Accueil > Glossaire > H > Héros

Le glossaire de nanarland

Pitch, 2 en 1, Nudie, Rape and Revenge, Nanar volontaire, Kaiju Eiga, nous nous sommes rendu compte que les termes employés frisaient parfois le jargon. Pas question de déconcerter le néophyte : le nanar, comme tout objet d'étude, mérite d'avoir un vocabulaire accessible et clairement défini.
Grâce à ce lexique, vous pourrez saisir le jargon de la cinéphilie pointue et/ou décadente, mais aussi découvrir ou approfondir votre science du monde fantastique du mauvais film symathique.
Voici donc pour la première fois au monde le glossaire nanar, simple, évolutif, et richement illustré.

Le glossaire nanarland

Héros :

Le héros, dans tout film qui se respecte, doit susciter l'identification du spectateur, ou du moins porter le récit sur ses larges épaules. Héros ou anti-héros, le protagoniste est un élément indispensable pour tout récit un tant soit peu bien construit (ce postulat ne se discutera pas ici, car nous ne sommes pas sur un site destiné à débattre des archétypes narratifs).


L'inoxydable Chuck Norris.


Le héros nanar reprend les caractéristiques du héros de fiction classique mais en les exagérant. Généralement séduisant (ou supposé tel) et viril, le héros est courageux, parfois désabusé devant la folie du monde, mais toujours intrépide et prêt à reprendre du service, même s'il attend parfois d'avoir fini sa partie de tennis avant de passer à l'action (comme Jim Kelly dans "Black Samuraï").


L'ineffable Jean-Claude Van Damme.


Agent secret, détective, soldat, aventurier, super-flic ou simple citoyen prenant les armes contre la chienlit délinquante, le héros incarne les vertus les plus élémentaires du monde occidental (ou des valeurs asiatiques, en fonction du continent où le film a été tourné) : bravoure, patriotisme, endurance, altruisme, et paire de couilles surdimensionnées. (rayer les mentions inutiles. Si le héros est un grand blessé, les couilles se remplaceront avantageusement par des prothèses bioniques avec bazooka incorporé).


L'insurpassable Max Thayer (ici en train de gonfler les joues dans " Commando Massacre ").

L'indémodable Steven Seagal.

L'invincible Ron Marchini.

L'inoubliable Lorenzo Lamas.


Le héros est toujours prêt à quitter le confort de sa retraite ou l'accueillante moiteur du bar pourri de Macao où il passe ses journées pour aller pourfendre le mal, délivrer des anciens du Vietnam prisonniers dans des cages en bambous, exterminer des vampires chinois trafiquants de coke ("Robo Vampire"), repousser des invasions extraterrestres, dénicher des diamants de 2000 carats (" White Fire") ou exterminer des criminels de guerre impunis ("Strike Commando"). Si le héros est un délinquant, mercenaire ou contrebandier interstellaire ("Starcrash"), il aura tôt fait de rentrer dans le droit chemin pour défendre le Bon Droit et les Braves Gens.


Le fantabuleux Dragon Lee.

Lou Ferrigno en action dans "Les Aventures d'Hercule"

Le beau ténébreux Romano Kristoff.

Le suave et séduisant Weng Weng.

L'indescriptible Cüneyt Arkin.

Le sublime Matt Hannon dans "Samuraï Cop"

L'imbattable Gary Daniels.

Le moustachesque Richard Harrison.


Le héros est parfois une héroïne : cette dernière sera alors encore plus couillue que le héros masculin et/ou nantie d'attributs féminins aux proportions plus qu'admirables, car, le nanar étant encore parfois rétif à la parité, les femmes se doivent de compenser doublement leur appartenance au sexe faible.

La musculeuse Cynthia Rothrock.

La glamoureuse Caroline Munro dans "Starcrash".

Le héros, affronte toutes les situations avec un regard dédaigneux, qu'il s'agisse de l'extermination d'une galaxie entière ou de l'attaque de dix mille viets en furie. La mort d'un être cher (fiancée, meilleur pote, fils adoptif) tirera cependant une saine fureur propre à laisser l'acteur principal exprimer tout son talent et à promettre au spectateur une bonne revanche bien saignante.

Le shakespearien Reb Brown dans "Strike Commando".


En définitive, un nanar sans héros, c'est comme une soupe sans moustache : ça manque de goût.


L'herculéen Ted Prior est MIKE DANTON dans "Ultime combat" : au Vietnam, c'était le meilleur, bordel de merde !!!

Si un héros authentiquement nanar se signale généralement par l'exagération de ses qualités héroïques - tel Ted Prior absurdement invincible dans "Ultime combat", ou Arnold Schwarzenegger évitant des centaines de balles dans "Commando" -, il peut également, dans certains cas, se signaler par sa parfaite incompétence. Dans les cas où l'acteur principal - un nom parmi d'autres : Miles O’Keeffe - est infoutu d'assurer correctement une scène d'action, on tentera de donner le change en refilant le plus de travail possible à son sidekick.


Adam West aussi est un héros.


Chuck Norris sait parler aux femmes.


Voir également : américain, super-héros.
Définitions antagonistes : méchant, communiste, capitaliste, nazi.
Le glossaire