c’était une cochonnerie et qu’il allait en entendre parler. Moi ça me faisait de la peine pour tonton Marius parce qu’il avait l’air malheureux que son film ne plaise pas aux gens parce que lui il le trouvait très réussi et que je sais bien qu’au fond de lui il est comme monsieur Franco qui fait des films pour qu’on l’aime et pour pas être triste.

En tout cas quand on est rentré à la maison, dans la voiture, j’ai demandé à maman si j’allais continuer à faire du cinéma. Elle m’a répondu que c'était fini ces bêtises et que je ferais secrétariat ou comptabilité comme maman. Alors pour consoler maman et pour qu’on aille manger une glace ensemble, je lui ai demandé ce que c’était que le porno.

Et ben j’ai pas eu de glace, j’ai eu une fessée à la place pour avoir dit un gros mot. Décidément je comprendrai jamais les grandes personnes.





Rico
Rico

Terreur cannibale
PUB

Les notes des membres

Moyenne : 3
avatar de John Nada John Nada : 2
avatar de MrKlaus MrKlaus : 3
avatar de Nikita Nikita : 2.5
avatar de Peter Wonkley Peter Wonkley : 5
avatar de Rico Rico : 2,5

Cote de rareté

"Eurociné" par l’intermédiaire de sa sous marque "ESI" à réussi à nous refourguer sa camelote sur un DVD seul ou aux côtés de « Mondo Cannibale », le film de Franco tourné en même temps que celui-ci. Vous le trouverez soldé n’importe où d’occase pour une somme frisant le dérisoire (dans le genre 1 ou 2 euros, mais bon, vous me direz, c’est toujours plus que le budget du film).



Bravo au fanzine Trash Times (et au Rôdeur au passage pour avoir retrouvé cet article) pour avoir identifié définitivement Alain Deruelle derrière Allan W. Steeve.

A noter pour l'anecdote cette édition vidéo d'une laideur hors norme :



Non contente d'être complètement mensongère par rapport au produit présenté, elle repompe en plus « Transmutation », un petit film d'horreur gentiment ringard avec un Big Foot, des zombies, des extraterrestres et ce bon has been de Georges Kennedy. Il mérite sa chronique d'ailleurs celui-là (Qui ça, Georges Kennedy ? Oui aussi...)



Cote de rareté : 2/Trouvable Consulter le barème de notation