Accueil > Personnalités > Robert Z'Dar

Robert Z'Dar

Robert Z'Dar

Biographie



Robert Z’Dar est un phénomène. Pas seulement à cause de ses os du visage hypertrophiés, mais parce que sa gueule ne l’a pas empêché d’avoir une carrière que lui envieraient bien des jeunes premiers, et surtout du fait que notre homme a su mener sa barque avec efficacité, malgré une filmographie qui explore avec constances les tréfonds du nanar infra-hollywoodien.


Robert en commissaire de police dans le très fauché « Dans les griffes du dragon d'or ».


Robert J. Zdarsky est né le 3 juin 1950 à Chicago, dans une famille d’origine lituanienne. Il étudie la comédie durant sa scolarité, mais, s’il se sent une âme d’artiste, Robert se destine plutôt à la musique. Très jeune, il monte une société de production qui oeuvrera principalement dans la musique pour publicités. Parallèlement, le futur Maniac Cop usera de son physique pour faire peur aux contrevenants : il met un temps sa carrure d’armoire à glace au service de la loi, en tant qu’agent de police à Chicago. Mais l’appel du show-biz est le plus fort : de fil en aiguille, le physique de Robert lui vaut de tenir des petits rôles à l’écran. On le voit notamment jouer les silhouettes de sbires dans des films comme « Cherry 2000 ». Robert commence par franciser élégamment son nom en se faisant appeler « Darcy », puis il choisit l’originalité en se rajoutant une énigmatique apostrophe et en devenant « Z’Dar ».


Robert dans « Tango et Cash ».



Après plusieurs rôles de brutes, Robert Z’Dar accède à la notoriété grâce au succès de « Maniac Cop », de William Lustig, dont il tient le rôle-titre. Lustig avait eu l'idée d'embaucher Robert après l'avoir vu jouer un tueur dans le film « The Night Stalker » et avoir été frappé par son allure. Il confia plus tard que, ne connaissant pas l'acteur à l'époque, il n'était pas du tout rassuré lors de leurs premiers entretiens.



Jouant un super-flic devenu un serial killer indestructible, Robert vole la vedette à Bruce Campbell, héros du film, et marque durablement les esprits par son impressionnante stature. Son expérience de véritable agent de police l'a en outre aidé pour obtenir une gestuelle crédible. Ce parfait inconnu, embauché pour tenir un rôle muet, va rapidement devenir une star de la série B. Malgré quelques rôles dans des productions plus riches (il joue notamment un taulard menaçant dans « Tango & Cash »), Robert Z’Dar va en effet concentrer son activité dans les productions les plus fauchées des bas-côtés d’Hollywood.




Conscient de n’être pas un grand comédien (on ne peut pas dire qu’il fasse dans la sobriété lors de la dernière scène de « Maniac Cop », où l’on voit enfin son visage), Robert gère intelligemment son image en tenant des rôles de vedette ou de guest-star, jouant généralement les méchants, dans de très petites productions dont il est souvent l’acteur le plus connu. C’est ainsi qu’outre deux suites de « Maniac Cop » (où son personnage devient une sorte de zombie à la Jason), Robert Z’Dar paie de sa personne dans des films comme l’ahurissant « Samuraï Cop », le décadent « Dar l’invincible 2 », ou « Frogtown II » (la suite de « Hell Comes to Frogtown », où il joue pour une fois le héros en reprenant le rôle de Roddy Piper).


Robert dans « Dragonfight ».





Il se compromet également dans les productions de Ciné Excel, la boîte de production-distribution américaine la plus minable de ces deux dernières décennies, faisant le guignol dans des films comme « Pocket Ninjas » ou « Future War », où il est un cyber-guerrier particulièrement peu crédible.






Occasionnellement producteur, Robert mène cependant très bien sa barque. L’homme, très sympathique, sait entretenir une petite base de fans en apparaissant dans de nombreuses conventions de films d’horreur où il soigne sa popularité et se montre accessible et souriant. D’où une activité très soutenue (jusqu’à quatre films par an), qui font de Robert Z’Dar l’une des personnalités les plus reconnaissables du cinéma de dernière zone.


Robert en compagnie de Michael Berryman, autre grand « freak » d’Hollywood.


Quelque chose en lui de Freddie Mercury…



Le physique particulier de Robert, s’il ne lui a pas valu une carrière de séducteur, aura cependant fait de lui une présence toujours réjouissante dans des nanars souvent accablants, auxquels il apporte de l’intérêt à défaut de les sauver par ses seules apparitions.


Robert pète un câble dans « Pocket Ninjas ».


Robert Z’Dar a certes privilégié, et de très loin, la quantité à la qualité : mais ne vaut-il pas mieux devenir une star du nanar plutôt qu’un grand comédien ignoré ? Grave question existentielle à laquelle vous allez maintenant réfléchir, entre deux projections de « Samuraï Cop » et « Zombiegeddon ».


Robert dans le très réjouissant « Samuraï Cop ».


Ce n'est, hélas, pas un poisson d'avril : alors qu'il venait de tourner quelques scènes pour Samuraï Cop 2, Robert Z'dar nous a quittés le 1er avril 2015, fauché à 64 ans par un arrêt cardiaque à son domicile de Pensacola en Floride. Une mort prématurée qui nous enlève une personnalité attachante et unanimement appréciée par tous ceux qui l'ont fréquenté. So Long Robert, tu nous manqueras.






Robert avait l'air d'être un gros déconneur si l'on en juge par cet extrait d'interview sur son site personnel hélas aujourd'hui mort:



X: How did you get started in acting? Is it something you always knew you wanted to do?

Z'DAR: Performing...no, just kidding. I started out doing theater work in High School, then gained my BFA from Arizona State. After a short stint as a Chip n' Dales dancer I began working in film.

Pt-2-No, I always wanted to be an undercover drug cop-oh, wait, that is my career, acting is my cover...don't print that...I'm not a cop...really...lighten up...jeez. I AM NOT A COP, I JUST WANT TO BE ONE, or a fireman...or an undercover drug fireman...or a fireman under the covers with a bag of drugs and a sexy undercover policewoman with an open mind.

X: After reading over your entire body of work, we think you're the hardest workingman in movies! How hard is it to keep up that sort of schedule?

Z'DAR: I go to work everyday, just like everyone else...and I do bring my Josie and the Pussycats lunch box with me. Just in case.




Nikita
Nikita

retour vers les acteurs

Filmographie



2015 - Samurai Cop 2: Deadly Vengeance

2015 - A Blood Story

2015 - High on the Hog

2015 - Salvador's Deli

2014 - Mike and Corey in LaLa Land

2014 - Monsters on Main Street

2014 - Rock n' Roll Cops Lite

2014 - Super Hell 3: Dreams of Horror

2014 - Easter Sunday

2014 - Precious Mettle

2013 - The Voice from Beyond

2013 - Death from Above

2013 - the Perfect Candidate

2012 - Drummer for the Mob

2012 - The Perfect Candidate

2012 - Death from Above

2012 - The Voices from Beyond

2012 - Super Hell 3: Dreams of Horror

2012 - Little Creeps



2012 - Mountain Mafia

2011 - The Girl

2010 - Post-Mortem

2010 - La Femme Vampir Volume 2

2010 - The Waiter

2010 - Not Another B Movie

2009 - Untitled Horror Comedy

2009 - Meltdown

2009 - Blood, Bullets and Babes

2009 - La Femme Vampir

2008 - Deeflowered

2007 - Yin Yang Insane

2006 - Spaced Out

2006 - Voices from the Graves

2005 - Super Hell

2005 - Drawing Blood

2004 - Vampire Blvd.

2004 - The Rockville slayer

2003 - Scary Tales: The Return of Mr. Longfellow

2003 - Zombiegeddon

2003 - Rock n' Roll Cops 2: The Adventure Begins

2002 - Body Shop / Deadly memories

2002 - Trance

2002 - Mob Daze



2002 - When Heaven Comes Down

2000 - Dangerous Highway

1999 - Tyrone / Bad Trip

1999 - Deadly Currency

1999 - Lone Tiger / Tiger Mask

1998 - The Waterfront

1998 - The Thief & the Stripper / Strip 'n Run

1998 - Fatal Pursuit

1998 - Decay

1997 - Total Force

1997 - Hollywood Cops

1997 - Future War

1997 - Pocket Ninjas

1997 - Guns of El Chupacabra

1996 - Stormy Nights

1996 - The Searcher

1996 - Red Line

1996 - Dangerous Cargo

1996 - American Chinatown

1996 - Professional Affair

1996 - Fugitive X: Innocent Target

1995 - Equal Impact

1995 - Enter the Blood Ring

1995 - Destination Vegas

1994 - Silent Fury

1994 -Queen of the Lost Island/The Devil's Pet



1994 - Night Realm

1994 - I'll Met by Moonlight

1994 - Double Blast

1994 - The Mosaic Project / Infernal Soldiers

1993 - Marching Out of Time / Back to the Fuehrer

1993 - Frogtown II / Hell Comes to Frogtown II

1993 - Marked for Murder

1993 - Wild Cactus

1993 - Maniac Cop 3 (Maniac Cop 3: Badge of Silence)

1993 - In a Moment of Passion

1993 - The Legend of Wolf Mountain

1992 - The Summoned

1992 - Dans les griffes du dragon d’or (Shadow of the Dragon)

1992 - Galacticop / Spacecop/Upworld (A Gnome Named Gnorm)

1991 - The Divine Enforcer

1991 - The Big Sweat

1991 - Les Indomptés (Mobsters / The Evil Empire)

1991 - Dar l'invincible 2 (Beastmaster 2: Through the Portal of Time)

1990 - Killing American Style

1990 - The Killer's Edge

1990 - Dragonfight

1990 - Maniac Cop 2

1990 - Soultaker

1990 - Sanction (The Final Sanction)

1989 - Samurai Cop

1989 - Evil Altar

1989 - Tango et Cash (Tango & Cash)

1988 - Trained to Kill

1988 - The Killing Game

1988 - Dead End City

1988 - Maniac Cop

1988 - Grotesque

1987 - The Night Stalker

1987 - Fresh Kill

1987 - Cherry 2000

1985 - Hellhole la clinique de l’horreur (Hellhole)

1985 - Hot Chili