Accueil > Glossaire > S > Sous-titres nanars

Le glossaire de nanarland

Pitch, 2 en 1, Nudie, Rape and Revenge, Nanar volontaire, Kaiju Eiga, nous nous sommes rendu compte que les termes employés frisaient parfois le jargon. Pas question de déconcerter le néophyte : le nanar, comme tout objet d'étude, mérite d'avoir un vocabulaire accessible et clairement défini.
Grâce à ce lexique, vous pourrez saisir le jargon de la cinéphilie pointue et/ou décadente, mais aussi découvrir ou approfondir votre science du monde fantastique du mauvais film symathique.
Voici donc pour la première fois au monde le glossaire nanar, simple, évolutif, et richement illustré.

Le glossaire nanarland

Sous-titres nanars :

Si le doublage est reconnu comme un élément essentiel de la nanardisation d'un film, les sous-titres peuvent parfois obtenir des résultats encore supérieurs. Au temps du rattachement de Hong Kong au Royaume-Uni, les films locaux étaient obligés de comporter des sous-titres en anglais. Ceux-ci étaient écrits, sans correction aucune, par des Chinois. D'où un massacre en règle de la langue de Shakespeare.

On peut observer ce même phénomène dans des tentatives d'exportation un peu maladroites des films indiens (Bollywood) : si les sous-titres anglais sont souvent relativement soignés (quoique scolaires), les sous-titres français, quand il y en a, sont fréquemment rédigés sans grand soin, voire... directement bidouillés par des non professionnels maîtrisant mal la langue...




"7 Aatankwadi"


...soit carrément faits au traducteur automatique, ce qui aboutit à des résultats totalement surréalistes et à la nanardisation impitoyable de films pourtant sérieux !





"Kisna"









"Chocolate"
Le glossaire