Accueil > Glossaire > S > Serial

Le glossaire de nanarland

Pitch, 2 en 1, Nudie, Rape and Revenge, Nanar volontaire, Kaiju Eiga, nous nous sommes rendu compte que les termes employés frisaient parfois le jargon. Pas question de déconcerter le néophyte : le nanar, comme tout objet d'étude, mérite d'avoir un vocabulaire accessible et clairement défini.
Grâce à ce lexique, vous pourrez saisir le jargon de la cinéphilie pointue et/ou décadente, mais aussi découvrir ou approfondir votre science du monde fantastique du mauvais film symathique.
Voici donc pour la première fois au monde le glossaire nanar, simple, évolutif, et richement illustré.

Le glossaire nanarland

Serial :

Film à épisodes, projeté traditionnellement dans les salles de cinéma avant le long-métrage. Datant de l'époque du cinéma muet, le serial avait pour fonction de fidéliser la clientèle du cinéma. Populaire en France ("Les Vampires", "Judex"), mais aussi aux Etats-Unis ("The Perils of Pauline"), le serial devait faire la fortune de studios de cinéma spécialisés dans les productions à petit budget, comme la Republic.



Le serial devient à partir des années 1930 une institution dans les salles de cinéma américaines : intrigues à la crédibilité minimale, rebondissements à l'extrême limite du n'importe quoi et trucages antédiluviens font l'essentiel du charme de bandes destinées au jeune public. Aventure, science-fiction, super-héros : tous les genres subissent une joyeuse nanardisation qui fait aujourd'hui les délices des amateurs de kitsch.

Les serials ne survivent pas au développement de la télévision dans les années 1950-60, laissant à la postérité des kilomètres de bandes aussi naïves que surréalistes.



Le glossaire