Accueil > Glossaire > B > Bis (cinéma)

Le glossaire de nanarland

Pitch, 2 en 1, Nudie, Rape and Revenge, Nanar volontaire, Kaiju Eiga, nous nous sommes rendu compte que les termes employés frisaient parfois le jargon. Pas question de déconcerter le néophyte : le nanar, comme tout objet d'étude, mérite d'avoir un vocabulaire accessible et clairement défini.
Grâce à ce lexique, vous pourrez saisir le jargon de la cinéphilie pointue et/ou décadente, mais aussi découvrir ou approfondir votre science du monde fantastique du mauvais film symathique.
Voici donc pour la première fois au monde le glossaire nanar, simple, évolutif, et richement illustré.

Le glossaire nanarland

Bis (cinéma) :

Le terme "cinéma bis" est une expression au sens assez flou, recouvrant l'ensemble des films de série B et Z (voir ces définitions). Le cinéma bis désigne des films de genres (action, aventure, horreur...), conçus pour reprendre des recettes déjà éprouvées, mais avec des moyens généralement réduits. Le cinéma bis, dans la définition de certains, inclut tous les films "autres", en-dehors du cinéma dominant à gros budget comme de la production artistique de prestige. La définition recouvre généralement divers aspects du cinéma populaire : film d'horreur, film d'aventure à petit budget, etc. La grande époque du cinéma bis est considérée comme coïncidant avec l'apogée des salles de quartier.


Richard Harrison : un héros du cinéma bis


Anthony M. Dawson (Antonio Margheriti), un cador du bis italien.


Le "bis" est généralement utilisé pour désigner un cinéma populaire révolu et à redécouvrir, apprécié des nostalgiques car représentatif d'une certaine "innocence" du cinéma. Le terme n'est pas forcément péjoratif : Mario Bava est considéré comme un maître du cinéma bis. Cependant, le flou qui entoure la définition conduit parfois à quelques (vaines) controverses, beaucoup estimant que "bis" est synonyme de nanar démodé et renâclant à y ranger tel ou tel film. A noter que la réévaluation du cinéma bis, induite par la nostalgie (rééditions bienvenues de films oubliés, etc.), conduit parfois à l'inverse à un certain snobisme ("Moi, je n'aime pas le cinéma classique, je ne regarde que du bis").



Pour une définition plus restrictive et péjorative de ce type de cinéma, voir également Film d'exploitation.


Les films bis peuvent aussi bien être de bons films...


...que des nanars


Voir également : B (série) , Z (série), Péplum, Western-spaghetti.
Le glossaire