Accueil > Personnalités > Christophe Lambert

Christophe Lambert

Christophe Lambert

Biographie



Christophe Lambert a le triste privilège d'être passé avec le temps du statut d'acteur culte à celui de symbole du nanar. De choix malheureux en déceptions artistiques, son parcours s’apparente à une descente de l’Olympe vers les bas-fonds et nous rappelle que le revers de la médaille est souvent au coin de la rue avant le bout du chemin.
Celui qui deviendrait le plus international des acteurs français depuis Charles Boyer a vécu une jeunesse placée d’emblée sous le signe de la mondialisation. Fils d’un diplomate français en poste aux Nations-Unies, Christophe Guy Denis Lambert est né le 29 mars 1957 à Great Neck (Long Island), dans l’Etat de New York. Il grandit ensuite en Suisse, où son père a été nommé, fréquente des établissements huppés et semble se destiner à une carrière dans la finance. Mais le métier d’acteur l’attire et il va intégrer le Conservatoire à Paris.




Au début des années 80, le jeune Christophe tente sa chance dans le cinéma français, aidé par un physique avantageux mais handicapé par un léger strabisme. Il tient des seconds rôles dans plusieurs films mais notre homme se sent attiré moins par les chemins balisés du septième art hexagonal, que par l’international. Il tente sa chance lors d’un casting et réussit à décrocher le rôle-titre d’une importante producion britannique : « Greystoke : la légende de Tarzan, seigneur des singes ». Grâce à la profondeur de son regard (produit de sa myopie) et à son jeu décalé, Christophe Lambert bluffe son monde en proposant la plus crédible interprétation de Tarzan à ce jour.





Il se voit intronisé révélation de l’année 1984 et nouveau sex-symbol masculin. Sa présence à l’écran en fait l’idole des jeunes, ce que renforcera son retour en France. Dans son pays d’origine, il tient la vedette de deux succès consécutifs : « Paroles et musique » d’Elie Chouraqui et surtout le triomphal « Subway », qui impose le style de Luc Besson et fait de Christophe une véritable idole générationnelle post-moderne. Ce dernier film lui vaut en outre le César du meilleur acteur !



« Christopher Lambert » (son nom pour l’international) enchaîne ensuite avec « Highlander » : son personnage de spadassin immortel va achever de faire de lui une vedette mondiale. Le film ne remporte pas le succès escompté aux Etats-Unis mais triomphe partout ailleurs. Christophe est devenu la nouvelle vedette charismatique de cette fin de siècle. La France le traite en héros, le monde entier est à ses pieds.





Il s'essaie au film d'auteur avec l'étrange « I love you », de Marco Ferreri, et figure parmi les 250 000 postulants à la succession de Roger Moore dans la série des James Bond. Mais il lui manque encore la consécration d'un grand film américain, « Highlander » ayant peu fonctionné aux USA. Christophe va donc tenir le rôle principal du nouveau film de Michael Cimino, « Le Sicilien », consacré au célèbre bandit Salvatore Giuliano. Hélas, le film ne figure pas parmi les meilleurs de Cimino. Christophe Lambert, peu à l'aise sur le tournage, rate sa composition. Les critiques commencent à persifler sur ses talents d'acteur ("Il est meilleur en singe qu'en homme") que l'on commence de trouver limitées sorti des registres de Tarzan et Highlander. Christophe Lambert tient le rôle principal d'un nouveau film de prestige, « Le Complot », où il interprète le Père Popieluzsko, prêtre polonais assassiné par les communistes. Sa prestation est remarquée, mais ses deux films suivants seront des flops.



Après un bref passage à vide, Christophe tente de relancer sa carrière en revenant à l'un des rôles qui ont fait sa gloire, en tournant « Highlander le retour ». Il se répand dans les médias en ressassant sa fierté d'avoir tourné ce film qui, c'est sûr, va combler ses fans. Ce petit cachottier de Christophe se garde bien de dire que l'un des producteurs a imposé un scénario absurde qui a massacré le film. Catastrophe artistique, « Highlander le retour » tétanise d'horreur des salles entières, consterne les fans du premier et réalise l'exploit de nanardiser rétrospectivement toute la franchise. Commence alors pour Christophe Lambert un long chemin de croix : les jeunes spectateurs des années 80 l'adulaient, ceux des années 90 lui jetteront des tomates. Désormais étiqueté acteur de seconde zone aux Etats-Unis, il se commet dans des séries B "de prestige", parfois sympathiques (« Fortress », « Mean guns »), parfois risibles de médiocrité et de prétention déplacée. Le voilà intronisé acteur fétiche d'Albert Pyun, l'auteur de « Cyborg » avec Van Damme !



Christophe Lambert retrouve cependant à l'occasion des rôles qui lui permettent de rappeler ses qualités d'acteur, comme le français « Max et Jérémie » avec Philippe Noiret, ou l'italien « Nirvana », sorte de Blade Runner transalpin inégal mais intéressant. Mais son image de has-been lui colle à la peau, entretenue par des rôles dans des films phénoménalement stupides comme « Mortal Kombat ».









Son jeu d'acteur, naguère vanté comme futuriste, est désormais l'objet de quolibets à force de systématisme, de regards de myope et de petits ricanements ("hin hin hin !"). Il accumule les échecs commerciaux et « Vercingétorix », son retour dans une grosse production européenne, sera un véritable désastre, surnommé "navet césar" par le critique de France-Soir. Christophe Lambert sait cependant se montrer bon comédien, notamment dans des rôles bien adaptés à son jeu, comme celui du baba-cool allumé de « Janis et John ». Le temps de « Subway » est cependant loin.



Triste victime de choix malheureux et d'une image trop irréelle pour trouver beaucoup de rôles à sa mesure, Christophe a cependant à son actif une carrière abondante, que l'on aurait aimé aussi riche en qualité qu'en quantité. Mais les « Highlander » ont plus d'une vie, et sa résurrection est peut-être pour demain ! L'espoir, comme le nanar, fait vivre...




Merde, mais qu'est-ce qui m'arrive...


Déstressez-vous en déstressant Christophe grâce à la machine à faire rire Christophe Lambert !

Nikita
Nikita

retour vers les acteurs

Filmographie



2006 Le Lièvre de Vatanen

2006 - Southland Tales

2006 - Jour de Colère (Day of Wrath)

2006 - Metamorphosis

2005 - Dalida (téléfilm)

2004 - A ton image

2003 - Absolon

2003 - Les Clefs de bagnole

2003 - Janis et John

2002 - The Piano Player

2001 - Point Men

2001 - Aparté (court métrage)

2001 - Vercingétorix

2000 - Highlander : endgame

1999 - Fortress 2 : reincarcération

1999 - Gideon

1999 - Résurrection



1999 - Beowulf

1999 - Génial ! Mes parents s'aiment

1997 - Mean Guns

1997 - Arlette

1997 - Nirvana

1996 - Hercule et Sherlock

1996 - Adrenaline

1995 - Grand Nord

1995 - Mortal Kombat

1994 - La Proie

1995 - Highlander III

1994 - Road flower

1994 - Deux doigts sur la gachette

1993 - Fortress

1992 - Max et Jérémie

1992 - Face à face



1991 - Highlander le retour

1989 - Love dream

1989 - Why me? Un plan d'enfer

1988 - Le Complot (To Kill a priest)

1987 - Le Sicilien

1986 - I love you

1986 - Highlander

1985 - Subway

1984 - Paroles et musique

1984 - Greystoke : la légende de Tarzan, seigneur des singes

1982 - Légitime violence

1981 - Asphalte

1981 - Putain d'histoire d'amour

1980 - Une sale affaire

1980 - Le Bar du téléphone

1979 - Ciao les mecs !