Accueil > Glossaire > D > Direct-to-video (ou DTV ou V)

Le glossaire de nanarland

Pitch, 2 en 1, Nudie, Rape and Revenge, Nanar volontaire, Kaiju Eiga, nous nous sommes rendu compte que les termes employés frisaient parfois le jargon. Pas question de déconcerter le néophyte : le nanar, comme tout objet d'étude, mérite d'avoir un vocabulaire accessible et clairement défini.
Grâce à ce lexique, vous pourrez saisir le jargon de la cinéphilie pointue et/ou décadente, mais aussi découvrir ou approfondir votre science du monde fantastique du mauvais film symathique.
Voici donc pour la première fois au monde le glossaire nanar, simple, évolutif, et richement illustré.

Le glossaire nanarland

Direct-to-video (ou DTV ou V) :

Films sortant directement à la vente et à la location sans exploitation en salles (au Japon, on dit "V-cinéma"). Techniquement, on les appelle également "films de second marché", par opposition au "premier marché" (l'exploitation en salles) et au "troisième" (la diffusion télé). Progrès techniques aidant, on peut également parler de "Direct-to-DVD" sans que ça ne change grand chose au principe.



Dans son ouvrage "Le Cinéma Enragé au Japon" (Editions Sulliver), Julien Sévéon, journaliste spécialisé dans le cinéma asiatique, apporte cette précision sur le V-Cinema : "Si cela signifie en Occident des productions bas de gamme, cela n'a pas le même sens au Japon où les oeuvres V-Cinema sont - du moins avant l'arrivée de la DV - tournées entièrement en 35 mm et restent un terreau de création et d'expérimentation sans pareil, dans lequel de nombreux grands noms comme Takashi Miike ont travaillé ou travaillent encore."
Le glossaire