Accueil > Chroniques > Aux portes du nanar > au-delà du nanar > Tremors 2 : Les dents de la terre

Tremors 2 : Les dents de la terre

  • Titre original : Tremors 2 aftershocks
  • Réalisateur : S.S. Wilson
  • Année : 1996
  • Pays : Etats-Unis
  • Genre : Comédie horrifique (Catégorie : au-delà du nanar)
  • Durée : 1h40
  • Acteurs principaux : Fred Ward, Michael Gross, Christopher Gartin, Helen Shaver, Marcelo Tubert
Note :
B.F.
Zord
Zord

Chronique



Rappel de l’épisode précédent : les Graboïds, gros vers géants et carnassiers, dégoûtés de n’avoir pas été retenus pour le casting de « Dune », s’en prennent à la petite communauté rednecko-bouseuse de Perfection (Nevada). Une fois la moitié du casting dans leur estomac, ils se décideront enfin à mourir sous les balles et les explosifs (oh ! si nombreux) des survivalistes de la petite commune. Finalement, entre l’homme et le monstre, le plus dangereux n’était pas celui que l’on croyait…

Comment résumer « Tremors » – et ses séquelles – si ce n’est comme l’adaptation terrestre, sismique et tectonique des « Dents de la Mer » ? Ici, fi de requin, mais des vers géants – les Graboïds – qui terrorisent une petite communauté. Encore une fois, nul ne croira à leur existence avant qu’ils ne se décident à montrer les crocs pour être finalement abattus par les « héros ». Heureusement, pour les suites, les scénaristes S.S Wilson et Brent Maddock se sont carrément lâchés et ont abandonné toute volonté de sérieux. Poussant les limites du film d’horreur jusqu’au ridicule, ils nous ont pondu une joyeuse parodie de cinéma horrifique, nanaresque dans l’âme, mais furieusement déjantée !



Un graboïd à l'attaque


Les Graboïds sont de retour, plus affamés que jamais ! Au Mexique, une compagnie pétrolière a quelques soucis de personnel (six de leurs employés se sont fait bâfrer par les vers géants) et engagent Earl Bassett (Fred Ward, également vu dans « Remo, sans armes et dangereux » et « Time Rider ») – survivant du premier « Tremors » – pour exterminer les bestiaux. Accompagné d’un navrant sidekick dont le rêve est de se servir de l’argent de la prime pour ouvrir un « Monsterland » (Christopher Gartin), Earl commence à dézinguer du Graboïd par monts et par vaux en employant des modèles réduits bourrés de dynamite qui attirent les vers par leurs vibrations sismiques (les Graboïds repérant leurs proies au son). Ça pète dans tous les coins et contrairement au premier opus, la chasse aux Tremors est ici une parfaite balade de santé ponctuée de gags à deux balles qui font mal aux zygomatiques : le Tremors ayant avalé une radio qui tracte la voiture sur un air de mariachi, Earl qui se protège des explosions de bidoche avec un parapluie… et aussi la scène nocturne avec le coyote :

- « - C'est pas un coyote ?

- Ouais.

- Il ferait mieux de s'la fermer...

(bruit du Graboid suivit du piaillement du coyote)

- Ouais.






Le parapluie, accessoire indispensable de la chasse aux Graboïds


Et ce ne sont là que quelques exemples. Mais au final, les Tremors – qui ont oublié d’être cons – commencent à élaborer une nouvelle stratégie et se replient en masse. Pour faire face au danger (comme dira la géologue blonde de service : « ils se sont adaptés depuis le Précambrien » - « Vous voulez dire qu’ils viennent de la Terre ? » - « Mais oui » - « Et meeeeerde !!! Moi qui était persuadé qu’il venaient de l’espace !!! » ), Earl se décide à appeler un autre survivant du premier film à la rescousse : Burt Gummer. Et là, les fans commencent à se rapprocher de l’écran les yeux pétillants. Burt Gummer (Michael Gross) est l’archétype du plouc ricain, survivaliste, vétéran de toutes les guerres, sauf de la dernière – et il le regrette – grand collectionneur d’armes devant l’éternel. Dans « Tremors 1 », on avait déjà du mal à se retenir de se pisser dessus de rire quand Burt et son épouse (aussi dingue que lui) flinguaient un Graboïd avec tout l’arsenal contenu dans leur cave, en passant successivement du plus petit calibre à l’énorme machinegun dernier cri (une dizaine d’armes en tout). Mais là, le pauvre est en pleine procédure de divorce ! (« Avec ma femme, on n’était pas d’accord sur l’analyse de la chute de l’Union Soviétique »… « Elle m’a demandé la garde de l’AK-47…C’est pas bon signe ! »). S'ennuyant seul à la maison en l'absence de sa douce moitié (il se coltine des documentaires sur les Marines), notre Rambo du Nevada accepte de se joindre au festival...





(Un homme, un vrai...)


...et le voilà donc débarquant en plein milieu du Chiapas au volant d’un camion bourré d’explosifs et d’armes diverses jusqu’à la gueule, gracieusement offert par l’armée mexicaine. (« Whaou ! T’avais besoin d’un missile Patriot ? » « Non, celui-là, fiston, c’est pour ma collection personnelle ! ») pour participer joyeusement à la chasse aux Graboïds. Amis pacifistes, vous qui ne possédez pas d'armes à feu à la maison, voici une occasion de prendre des cours de rattrapage et de vous familiariser avec l'intégralité du catalogue de la NRA, d'Heckler&Koch, Colt et Smith&Wesson réunis !



La fine équipe.


Mais comme je l’ai signalé ci-dessus, les Tremors ne sont pas idiots et savent s’adapter d’un stade de l’évolution à un autre, passant de vers géants sensibles aux variations sismiques à… une espèce de race de gros poulets hermaphrodites complètement ridicules dotés d'une vision infrarouge ! Et c’est donc face à une horde de gallinacés monstrueux qui se reproduisent en mangeant que nos héros vont être confrontés… surtout que Burt a eu l’excellente idée de les enfermer dans un hangar rempli de bouffe.



Night of the Giant Chickens from Outer Space.




L'astuce, meilleure arme des commandos américains face à l'ennemi intérieur !




Mais quand l'ennemi intérieur s'adapte...


Je ne dirai rien sur la dernière demi-heure de film, ne voulant pas vous gâcher le plaisir (disons juste que ça fait un trèèèèès gros boum à la fin...), mais j’avoue, depuis « Evil Dead 2 », ne m’être pas autant marré devant un film d’horreur à l’humour volontairement très con. En attendant le visionnage de « Tremors 3, Back to Perfection », de « Tremors 4 » et même de la série télé (avec Burt Gummer comme personnage principal et… Monsieur Billy Drago himself en guest-star !), jetez vous sur ce film comme un Graboïd sur un capot de bagnole !



We are the champions, my friends...






Zord
Zord

Tremors 2 : Les dents de la terre
PUB

Cote de rareté

Vous trouverez facilement le DVD ou le blu-ray de chez "Universal". Il comporte de nombreux choix de langues et la bande-annonce du premier volet.

Pour les plus passionnés, nous ne saurions trop conseiller le superbe coffret « Tremor: The Legacy » qui regroupe les 4 films de la série dans un packaging absolument démentiel. Un peu cher (autour de 85 € neuf, toutefois on le trouve d'occasion pour bien moins), mais quelle classe sur vos étagères ! Vous allez pouvoir briller dans l'estime de vos visiteurs...

Cote de rareté : 1/Courant Consulter le barème de notation