Accueil > Personnalités > Mike Monty

Mike Monty

Mike Monty

Biographie

Mike Monty s'exprimait avec la gouaille d'un vieux briscard dans une interview qu'il avait gentiment accordée à Nanarland. L'acteur y revenait sur l'ensemble de sa carrière avec un franc-parler certain, bien qu'il ait prétendu ne pas avoir participé aux scènes hard dans "Le Journal érotique d'une thaïlandaise" (nous n'avons trouvé qu'ensuite la preuve du contraire). Une pudeur bien incompréhensible...






Fascinante énigme que ce Mike… Pendant longtemps, il nous a tenus en haleine tant nous en savions peu sur cet acteur, qui promenait son allure nonchalante dans un nombre incalculable de séries B, Z et moins que Z italiennes et philippines ! Si un nanar était tourné aux Philippines durant les années 1980, la présence de Mike Monty y était quasiment assurée. Général dans " Zombi 3 ", sous-Colonel Trautmann dans " Strike Commando ", passant tué par les barbares dans " Les Prédateurs du Futur ", Mike Monty avait commencé sa carrière d’acteur en Italie comme second rôle dans des westerns spaghettis de troisième ordre et joué dans des films érotiques de Jean-Marie Pallardy !



Quel avait donc été le parcours de ce comédien, et quelle motivation l'avait poussé à s’installer aux Philippines, où il semblait résider ? Autant de questions demeurées sans réponses jusqu’à ce que nous parvenions à le localiser : depuis son domicile philippin, Mike Monty a commencé par se faire prier, puis nous a aimablement accordé une interview par téléphone. Le parcours du globe-trotter du nanar, véritable chaînon manquant du mauvais cinéma, sortait enfin de l’ombre. Cela aura été pour nous une grande satisfaction que de lui soutirer avant sa mort - et presque par la force - cette interview, éclaircissant enfin son parcours.



Mike Monty, de son vrai nom Michael O’Donahue, est né le 23 octobre 1936 à Chattanooga, dans l’Etat américain du Tennessee. Aspirant comédien et employé dans un club de gym, il fait la connaissance de divers comédiens-culturistes comme Steve Reeves et Gordon Mitchell qui se rendaient en Italie, alors centre nerveux du cinéma européen, pour y tourner des films dans les registres du péplum ou du western-spaghetti. Mike tente sa chance et décroche un rôle dans un western en Italie.







Séduit par le pays et ses opportunités professionnelles, Mike décide de s’expatrier : il va connaître pendant plus d’une décennie un parcours de second couteau dans des séries B italiennes. Mike est le colocataire de son ami Gordon Mitchell, avec qui il tourne souvent. Ne se souciant pas énormément du suivi de sa carrière, Mike Monty (ou Monti, ou Monte, selon les génériques) n’accorde aux films qu’il tourne qu’un intérêt distrait, ce qui rend difficile l’établissement d’une filmographie complète. Il ne sera qu’un visage parmi d’autres du bis italien, n’accédant jamais au quasi-vedettariat d’autres acteurs étrangers comme John Steiner ou David Warbeck. C’est le Français Jean-Marie Pallardy qui le révèle vraiment, en lui confiant des rôles plus importants dans ses productions érotiques, comme « L'Amour chez les poids-lourds », improbable et grivoise transposition du mythe d’Ulysse dans le milieu des chauffeurs routiers !

Selon certaines informations, rapportées notamment par Richard Harrison, Mike Monty se serait signalé par une activité sexuelle assez débordante, multipliant les conquêtes à un rythme frénétique, au point que des indices semblent nous indiquer qu'il aurait eu à une certaine époque une activité de gigolo. Mike n'est en tout cas pas avare de sa personne et n'hésite pas, pour les besoins de la version hard du « Journal Erotique d'une Thaïlandaise », de Pallardy, à tomber pour de bon le pantalon et à s'ébattre goulûment, tout d'abord avec Brigitte Lahaie et Marilyn Jess en personne, puis avec une escouade de jeunes asiatiques (signe prophétique de son futur exil à l'autre bout du monde). Il est fort possible que la carrière de Mike compte d'autres prestations du même type dans des pornos d'époque : si des exégètes pouvaient nous le confirmer, nous leur en serions reconnaissants.



Mike et ses copines dans "Le Journal érotique d'une Thaïlandaise".


En 1979, Mike Monty joue un petit rôle d'étrangleur dans « Liés par le sang » de Terence Young, film avec Audrey Hepburn et Romy Schneider qui sera sa première et sa seule participation à une production d'importance. A partir du début des années 80, il se spécialise dans le film d'action et d'aventures. C’est au cours du tournage d’un film d’aventures érotique réalisé aux Philippines que Mike Monty va connaître la révélation qui va faire basculer sa vie et sa carrière : il est immédiatement séduit par l’archipel philippin, ses superbes paysages, ses habitants et surtout ses habitantes. De son propre aveu, Mike se montre très sensible aux attentions que les Philippines portent à son charme de solide quadragénaire, alors que les Italiennes commencent à le trouver trop vieux. Mike Monty devient rapidement accro à l’archipel, et va y rester le plus longtemps possible. Sa carrière d’acteur marquant un peu le pas, il profite de son temps libre pour faire un grand nombre d’allers-retours entre l’Italie et les Philippines, avant de décider de s’installer définitivement en Asie à partir de 1983.



Les Philippines sont alors une destination très prisée par les équipes de tournage du monde entier, grâce à une main-d’œuvre peu chère et de très beaux décors naturels permettant de tourner de multiples films d’aventures de jungle. Les infrastructures laissées sur place par le tournage d’ « Apocalypse Now » sont utilisées par de nombreuses équipes. Mike Monty fait alors fructifier ses contacts dans le milieu cinématographique italien : réalisateurs et producteurs savent qu’ils peuvent compter sur sa présence dès qu’un film est tourné aux Philippines. Sa présence sur place et ses contacts dans les milieux du cinéma philippin permettent de bénéficier d’un relais fort utile.



De fait, Mike Monty, comme d’autres Occidentaux vivant aux Philippines (Romano Kristoff, Nick Nicholson, Don Gordon...) devient une présence quasi-obligée dans les innombrables séries B tournées dans l'archipel et réquisitionnant tout Occidental présent sur place. Un peu âgé pour jouer les héros, Mike tient surtout des seconds rôles importants : son physique « sérieux » et un peu ténébreux lui permet notamment de tenir des rôles de militaires, d’espions ou de gangsters. Sans être foncièrement un mauvais comédien, Mike Monty joue souvent ses rôles avec nonchalance, manifestement plus soucieux de profiter de la vie qu’il mène au soleil que de la qualité intrinsèque de ses films.




Otage au Vietnam dans « Last Platoon ».


Chef de la CIA dans « Commando Massacre ».


Général dans « Zombi 3 ».




Otage au Vietnam dans « Ultime Mission ».


Mike et Romano Kristoff dans « Ninja Mission


Explorant à tout crin la palette entière des seconds couteaux du film de genre, il sera ainsi maintes fois le prisonnier américain au Vietnam qu'une bande de mercenaires au langage fleuri se devra d'aller délivrer dans les nombreux films exploitant le phénomène Rambo (« Ultime Mission », « Last Platoon », « U.S. Warrior »…). Mais loin de se laisser enfermer dans des cages en bambous, Mike porte aussi fort bien la moustache malfaisante du mafieux de nanars d'autodéfense (« Eliminator »), le blouson délavé du flic intègre recruteur de ninjas mollassons (« Ninja Mission ») ou, plus généralement, la panoplie du sidekick des grands de ce monde : Max Thayer et Richard Harrison n'ont plus guère de secret pour lui... Par trois fois, il côtoie le grand Max, dans « Laser Force », « Commando Massacre » et « Commando Phantom ». Sur le tard, il accède enfin aux premiers rôles, dans un film d'action japonais : « Blowback 2 ».










Mike et James Gaines dans « Eliminator ».


Mike et un ninja.

SPECIAL OTAGE AU VIETNAM :


Mike, délivré par Jim Gaines.


Mike, délivré par Ron Marchini.


Mike, délivré par Richard Hatch.


Mike, délivré par Richard Harrison.


Les années 1990 voient un net ralentissement de l’activité du cinéma philippin, victime de la saturation du marché, de coproductions hasardeuses et de l’insécurité due au terrorisme. Mike Monty continue cependant de travailler, apparaissant dans des productions de plus en plus obscures, tel « La Maîtresse de Saïgon », un film érotique vaseux tourné à Manille par Joe D'Amato. Il trouve également des emplois dans des productions japonaises : les producteurs nippons continuent en effet, au contraire des européens, à délocaliser leurs tournages aux Philippines. Mike est employé à plusieurs reprises comme Occidental de service.



On le voit par ailleurs faire des apparitions non créditées - et non sexuelles - dans des pornos hard, comme « Souillures extrêmes », où il joue un vieux milliardaire agonisant réunissant trois radasses chez lui pour leur tenir ce langage : "Tout ce que je possède appartiendra à celle qui saura se montrer la plus chienne. En effet, toute ma vie j'ai rêvé d'avoir pour épouse une salope, mais jamais je ne l'ai trouvée." (texto) S'ensuivent des parties de jambes en l'air entre les trois pouffes et une série de bellâtres, avec des plans réguliers de Mike qui mate, en extase, par l'entrebâillement de la porte.

Dans les années 2000, il retrouve Bruno Mattei, qu’il avait déjà côtoyé pour « Zombi 3 » et « Strike Commando », et lui prête ses services, comme acteur, régisseur de plateau et parfois co-scénariste pour différentes petites productions (« Cannibal World », « The Tomb », etc.) tournées dans l’archipel et destinées à de discrètes exploitations en vidéo.



S’il a manifestement préféré l’hédonisme et la recherche de l’aventure à la valeur artistique de ses films, Mike Monty n’en est pas moins un cas assez passionnant d’acteur globe-trotter, traversant de manière impassible les productions les plus minables tout en conservant une certaine dignité. Une vraie carrière d’aventurier du cinéma, dont il se souvient avec un rire de vieux flibustier. Il n’a pas joué que dans des chefs-d’œuvre – c’est même plutôt le contraire – mais il s’est sûrement bien amusé. Good job, Mike !




Insubmersible, Mike joue les missionnaires pour Mattei dans « Cannibal World » en 2003...


Mais même les vieilles crapules ne sont pas éternelles : le 4 août 2006, Mike Monty est décédé d'un arrêt cardiaque à Rome, durant la post-production d'un film de femmes en prison qu'il venait de tourner avec Bruno Mattei qui lui même ne survivra que de quelques mois à son ami. C'est tout un pan de l'histoire du nanar qui part avec ces deux hommes.


Un dernier petit tour dans « The Jail: a women's hell » et Mike tire sa révérence.


Nikita
Nikita

retour vers les acteurs

Filmographie

(en fait aussi complète que possible mais hélas lacunaire... Mr Monty lui-même reconnaît qu'il serait bien incapable de dresser sa filmo exhaustive)

1966 - Thompson 1880

1972 - Allegri becchini... arriva Trinità

1974 - Le Château de l'horreur / Le Château de Frankenstein (Terror! Il castello delle donne maledette)

1976 - SS Tigres du désert / Erika : Les derniers jours des SS / Bourreaux SS n° 2 (Kaput lager - gli ultimi giorni delle SS)

1978 - L'Amour chez les poids-lourds

1978 - Symphony of Love (Proibito erotico)

1979 - Une femme spéciale

1979 - Liés par le sang (Bloodline)

1980 - Le Journal érotique d'une Thaïlandaise / Le Carnet érotique d'une Thaïlandaise

1981 - Pleasure Island / Blue Emmanuelle (Isola del Piacere)

1982 - Island of the Bloody Plantation (Die Insel der blutigen Plantage)

1983 - Eliminator (Blood Debts)

1983 - Fireback

1983 - Les Prédateurs du futur (I Predatori di Atlantide / Atlantis Interceptors / Raiders of Atlantis)

1983 - Tornado

1984 - Les Massacreurs (Hunter's Crossing)

1985 - Ultime Mission (Intrusion Cambodia)

1985 - Ninja mission (Ninja's Force / Bushido's Force)

1985 - Ninja Warriors

1985 - Laserforce, l'arme absolue (Deadringer)

1985 - Emmanuelle à Cannes

1985 - Commando Leopard (Kommando Leopard)

1985 - Les Aventuriers de l'enfer (La Leggenda del rubino malese)

1986 - Eye of the Eagle

1986 - U.S. Warrior (The Forgotten Warrior)

1986 - Silk

1987 - Slash le découpeur (Slash)

1987 - Commando Massacre (No Dead Heroes)

1987 - Commando Phantom (Phantom Soldiers)

1987 - Strike Commando

1988 - Last Platoon (Angel Hill: l'ultima missione)

1988 - Black Cobra 2 (Cobra nero 2)

1988 - Desert Warrior

1988 - Un soldat maudit (Just a Damned Soldier / Soldato maledetto)

1988 - L'Aventurier du bout du monde (Whiteforce)

1988 - Double Target (id)

1988 - Zombi 3 (id)

1988 - Der Commander / Il Triangolo della paura / The Commander

1988 - Tough Cop

1988 - American Force (Phantom Raiders)

1989 - Blood Chase

1989 - Eye of the Eagle 2 : Inside the Enemy

1990 - Black Cobra 3 (Cobra nero 3)

1990 - Dog Tags

1990 - Battle Geese / Escape to Nowhere

1990 - Sudden Thunder

1991 - Blowback 2

1991 - The Firing Line

1991 - Dernier vol pour l'enfer (Last Flight to Hell)

1991 - Si Ayala at si Zobel (date incertaine, entre 90 et 92 selon Monty)

1992 - King of the Kickboxers 2 (Fighting Spirit)

1992 - The 13th Mission

1993 - La Maîtresse de Saïgon (Il Labirinto dei sensi / Labyrinth of love)

1995 - Souillures extrêmes

2003 - Land of cannibals (Nella terra dei cannibali / Land of the cannibals)

2003 - Cannibal World (Mondo cannibale)

2004 - The Tomb

2006 - Anime perse / The Jail: a women's hell