Accueil > Personnalités > Hwang Jang Lee

Hwang Jang Lee

 Hwang Jang Lee

Biographie



Le Coréen Hwang Jang-Lee, parfois plus connu sous son nom sinisé Wong Cheng Lee (sans parler des innombrables variantes orthographiques que recense l’IMDB), fait partie de ces acteurs qui vous évoquent vaguement quelque chose, une impression de déjà-vu, vous arrachent des « tiens, il me semble que je l’ai déjà aperçu quelque part celui-là… », c'est-à-dire qu’on a beau les avoir zyeuté dans bon nombre de films, ils n’en demeurent pas moins des anonymes.



Eternel abonné aux rôles de méchants dans des productions de seconde zone souvent vites vues vites oubliées, Hwang Jang-Lee demeure, dans la vie comme à l’écran, un authentique artiste martial champion de la tatanne avec les pieds, ce qui lui a valu les surnoms amicaux et flatteurs de « King of the Leg Fighters », « The Ultimate Bootmaster » ou encore « Lord of the Superkickers ».


[Evidemment je suis tellement malin que pour illustrer mes propos j’ai fait des caps de coups de poing au lieu de coups de pied…]


Fils d’immigrés coréens, Hwang est né le 13 décembre 1944 à Osaka dans un Japon bombardé par les Américains. Quelques mois plus tard, la famille doit retourner en Corée après la fermeture de la compagnie du père par le gouvernement japonais. A l’âge de 14 ans - et contre la volonté de ses parents - le jeune garçon commence à suivre des cours de taekwondo, art martial coréen par excellence. Devenu aguerri dans cette discipline (il atteindra le rang de 7ème dan), Hwang obtient un poste d’instructeur au sein de l’armée coréenne qu’il incorpore en 1965. Envoyé au Viêt-Nam pour entraîner les troupes coréennes et initier quelques Gi’s aux arts martiaux, Hwang va s’illustrer de façon tragique au cours d’un exercice de self-défense en tuant son adversaire.


"Maillon N°1 de la chaîne alimentaire" proclame fièrement la jaquette...


Il semble que ce dernier était un Sud-Vietnamien expert dans le maniement du couteau qui prétendait que cette arme était supérieure à n’importe quelle forme de combat à mains nues. Hwang aurait contesté ce jugement et le ton serait rapidement monté entre les deux hommes, l’expert au couteau souhaitant en découdre pour prouver la primauté de son affirmation. Hwang aurait refusé le défi, tourné les talons et l’individu au couteau en aurait alors profité pour l’attaquer (peut-être histoire de démontrer aussi la supériorité d’une attaque par derrière…). Mais Hwang se serait retourné promptement en lui décochant un coup de pied circulaire en pleine tempe, tuant son adversaire sur le coup. La scène ayant eu lieu devant témoins et Hwang ayant été considéré en état de légitime défense, l’affaire aurait été classée. Il est possible aussi que le contexte de la guerre ait jouer, Américains et Vietnamiens ayant d’autres chats à fouetter.


Moi aussi un jour je porterai une belle perruque blonde…


Hwang a débuté sa carrière dans le cinéma en Corée, au milieu des années 70. Il est notamment remarqué par Ng See-Yuen, le fondateur de la firme Seasonal Films, qui lui offre le rôle du méchant Silver Fox dans The Secret Rivals (1976) où il affronte la micro-star chinoise John Liu. Grâce à un kung-fu résolument novateur – les combats se composant presque exclusivement de coups de pieds et non de coups de poings comme il était alors d’usage – le film cartonne. Ce premier grand rôle lui collera à jamais à la peau, Hwang reprenant le personnage de Silver Fox à travers plusieurs films au point de s’en faire un deuxième nom.




Même aux Etats-Unis la renommée de Hwang n'est pas nulle. La preuve : l'éditeur "Ventura distribution" le met en avant via une collection "Silver Fox" !


Il joue surtout à Hong Kong, et d’abord dans ce qui est alors à la mode : la bruceploitation. Il croise ainsi la route de Bruce Li [Behind Bruce Lee alias Bruce Lee Fights Back From the Grave (1976) ; Secret of Bruce Lee alias Bruce Lee's Deadly Kung Fu (1976)], de Bruce Le [Bruce, King of Kung Fu (1980) ; Bruce Contre-Attaque (1982)] voire de toute une ribambelle de clones en même temps [Enter Three Dragons (1979), avec Bruce Li, Bruce Le, Bruce Lai, Bruce Lea et Bruce Thai !], partageant même la vedette avec des stock-shots de Bruce Lee dans l’inadmissible Jeu de la Mort 2 (Game of Death 2, 1981).


Hwang Jang-Lee se fait briser la jambe par Bruce Le dans Bruce Contre-Attaque (1982), produit par Dick Randall et dans lequel on retrouve par ailleurs Jean-Marie Pallardy !



Dans Le Jeu de la Mort 2 (1981), Hwang Jang Lee joue le personnage de Chin Ku, l’ami du héros Billy Lo, qui trouve la mort dans des circonstances étranges. C’est sur ce décès que vont enquêter de surprenants stock-shots de Bruce Lee, relayés par la doublure Kim Tai Chung.


Mais durant cette période, on le retrouve également en méchant de service dans deux des films qui ont contribué à promouvoir Jackie Chan au rang de star, Snake in the Eagle's Shadow et surtout Drunken Master (tous les deux de 1978). Lors du célèbre final de ce dernier, certaines rumeurs voudraient même que Hwang, n’ayant pas retenu tous ses coups, ait cassé une ou deux dents à Jackie !


Hwang dans l’excellent Drunken Master (1978)


Hwang s’essaie par ailleurs à la réalisation en se mettant lui-même en scène, comme dans Fearless Master Fighter (1979) ou Hitman in the Hand of Buddha (1981), en profitant au passage pour incarner de gentils héros. Mais le fond de commerce de Hwang restant les rôles de méchant auxquels le public l’associe, il continue dans cette voie et sa route croise alors bientôt celle des producteurs Tomas Tang, Joseph Lai et de leur jeune poulain Godfrey Ho.






C’est ainsi qu’on le retrouve successivement dans des titres comme La Terrible Revanche du Maître de Shaolin alias La Terrible Vengeance du Maître de Shaolin alias La justice du dragon (Martial Monks of Shaolin Temple, 1981) et Les 5 foudroyants de Shaolin (5 Pattern Dragon Claws alias Dragon’s Claw alias Thundering Fist, 1982), tous deux réalisés par Ho pour Filmark (le second semble avoir été tourné en Corée par Kim Shi-hyeon sous le titre Noigwon, puis distribué à HK par Filmark en l'attribuant à Godfrey Ho pour siniser le produit : il s'agissait peut-être d'une co-production).


Un Godfrey Ho avec Wong Cheng Li, Dragon Lee et Hwang Tang Lee tout frais ressorti chez nous en DVD chez Bach Films


Puis on le croise dans Buddhist Fist and Tiger Claws (1982), Eagle Vs Silver Fox (1982) et Le Tigre Contre Ninja (Secret Ninja, Roaring Tiger, alias Secret Ninja alias Justice of The Ninja, 1982), toujours réalisés par Ho mais pour Joseph Lai et Asso Asia Film Production [je fonde toutes ces allégations sur l’excellent site www.rarekungfumovies.com, l’IMDB semblant un peu dépassée dans ce domaine].



Cette collaboration trouvera son paroxysme le plus réjouissant dans le mémorable Ninja Terminator (1985), Ho ayant opéré sa déhiscence transitionnelle entre kung-fu fauché et filouterie ninja. Hwang y campe un bad guy spectaculairement emperruqué qui ne croisera jamais le good guy Richard Harrison grâce à la magie du « 2 en 1 ».



Inoubliable prestation dans Ninja Terminator (1985).


Peut importe, cette rencontre au sommet avait déjà eu lieu dans le réjouissant Challenge of the Tiger alias L’Implacable défi alias Le Défi du tigre (Gymkata Killer, 1980) dans lequel Bruce Le et Richard Harrison incarnent deux agents spéciaux de la CIA qui ont pour mission d’empêcher des terroristes de mettre la main sur une formule secrète capable de stériliser la gent masculine de la planète entière ! Le premier est une tête brûlée qui fracasse tout ce qui bouge (il fend le crâne de taureaux à mains nues dans une arène), le second un chaud lapin hédoniste (il joue au tennis avec des donzelles qui ont la poitrine à l’air, le tout filmé au ralenti bien évidemment…). Une authentique perle !



Dans les années 80, on retrouve également Hwang Jang Lee dans l'américano-philippin Les Nouveaux Conquérants (Future Hunters alias Deadly Quest alias [Spear of Destiny, 1986). Dans ce pot-pourri qui mélange post-nuke et indianajonesploitation, Hwang retrouve Bruce Le le temps d'un combat tourné à Hong Kong par Cirio H. Santiago.


Dans le rôle d'un bad guy nommé "Silver Fox", Hwang affronte Bruce Le dans "Les Nouveaux Conquérants" (1986).


En 1989, c’est une autre figure chère à Nanarland que croise Hwang, en la personne de l’immense Max Thayer dans l’explosif Karate Tiger 2 (No Retreat, No Surrender 2), avec également Cynthia Rothrock, Loren Avedon et le géant allemand Matthias Hues. Avant et pendant le tournage, Hwang Jang Lee est d'ailleurs chargé d'entraîner ce dernier, qui remplace au pied levé Jean-Claude Van Damme alors qu'il n'a aucune expérience dans le domaine des arts martiaux.


Hwang en nervi de Matthias Hues dans "Karate Tiger 2" (1989).


A partir des années 90, après avoir vigoureusement tatanné dans une soixantaine de films, Hwang opère ce qu’on appelle un repli stratégique, désertant les plateaux pour diriger une entreprise fabriquant du matériel de golf (qui aurait rapidement capoté), un hôtel à Séoul ainsi qu’une agence de gardes du corps, apparaissant encore dans Emperor of the Underworld (1994), qu’il met en scène, et dans Boss (1996), deux films coréens à petit budget.


Hwang Jang Lee en 1996 dans "Boss", son dernier rôle à ce jour.


Il coulerait aujourd’hui une retraite paisible sur l’île de Cheju. Après avoir indifféremment donné la réplique à des vedettes de Hong Kong comme à des stars du nanar et balancé quelques millions de coups de panards, c’est aussi ce qu’on peut appeler le repos du guerrier. Peut-être que son fils Jason, dont on dit qu’il a hérité des talents jambiers de son père, assurera un jour la relève sur grand écran.


La honte, ça y est, j'ai ma fiche sur Nanarland ! Bon allez, j’invoque la roublardise de l’autruche : si je ne les vois pas ils ne me voient pas…


…ah, zut, ça a raté.







En bonus, un extrait audio de l’emphatique bande-annonce française de L’Exécuteur Défie l’Empire du Kung-Fu (1983) de Godfrey Ho, qui annonçait au sujet de Wong Cheng Li qu' « aujourd'hui, il est peut-être plus fort que Bruce Lee hier » !

Et aussi cette chouette interview menée par l'équipe de HK Cinemagic du gweilo Roy Horan, acteur et producteur à Hong Kong, qui revient avec moult anecdotes sur sa collaboration et son amitié avec Hwang Jang Lee.

John Nada
John Nada

retour vers les acteurs

Filmographie



1996 - Boss

1994 - Emperor of the Underworld (Amheugga-ui hwangje)

1992 - Great Hero from / Martial Arts Master Wong Fei Hung / Wong Fei Hong '92

1991 - Street Soldiers

1989 - Karaté Tiger 2 (No Retreat, No Surrender 2: Raging Thunder)

1989 - Live Hard (Tie dan xiong feng)

1989 - Dark Side of China Town (Sai nga tiu daai tiu saai)

1988 - Bed companions (Hua xin ye mei gui)

1987 - Dynamite Fighters / Magnificent Warriors / Yes, Madam III

1987 - Angel / Fighting Madam / Iron Angels / Midnight Angels

1986 - Shanghai Express (Millionaire's Express / Nobles' Express /Wealthy Train)

1986 - Les Nouveaux conquérants (Future Hunters / Deadly Quest / Spear of Destiny)

1986 - The Innocent Interloper

1986 - Spirit and Me / Where's Officer Tuba?

1986 - The First Vampire in China

1985 - Ninja Terminator



1984 - Shaolin: The Blood Mission / Four Shaolin Temples / The Fourth Largest Shaolin Temple (Sadae solimsa)

1984 - Mighty Weapon (Série TV)

1983 - Kwandong Viper

1983 - Yong-pal in a Shaolin Temple (Solimsa yongpali)

1983 - Duel of Ultimate Weapons / Mad So Hwa-jin / Soh Hwa-ja of Guangdong Hall / Death Weapons (Gwangdongwan So Hwa-jin)

1983 - The Angry Young Man

1982 - Le Tigre contre Ninja (Dragon Claws / Ninja Fighters / Secret Ninja, Roaring Tiger)

1982 - La Fureur des Maîtres de Shaolin (Sahyeongsaje / Masters of Tiger Crane / Raging Master's Tiger Crane / Raging Tiger)

1982 - L’Exécuteur défie l'empire du kung-fu / L’Empire du crime / L’Exécuteur attaque l’empire (Haegyeolsa / Secret Executioners / The Trouble-solving Broker)

1982 - Buddhist Fist & Tiger Crane / Hard Bastard 2 / Yong-ho's Cousins / Half Piece of Map (Yonghoui sachondeul)

1982 - Hard Bastard (Cheon-yonglan)

1982 - Blood Child / Five Fingers of Steel

1982 - Ninja Warriors / Ninja in the Dragon's Den

1982 - Ghosts Galore

1982 - Eagle's Claw and Butterfly Palm

1982 - Bruce contre-attaque (Bruce Le Fights back / Bruce Le Strikes Back / Eye of the Dragon / The Ninja Strikes Back)

1982 - Kid frow Kwangtung

1982 - Les 5 foudroyants de Shaolin (Five Pattern Dragon Claws / Noigwon)

1981 - Hitman in the Hand of Buddha / The Swordsman

1981 - The Phantom Thief

1981 - Le Jeu de la mort 2 (Game of Death II / The New Game of Death / Tower of Death)

1981 - La Main d’acier / La Main d'acier du karateka (Eagle's Killer)



1981 - Fearless Dragons

1981 - Return of the Deadly Blade / Shaolin Fighters vs. Ninja

1981 - The Young Hero

1981 - La Terrible Revanche du Maître de Shaolin / La Terrible Vengeance du Maître de Shaolin (Martial Monks of Shaolin Temple)

1980 - Sangwoong

1980 - Eagle vs. Silver Fox / Flying Martial Arts

1980 - Gymkata Killer / Challenge of the Tiger

1980 - Dragon Bruce Le

1980 - Bastard Kung Fu Master / Ring of Death

1980 - Fearless Kid & the Lady Tiger / Lackey and the Lady Tiger

1980 - Tiger Over Wall

1980 - Bruce, King of Kung Fu / Revenge of the Dragon

1980 - Art of High Impact Kicking

1980 - Two fists against the law

1979 - Dragon and Tiger Kids / Hell'z Windstaff

1979 - Les Deux intrépides de Shaolin (Dragon’s claws)

1979 - Dance of the Drunk Mantis / Dance of the Drunken Mantis / Drunken Master Part 2 / South North Drunk Fist

1979 - Buddhist Assassinator / Shogun Massacre

1979 - Hero of the Wild Kung Fu Challenger / Heroes of Shaolin / Demon Strike / Enter Three Dragons

1979 - Les 36 signes de la mort (36 Deadly styles)



1978 - Deadly Kung Fu Factor / The Delivery / Hard Bastard

1978 - Great Martial Arts Teacher (Daesaboo)

1978 - Le Chinois se déchaîne / L'Ombre du serpent (Bruce vs. Snake in Eagle's Shadow / Eagle's Shadow / Snake in the Eagle's Shadow)

1978 - Le Maître chinois (Drunken Fist / Drunken Master / Drunken Monkey in the Tiger's Eyes / Eagle Claw, Snake Fist, Cat's Paw, Part 2)

1978 - Fearless Master Fighter / Fearless Duo

1977 - A Dragon Story / Bruce Lee's Deadly Kung Fu / Bruce Lee's Secret / Bruce Lee: A Dragon Story / Bruce Li's Jeet Kune Do / He's a Legend, He's a Hero / Story of the Dragon / Wing Chun Big Brother

1977 - The Instant Kung Fu Man

1977 - Snuff Bottle Connection

1977 - Silver Fox Rivals 2 / Secret Rival 2

1977 - L’Aigle de Shaolin (The Invincible Armour)

1976 - Bruce Lee Fights Back from the Grave / The Stranger

1976 - Huo, le roi du kung fu (The Secret Rivals: The Northern Leg and Southern Fist / Secret Rivals / Silver Fox Rivals)

1976 - L’Impitoyable (Shaolin Wooden Men... young Tiger's Revenge / 36 Wooden men / Shaolin Chamber of death)

1976 - Kill the Shogun / Year of the Dragon

1975 - A Viper

1975 - Kill the Ninja

1974 - Korean connection

1974 - Korean connection 2

1974 - Left Foot of Wrath

1969 - Mad Mad Mad Swords