Accueil > Personnalités > Jesus Franco

Jesus Franco

Jesus Franco

Biographie

(alias Jess Franco)


Nanarland pouvait-il se passer d’un hommage à Jess Franco ? D’aucuns dans la team n’étaient pas d’accord, arguant d’une personnalité originale chez le cinéaste. Il ne s’agit pas de nier le caractère singulier de Franco, mais son talent insolite et le caractère particulièrement foisonnant de sa filmographie font de son œuvre un véritable grenier à merveilles : de bons films bis, des navets insondables, des nanars désopilants, des films expérimentaux inclassables, Franco a littéralement tout fait, et la folie qui parcourt souvent sa filmographie fait de lui un réalisateur emblématique.


Jess Franco acteur dans « La Comtesse aux seins nus ».


Jesús Franco Manera est né le 12 mai 1930 à Madrid. Enfant précocement doué pour la musique, il étudie le piano au Real Conservatorio. Une fois bachelier, il tente une carrière littéraire, écrivant un roman de gare sous le pseudonyme de David Khume, avant de faire deux ans d’études de cinéma, se formant comme réalisateur et comme acteur. Il complète ses études à l’IDHEC (future FEMIS) de Paris, puis retourne en Espagne, où il travaille dans le cinéma comme compositeur de musiques de films, puis assistant réalisateur. Le petit Jesus n’a que 24 ans et déjà de nombreuses cordes à son arc.


"Tenemos 18 años", le premier long métrage de Franco : une comédie inoffensive (tournée en plein régime franquiste) sur la jeunesse espagnole en vacances.




Jesus Franco se fait la main en tournant des documentaires et des courts-métrages, avant de tourner son premier long en 1959. Mais rapidement, le contexte culturel étriqué de l’Espagne franquiste lui pèse : amateur de romans et de films d’épouvante, il souhaite faire autre chose que les mélodrames à l’eau de rose que ses collègues ibériques moulinent à la chaîne. Sa liberté artistique, il la trouvera très rapidement par le biais des coproductions, et notamment grâce à son travail avec la compagnie française Eurociné, dirigée par Marius Lesoeur. Grâce au patronage d’Eurociné, Franco peut réaliser « L’Horrible Docteur Orlof » et « Le Sadique Baron Von Klaus », deux succès des salles de quartier qui lui permettent d’imposer un style de réalisation fort efficace dans la création des ambiances glauques et malsaines.




Jess Franco et son compositeur Daniel J. White en inspecteurs dans « Le Diabolique Docteur Z ».



C’est le début d’une filmographie pléthorique qui va voir Franco devenir l’un des artisans les plus prolifiques et les plus polyvalents du cinéma bis européen : épouvante, espionnage, polar, aventures, notre ami gère tous les genres. Réalisateur, scénariste, compositeur de musique, acteur occasionnel, Franco est un véritable homme-orchestre et multiplie les pseudonymes, composant parfois à lui tout seul la moitié du générique du film. Sa débrouillardise devient rapidement légendaire, ce qui pousse Orson Welles à l’engager comme assistant-réalisateur sur « Falstaff », qu’il tourne en Espagne. C’est d’ailleurs Franco qui sauvera le film en trouvant in extremis un nouveau financier alors que le tournage risquait de s’interrompre. Mais il avait négligé d’avertir Welles avant d’agir : fâché, le réalisateur enlèvera du générique le nom de son assistant. Ils se réconcilieront plus tard et Franco présentera même en 1993 un montage (diversement apprécié) des scènes tournées par Welles pour son « Don Quichotte » inachevé.



Franco tourne comme un dératé, signant plusieurs films par an sans toujours se soucier de ses scénarios. Employé alternativement par tous les producteurs de bis d’Europe, il se montre capable de signer aussi bien des histoires horrifiques étranges et inspirées (« La Vénus en fourrure ») où l’ambiance pallie aux déficiences budgétaires, que des séries B purement affreuses comme les « Fu Manchu » avec Christopher Lee. Sa réputation grandit, et sa tendance à ajouter des scènes dénudées dans ses films conduira l’Eglise catholique espagnole à le considérer comme le réalisateur le plus nocif pour la morale publique, avec Luis Buñuel !



Jesus Franco commence dès lors à réunir autour de lui une troupe à géométrie variable de collaborateurs, qui reviendront tous travailler pour lui à de nombreuses reprises au fil des années : outre Howard Vernon, l’un de ses acteurs fétiches, et le compositeur anglais Daniel White (l’un des rares techniciens récurrents à ne pas être Franco lui-même sous un pseudonyme), on retrouvera dans ses films des comédiens comme Klaus Kinski, Paul Muller, Christopher Lee, Avalia Ivars, Britt Nichols, Jack Taylor, Olivier Mathot (généralement amené par la production Eurociné), Dennis Price, Tania Busselier… Outre les Lesoeur père et fils, Franco travaille également régulièrement avec de multiples producteurs : le français Robert de Nesle, l’anglais Harry Alan Towers, le suisse Erwin C.Dietrich…

Les méthodes du bon Jésus, contraint de tourner à la vitesse grand V, sont assez originales : selon son confrère Bruno Mattei, qui l'a connu lors d'un séjour à Rome à la fin des années 1960, Franco avait coutume d'acheter des BD de gare où il allait piocher les sujets de projets de films d'horreur.



Les craignos monsters de « Dracula prisonnier de Frankenstein ».


« Vampyros lesbos », avec Soledad Miranda.


La muse de Jess Franco est au début des années 1970 la jeune première espagnole Soledad Miranda, sa compagne. Mais cette divine vedette de la série B ibérique mourra prématurément dans un accident de voiture. Franco mettra du temps à s’en remettre, mais trouvera un regain d’inspiration grâce à sa nouvelle compagne, Lina Romay. Moins distinguée que Soledad, Lina montrera cependant une remarquable fidélité à Jess Franco, travaillant comme actrice, mais aussi co-scénariste et réalisatrice de seconde équipe, donnant également de sa personne dans les versions hard de certains films.


Lina Romay dans le rôle-titre de « La Comtesse aux seins nus / La Comtesse noire ».


Car la libération sexuelle des années 1970 a donné des ailes à Franco qui, loin de céder simplement à la mode, donne enfin libre cours à ses instincts, réalise des scènes hot de plus en plus poussées, tourne des films érotiques soft, puis du porno hard (bien que les scènes pornographiques des versions hard de ses films érotiques ne soient pas toujours réalisées par lui), utilisant souvent une myriade de pseudonymes.



Parallèlement, les films de Franco se font de plus en plus « expérimentaux », le classicisme ne lui réussissant pas toujours. A mesure que son principal commanditaire, la compagnie Eurociné, sombre de plus en plus dans la démence, Jess en arrive à tourner de pures insanités comme « Midnight party – La Partouze de minuit », quand il ne mouline pas à la chaîne « La Suceuse », « Les Avaleuses » ou « Les Ebranlées ».



Ses films d’épouvante sont de plus en plus étranges, semblant parfois tournés sous l’emprise de quelque substance hallucinogène. Franco abuse des zooms (un zoom avant, un zoom arrière, et on recommence !) et du flou artistique tandis que ses scénarios se font de plus en plus nébuleux : « Les Expériences Erotiques de Frankenstein », « Mondo Cannibale »… L’ancien prodige de la série B est devenu le roi du n’importe quoi tourné avec trois sous. Mais Franco s’en moque, et tourne dans l’enthousiasme le plus total, ravi d’avoir une caméra entre les mains.



Cependant, les relations avec Eurociné se tendent dès le début des années 1980 : Jess Franco laisse en plan « Le Lac des Morts-Vivants » la veille du tournage, et livre plus tard des produits véritablement abominables comme « Les Amazones du Temple d’Or », « Les Diamants du Kilimandjaro » (dont il ne réalise qu’une partie) ou « L’Abîme des morts-vivants ». Ses films sont de plus en plus obscurs, et ne connaissent plus qu’une diffusion confidentielle : la simple vision de « Sale jeu à Casablanca », polar incompréhensible écrit et tourné avec la gueule de bois, laisse pantois devant la déchéance et le jemenfoutisme du cinéaste.



Franco a l’occasion de renouer avec des budgets plus importants grâce à René Château, qui produit son film « Les Prédateurs de la Nuit ». Château raconte ainsi leur rencontre : « Une amie m'a invité sur un tournage en Espagne avec Christopher Lee (NDLA : vraisemblablement Brigitte Lahaie, compagne de René Château à l'époque sur « Dark Mission, les Fleurs du Mal »). J'ai sauté sur l'occasion. En débarquant, j'ai trouvé Jess en train de filmer une attaque de guérilleros dans un jardin. L'action était censée se dérouler en Amérique Latine. Pendant dix-huit ans, j'ai suivi tous les tournages de Belmondo. Je n'avais jamais vu ça. Franco ne pouvait déplacer son cadre à droite - il y avait une maison de campagne - ni à gauche - il y avait des cantonniers au boulot - ni vers le haut - il y avait des fils électriques. Il a trouvé presque instantanément la solution pour tourner dans ce carré de verdure... Et sans autorisation. D'ailleurs, en plein tournage, la propriétaire a fait son apparition en hurlant. Jess a joué celui qui ne comprenait pas un mot et il a bouclé le plan. Je l'ai engagé le soir même. »

« Les Prédateurs de la Nuit » ne remportera cependant pas le succès escompté (alors qu’une suite était prévue) et le clash définitif entre Franco et Eurociné va conduire le réalisateur à un ralentissement de son activité au début des années 1990.



Mais sa redécouverte par les jeunes générations de cinéphiles et l’évolution des techniques de réalisation, qui permettent de travailler avec des équipes réduites, aident Franco à reprendre du poil de la bête : grâce à de nouveaux producteurs espagnols ou américains, Jess tourne joyeusement en DV des films qui connaissent à nouveau une distribution internationale, pour la plus grande joie des fans et l’horreur des cinéphiles distingués : « Killer Barbys », « Lust for Frankenstein », « Dr Wong’s virtual hell »… Ses "classiques" refont surface en DVD et la Cinémathèque française lui rendra plusieurs hommages, dont un en 2001 en sa présence.



Si son talent original aurait pu s’exprimer autrement, Jess Franco aura néanmoins su bâtir une filmographie pléthorique, parfois sans aucune maîtrise, mais toujours avec enthousiasme et liberté. Si son œuvre est à prendre avec prudence, comptant autant de navets pestilentiels que de films intéressants ou de nanars à se taper sur les cuisses, la personnalité de Franco ne pouvait manquer d’être évoquée en ces lieux. Un véritable zébulon du Septième Art, et une carrière dont nous aurions aimé que bénéficient tous les originaux comme Jean-Marie Pallardy ou Ed Wood.


Icono :

www.jess-franco.com
www.vhs-survivors.com
www.moviecovers.com
www.fantasfilm.com

Nikita
Nikita

retour vers les réalisateurs producteurs

Filmographie

1957
El Árbol de España (court-métrage)

1959
Tenemos 18 años
Las Playas vacías
Oro español

1960
Opération lèvres rouges (Labios Rojos)
El Destierro del Cid

1962
La Belle du Tabarin (La Reina del Tabarín)
Certains l'aiment noire (Vampiresas)
L'Horrible Docteur Orlof (Gritos en la noche)
Le Sadique Baron Von Klaus / Hysterical sadique (La Mano de un hombre muerto)

1963
Le Jaguar (El Llanero)
Chasse à la mafia (Rififi en la ciudad)

1964
Les Maîtresses du Docteur Jekyll (El Secreto del Dr. Orloff)
077 opération sexy / Agent 077 operation Jamaïque (La Muerte silba un blues)

1966
Ca barde chez les mignonnes (Residencia para espías)
Le Diabolique Docteur Z / Dans les griffes du maniaque (Miss Muerte)
Cartes sur table

1967
Lucky l'intrépide (Lucky, el intrépido)
Necronomicon (Necronomicon - Geträumte Sünden)
The Blood of Fu Manchu

1969
The Seven Secrets of Sumuru
L’ Amour dans les prisons des femmes / Les Brûlantes (99 mujeres)
El Caso de las dos bellezas
Les Deux beautés (Marquis de Sade : Justine)
Fu Manchu’s castle
Kiss me monster / Küß mich, Monster
La Vénus en fourrure (Paroxismus / Venus in furs)

1970
Le Labyrinthe du sexe (Sex charade)
Eugénie (Eugénie : De Sade)
Les Cauchemars naissent la nuit / Les Yeux de la nuit
Le Trône de feu (Il Trono di fuoco / Der Hexentöter von Blackmoor / The Bloody judge)
Les Nuits de Dracula (Count Dracula / El Conde Drácula)

1971
Les Vierges et l’amour (Jungfrauen-Report)
The Devil Came from Akasava
Vampire lesbos / Sexualité spéciale (Vampyros lesbos)
X312 - Flug zur Hölle
Crimes dans l'extase (She Killed in Ecstasy/ Sie tötete in Ekstase)

1972
La Fille de Dracula (La Hija de Drácula)
Les Expériences érotiques de Frankenstein (La Maldición de Frankenstein)
Dracula prisonnier de Frankenstein (Drácula contra el Dr. Frankenstein)
El Muerto hace las maletas
Trois filles nues dans l’île de Robinson (Robinson und seine wilden Sklavinnen)
Les Démons
Les Ebranlées
La Venganza del Dr Mabuse

1973
Tendre et perverse Emmanuelle
Relax baby
Los Ojos siniestros del doctor Orloff
El Misterio del castillo rojo
Maciste contre la reine des Amazones
Les Exploits érotiques de Maciste dans l'Atlantide / Les Gloutonnes

1973

La Comtesse noire / La Comtesse aux seins nus / Erotikill / Erotikiller / Les Avaleuses / Jacula
Le Miroir obscène (Al otro lado del espejo)
Le Journal intime d'une nymphomane
Christina, princesse de l'érotisme / Une vierge chez les morts-vivants / Christina chez les morts-vivants

1974

Embrasse-moi / Tango au clair de lune (Kiss me killer)
La Comtesse perverse / Les Croqueuses
Quartier de femmes
Plaisir à trois
Un Capitaine de Quinze ans (Un Capitán de quince años)
Célestine, bonne à tout faire
Les Possédées du diable / Les Possédées du démon

1975
La Fille au sexe brillant
La Marque de Zorro
Justine / La Suceuse
Femmes en cage (Barbed Wire Dolls)
Les Putains de la ville basse (Downtown - Die nackten Puppen der Unterwelt)
Des diamants pour l’enfer
Le Jouisseur / L’Homme le plus sexy du monde
Les Nuits brûlantes de Linda
Les Chatouilleuses / Nonnes en folie

1976
Une cage dorée / Razzia sur le plaisir
Deux sœurs vicieuses (Die Teuflischen Schwestern)
Les Flagéllées de la cellule 69 (Die Sklavinnen)
Le Portrait de Doriana Gray (Die Marquise Von Sade)
Midnight party, la partouze de minuit
Les Petites vicieuses font les grandes emmerdeuses
Jack l’éventreur (Jack the ripper)
La Noche de los asesinos,

1977
Femmes sans pudeur (Frauen ohne Unschuld)
Visa pour mourir (Frauen für Zellenblock 9)
Ilsa : ultimes perversions / Greta la tortionnaire / Pénitencier de femmes perverses (Ilsa the wicked warden / Greta - Haus ohne Männer)
Lettres d’amour d’une nonne portugaise (Die Liebesbriefe einer portugiesischen Nonne)
Le Cabaret des filles perverses (Das Frauenhaus)
Camp érotique (Frauen im Liebeslager)
Le Cri d’amour de la déesse blonde (Ruf der blonden Göttin)

1978
Elles font tout
Je brûle de partout
Convoi de filles
Cocktail spécial

1979
L’Eventreur de Notre-Dame / Le Sadique de Notre-Dame / Le Meurtrier de Notre-Dame)
Symphonie érotique

1980
Deux espionnes avec un petit slip à fleur (Ópalo de fuego: Mercaderes del sexo)
Eugenie (Historia de una perversión)
Mondo cannibale / Une fille pour les cannibales
Chasseurs d'hommes / Chasseurs pour l’enfer (Sexo caníbal)

1981
El Sexo está loco
L’Abîme des morts-vivants
La Lune des sang (Die Säge des Todes)
L’Enfer du plaisir (Sadomania)
Les Filles de Copacabana (Aberraciones sexuales de una mujer casada)
Linda / Naked Super Witches of the Rio Amore
La Chica de las bragas transparentes

1982
Revenge in the House of Usher / La Chute de la Maison Usher
Las Orgías inconfesables de Emmanuelle
El Huésped de la niebla
Cecilia

1983
Voces de muerte
La Noche de los sexos abiertos
Botas negras, látigo de cuero
Los Blues de la calle Pop (Aventuras de Felipe Malboro, volumen 8 )
En busca del dragón dorado
Sangre en mis zapatos
Le Trésor des morts-vivants (La Tumba de los muertos vivientes)
Les Diamants du Kilimanjaro (El Tesoro de la diosa blanca)
Confesiones íntimas de una exhibicionista
La Casa de la mujeres perdidas
Macumba sexual
El Hotel de los ligues
Gemidos de placer

1984
¿Cuánto cobra un espía?
Mil sexos tiene la noche
Historia sexual de O
Camino solitario
El Asesino llevaba medias negras
El Siniestro Dr Orloff
Una Rajita para dos
Lilian (la virgen pervertida)

1985
El Chupete de Lulú
La Mansión de los muertos vivientes
Un Pito para tres
Sale jeu à Casablanca (Juego sucio en)
Bangkok, cita con la muerte
Esclava blanca
El Hombre que mató a Mengele
La Sombra del judoka contra el doctor Wong
Viaje a Bangkok, ataúd incluido
Les Amazones du temple d'or

1987
Las Chuponas
Sola ante el terror
Entre pitos anda el juego
El Mirón y la exhibicionista
Le Ojete de Lulú / Lulu's Talking Ass
Orgasmo perverso
Bragueta historia
La Chica de los labios rojos
Para las nenas, leche calentita
Sida, la peste del siglo XX
Las Tribulaciones de un Buda Bizco
Las Últimas de Filipinas
Falo Crest
Fellations sauvages
Las Chicas del tanga
El Lago de las vírgenes
Esclavas del crimen

1988
Dark Mission (Les fleurs du mal) (Dark Mission Operación cocaína)
Les Prédateurs de la nuit (Faceless)

1989
La Chute des aigles
La Bahía esmeralda

1991
À la poursuite de Barbara

1992
El Abuelo, la condesa y Escarlata la traviesa (TV)

1994
Ciudad Baja

1996
Killer Barbys

1998
Lust for Frankenstein
Mari-Cookie and the Killer Tarantula in 8 Legs to Love You
Tender flesh

1999
Broken Dolls
Dr. Wong's Virtual Hell
Red Silk
Vampire Blues

2000
Blind Target
Helter Skelter

2001
Vampire junction

2002
Incubus
Killer Barbys vs. Dracula

2005
Flores de la pasión
Flores de perversión
Snakewoman