Accueil > Chroniques > Nanars épiques > Aventures > Le Trésor de la Déesse Lune

Le Trésor de la Déesse Lune

  • Titre original : Treasure of the Moon Goddess
  • Titres alternatifs : Sueños de oro
  • Réalisateur : José Luis Garcia Agraz
  • Année : 1987
  • Pays : Mexique / Etats-Unis
  • Genre : Indiana Jones du pauvre (Catégorie : Aventures)
  • Durée : 1h20
  • Acteurs principaux : Linnea Quigley, Don Calfa, Asher Brauner, Joann Ayers
Note :
1
Francis
Francis

Chronique

Vous connaissez les « interviews presque imaginaires » du Canard Enchaîné ? Je vais tenter d’appliquer ce principe à cette chronique… En imaginant que je parvienne à réunir les acteurs de ce film, dix-huit ans après, pour leur demander directement leurs impressions…



Je commence les présentations, en me tournant vers celle qui est incontestablement la star du film : c’est la number one des scream-queens, on ne la présente plus, elle a atteint la consécration en dansant nue dans un cimetière dans « Le Retour des morts-vivants », avant d’apparaître dans des chefs-d’œuvre aussi reconnus que « Hollywood Chainsaw Hookers » ou « Assault of the Party Nerds »… on applaudit Linnea Quigley !



Francis : Alors Linnea, pour commencer, parlez-nous un peu du film… C’est un film mexicain, à la base, n’est-ce pas ?

Linnea Quigley : Eh bien… oui. Le réalisateur, José Luis Garcia Agraz, est mexicain… Cela a été sa seule coproduction avec les Etats-Unis, d’ailleurs… L’intention était de tourner un film d’aventures en profitant du succès des Indiana Jones sortis au cours de la décennie… Mais pour donner plus de piquant à l’idée, José a décidé d’en faire une comédie…

Francis : Dans laquelle vous jouiez une chanteuse…

Linnea Quigley : Ah oui ! Quelques scènes m’ont d’ailleurs permis de montrer mes talents pour la musique, où j’interprétais des airs de rock dans le pur style de cette époque… Dans le film, mon impresario, menacé par un maffieux appelé Diaz, était contraint de m’emmener en Amérique du Sud à cause de ma ressemblance avec une « déesse lune » vénérée par les Indiens locaux, qui gardaient un trésor convoité par Diaz…





Linnea joue les chanteuses dans un bouge où des nains poursuivent des cochons. Concept !


Francis : Et voilà pour le scénario ! Cette allusion au personnage de l’impresario me permet d’introduire celui qui, dans le film, tient le rôle du comparse comique : voici Don Calfa !



Don Calfa


(applaudissements)

Francis : Alors Don, Linnea nous parlait justement de l’aspect « comédie » du film, qui reposait en grande partie sur vos épaules…

Don Calfa : Je suis habitué à ce type de rôle, vous pensez bien ! Je n’ai pas vraiment eu de difficultés car ce vieux José Agraz avait des idées excellentes, vraiment. Voici un exemple de gag : au début du film, je suis installé au bord de ma piscine, en train de raconter mes aventures, c’est à dire le film, en fait, vous suivez ? Donc, je demande à ma ravissante secrétaire d’aller enfiler son bikini. Puis, sur la pointe des pieds, je m’en vais l’espionner par une fenêtre basse, et c’est alors que je suis surpris par mon majordome, un homosexuel nanar qui se ballade en shorts moulants, et qui a une réaction de jalousie outrée ! C’est absolument désopilant, n’est-ce pas ?





Francis : …

Don Calfa : Non ? Même pas en faisant un effort ?

Francis : …

Don Calfa : Heu… J’ai un autre exemple si vous voulez. Dans la jungle, je me fais piquer les fesses par une tarentule… Les Indiens acceptent de me soigner. J’attends couché sur le ventre dans une hutte, inquiet, me disant qu’avec ma malchance je vais être soigné par je ne sais quelle vieille sorcière… Quand apparaît l’homme-médecine : un Indien-tata qui tortille du croupion comme la fofolle du début ! Et tout le monde de s’esclaffer !!





Francis : …

Don Calfa (baissant les épaules) : Vous avez peut-être raison. De toute façon, je me doutais bien que ce film ne serait pas précisément un couronnement de carrière…

Francis : Heu… Parlons des Indiens, justement. Otez-moi le doute… Y en avait-il, parmi les acteurs et les figurants qui, même vaguement, aient eu du sang indien ?

Don Calfa : Heu… Eh bien c’étaient des Mexicains. Les Mexicains ont tous un peu de sang indien, non ?



Des Indiens qui n'auraient pas déparé dans un film de cannibales de chez Eurociné.


Francis : Ils sont quand même très typés caucasiens… Et pas très convaincus par leur rôle de primitifs, ils bougent à peine leurs sagaies ! Et puis, le fait qu’ils parlent notre langue sans accent…

Linnea Quigley : José s’était dit qu’en les barbouillant de peinture blanche et en leur mettant des plumes sur la tête, cela suffirait à faire illusion… Et aussi à les faire entrer dans leur rôle.

Francis : Hem… Passons. Après la partie comédie, passons à la partie « aventures » du film, qui s’incarne dans le héros viril : l’aventurier Sam, interprété par Asher Brauner ! On l’applaudit bien fort !



Notre héros (et sa copine jouée par Joann Ayers, qui connaîtra la gloire dans son video-club avec « Time Barbarians »)


Asher Brauner : Ouais, salut les gars ! C’est moi, Asher Brauner, vous me connaissez ? J’ai été le héros de super films d’action, comme « American Eagle » ou « Steel Justice », j'ai même joué dans la série « Magnum », ouaich ! Ah, « Le Trésor de la déesse Lune », c’était le bon temps ! J’étais déjà le héros bien viril, celui qu’est pas un pédé, voyez ? Déjà, Joann Ayers, ma petite amie dans le film, son personnage la ramenait pas ! La scène où elle me saute au cou dans son t-shirt mouillé, après m’avoir cru mort, et où je lui balance « qu’est-ce qu’on mange ? » C’est envoyé, hein ? Et quand elle veut m’accompagner dans la jungle et que je la remets en place d’un simple regard, z’avez vu ? Ah, ça la ramène moins, les gonzesses !

Francis : Heu, certes, mais pour ce qu’en j’ai vu, le problème, c’est votre voix française. Elle est aiguë, geignarde, elle ne colle pas du tout à votre personnage, on dirait la voix d’un ado boutonneux ! En outre, votre charisme… Non, mettons que je n’ai rien dit.

Asher Brauner : De quoi ? Qu’est-ce qu’il vous faut ? Elles sont pas belles, les bagarres, dans ce film ? Comme celle où je fais asseoir un méchant sur une lame d’épée super pointue ?

Francis : Oui, c’est presque digne de la scène du croc de boucher dans « Massacre à la tronçonneuse », le côté cartoon en moins…

Asher Brauner : Et celle où on oblige les méchants à se coucher les uns sur les autres, histoire de se marrer un coup ?

Francis : Oui, c’est presque digne de la prison d’Abou Grahib…



L'ignoble Mr Diaz et ses sbires.



D'autres méchants guère mieux lotis côté crédibilité.


Asher Brauner : Et la scène où je protège les autres personnages dans la jungle, quand on est menacé par des alligators ?

Francis : Des stock-shots d’alligators, vous voulez dire… Et feindre d’être terrifié par des alligators faisant tranquillement la sieste au soleil, c’est une performance d’acteur, je vous l’accorde.

Asher Brauner : Et quand je guide les deux filles dans la jungle impénétrable ?



Une jungle assez balisée.


Francis : En fait de jungle impénétrable, on remarquait surtout que vous avanciez sur des chemins en terre battue, très confortables d’aspect…

Linnea Quigley : Ah, mais vous êtes marrant, vous ! C’est bien les mecs ! Vous avez déjà essayé d’avancer dans une jungle pieds nus, presque en petite culotte ?

Asher Brauner : (clin d’œil) C’est sûr que ce vieux José ne lésinait pas sur les plans nichons, fesses, bikinis, t-shirts mouillés, enfin tout ce qu’on veut !





La grande aventure, comme à Walibi !


Francis : C’est sûr… Maintenant, j’aimerais avoir des éclaircissements sur la fin du film… Vous avez ramené le trésor du vieux temple oublié, après avoir affronté de redoutables pièges en carton-pâte dignes de « Banga Aventure », et en remerciement, les Indiens vous offrent une statue toute noire… Cela vous déçoit, naturellement. Quand soudain, il se met à pleuvoir, ce qui lave la statue. Et là, j’avoue ne pas avoir compris la réaction de joie des personnages…

Linnea Quigley : Eh bien, nous découvrons que la statue, en réalité, était en… euh, en…

Francis : En résine de synthèse, oui, ça j’ai vu…

Linnea Quigley : Oui. Enfin, non ! Dans le scénario, elle était censée être en… Mince, j’ai oublié !

Don Calfa : En or, non ?

Asher Brauner : J’aurais plutôt dit en diamant.

Linnea Quigley : Je ne sais vraiment plus. En tout cas, c’est vrai que ça ressemblait surtout à de la résine.



On dirait une vierge en plastique de Lourdes peinte à la main...


Francis : Messieurs Calfa et Brauner, madame Quigley, je vous remercie.

Je ne mettrai pas de grosse note à ce film, car ce n’est pas vraiment nanar. Ca lorgne plutôt du côté du bis sympa, façon Terrence Hill et Bud Spencer, noyé dans un épais bouillon d’humour lourdinguissime, digne de Max Pecas. En outre, l’action est si mollassonne au début que le spectateur se doit d’être endurant ; les personnes qui étaient avec moi quand j’ai introduit la VHS dans mon lecteur se sont rapidement découragées. Il faut attendre les vingt dernières minutes du film, avec l’arrivée chez les Indiens, pour que ça devienne (un peu) nanar… Si j’ai néanmoins décidé de mefendre d’une chronique, c’est parce que c’est somme toute sympa dans l’ensemble.

Et puis c’est tout.





Allez, pour la route, vous reprendrez bien quelques gags à base de bouses de vache et de poules qui pètent.




Francis
Francis

Le Trésor de la Déesse Lune
PUB

Les notes des membres

Moyenne : 1
avatar de Francis Francis : 1
avatar de Kobal Kobal : Navet
avatar de MrKlaus MrKlaus : 0.5
avatar de Rico Rico : 1.5

Cote de rareté

C'est pas brillant, voilà un film que tout le monde s'est empressé d'oublier dès qu'il a pu. Résultat : pas de revival DVD où que ce soit. On sera donc contraint de se tourner vers les deux versions VHS existantes soit celle de "Sunset Vidéo" ou celle plus récente de "Scherzo collection aventure". Pouvez pas vous tromper, elles sont quasi identiques.
Cote de rareté : 5/Pièce de Collection Consulter le barème de notation

Affiches en plus