Accueil > Glossaire > E > Eurociné

Le glossaire de nanarland

Pitch, 2 en 1, Nudie, Rape and Revenge, Nanar volontaire, Kaiju Eiga, nous nous sommes rendu compte que les termes employés frisaient parfois le jargon. Pas question de déconcerter le néophyte : le nanar, comme tout objet d'étude, mérite d'avoir un vocabulaire accessible et clairement défini.
Grâce à ce lexique, vous pourrez saisir le jargon de la cinéphilie pointue et/ou décadente, mais aussi découvrir ou approfondir votre science du monde fantastique du mauvais film symathique.
Voici donc pour la première fois au monde le glossaire nanar, simple, évolutif, et richement illustré.

Le glossaire nanarland

Eurociné :



Société de production cinématographique française fondée en 1937 et reprise par Marius Lesoeur en 1957. Spécialisée dès le début dans le cinéma d'exploitation co-produit avec l'Espagne, elle ne cessera, jusqu'à nos jours, de fournir cinémas de quartier puis vidéoclubs en séries B puis Z de plus en plus fauchées, et généralement de plus en plus mauvaises.





S'appuyant sur un groupe de réalisateurs "fidèles" (Jess Franco, Pierre Chevalier, Juan Fortuny...), Eurociné tâtera de pratiquement toutes les modes du cinéma bis : westerns "paëlla" (car tournés à moindre frais en Espagne), films de zombies (" Le Lac des Morts-Vivants "), comédies franchouillardes ("La Pension des Surdoués"), films d'action (" Dark Mission, les Fleurs du Mal ") avec chaque fois un terrifiant niveau de médiocrité. Malgré le décès de Marius Lesoeur en 2003, Eurociné existe encore et distribue ses vieux "classiques du Z" en DVD.

Le nom d'Eurociné est synonyme, dans le monde du nanar, de ce qui se fait de pire, de plus hallucinant, de plus nanardesque, les minuscules budgets obligeant à prendre les risques les plus insensés et les plus dérisoires... Synonyme aussi d'exploitation dans le pire sens du terme, le degré d'innovation réelle desdits films étant quasiment nul.

Pour un historique plus détaillé et la liste des films Eurociné chroniqués sur le site, voir la biographie de Marius Lesoeur.



Le tronchoscope (non exhaustif) des acteurs d'Eurociné :

Lina Romay

Compagne et actrice fétiche de Jesus Franco, l'espagnole Lina Romay est tout naturellement l'une des comédiennes les plus récurrentes d'Eurociné, à partir de son rôle de vampire spermophage dans "La Comtesse Noire", alias "La Comtesse aux seins nues" (1974). Elle multiplie les rôles de gourgandines peu farouches ("Midnight Party, la partouze de minuit", "La Comtesse perverse"), donnant même de sa personne dans les inserts hard. Dans les années 1980, l'évolution de son tour de taille réduit son sex-appeal et la relègue aux seconds rôles; elle demeure néanmoins une présence quasi-constante dans les films de Franco.

Howard Vernon

Comédien suisse, Howard Vernon (voir sa bio pour plus de détails) est un second rôle récurrent du cinéma français et européen des années 1950. A compter de la décennie suivante, son travail avec Eurociné ("La Comtesse perverse", "Revenge in the House of Usher", "Le Lac des Morts-Vivants", etc.), dont il devient l'un des acteurs-phares, va contribuer à le faire décliner de plus en plus vers la série B et Z.

Jean-Marie Lemaire

Beau blond à l'allure un peu louche, Jean-Marie Lemaire tient pour Eurociné des rôles de nazis ou de mercenaires torves ("A l'est de Berlin", "Lorna la Lionne du Désert"...).

Yul Sanders

De son vrai nom Claude Boisson, ce second rôle au physique un peu exotique a le culot de mêler dans son pseudonyme les noms de deux grands d'Hollywood, Yul Brynner et George Sanders. Gueule d'anthologie mais comédien limité, il tient pour Eurociné des rôles de méchants plus ou moins rastaquouères ("Lorna la Lionne du Désert", "Midnight Party, la partouze de minuit", "L'Homme à la tête coupée", etc.). Se serait reconverti en travaillant dans une agence de voyages.

Monica Swinn

Comédienne belge, elle se fait connaître en oeuvrant dans des films érotiques soft, dans lesquels elle montre ses fesses avec un professionnalisme inversement proportionnel à ses illusions sur ce qu'elle tourne. Actrice récurrente d'Eurociné (le producteur "qui paye le plus mal sur la place de Paris", selon ses termes), elle apparaît dans "Train Spécial pour SS", "Hommes de joie pour femmes vicieuses", "La Comtesse noire", "L'Eventreur de Notre-Dame", etc. Tourne son dernier film en 1982.

Jean-René Gossart

Acteur français, il cachetonne dans plusieurs Eurociné comme "Maniac Killer" et "Panther Squad"; on retient cependant surtout son rôle de missionnaire pochetron dans "Les Amazones du temple d'or", où il recule toutes les limites du génie. S'est reconverti dans la formation continue.

Jack Taylor

Acteur américain expatrié dans les pays hispaniques (Mexique, puis Espagne), Jack Taylor apparaît dans de nombreux films tournés sur place et nécessitant des comédiens anglophones ("Conan le barbare", où il joue le prêtre homosexuel estourbi par Arnold Schwarzenegger, "La Neuvième porte", etc.). Bon acteur quand il a quelque chose à jouer, cachetonnant sans états d'âme, il promène son flegme "british" dans un certain nombre de films bis, dont des productions Eurociné comme "La Comtesse noire", "L'Ange de la Mort", "Panther Squad", etc.

Olivier Mathot

De son vrai nom Claude Plaut, Olivier Mathot débute comme jeune premier, avant de poursuivre une carrière de second rôle dans le cinéma français. Il devient ensuite, à égalité avec Howard Vernon, l'un des acteurs les plus récurrents d'Eurociné, chez qui il se distingue par un jeu singulièrement monolithique et une fréquente inaptitude à se post-synchroniser lui-même de manière correcte. Vu dans "Terreur cannibale", "Midnight party la partouze de minuit", "Les Amazones du temple d'or", "Deux espionnes avec un petit slip à fleurs", "Les Diamants du Kilimandjaro", etc.). Sorte d'employé à tout faire de la firme, il passe parfois derrière la caméra, tournant des scènes additionnelles pour quelques-uns des pires films du catalogue des Lesoeur ("Les Diamants..." et, semble-t-il, "La Pension des Surdoués").

Rudy Lenoir

Second rôle émérite du cinéma français, Rudy Lenoir vient payer son gaz en jouant dans quelques films Eurociné ("Train Spécial pour SS", "Lorna la Lionne du Désert", etc.).

Alice Arno

La blonde et charnue Alice Arno, de son vrai nom Marie-France Broquet, est une actrice du cinéma érotique soft français (voir "L'Arrière-train sifflera trois fois"). Elle joue dans plusieurs films Eurociné comme "La Comtesse noire", le débilitant "Les Filles du Golden Saloon" ou "La Comtesse perverse" où, improbable descendante du Comte Zaroff, elle chasse des proies humaines dans son jardin, toute nue et armée d'un arc et de flèches.

Roger Darton

Acteur comique belge, il cachetonne dans plusieurs Eurociné comme "Panther Squad".

Silvia Solar

Actrice française, Silvia Solar devient dans les années 1960 une mini-star du cinéma bis européen ("Coplan ouvre le feu à Mexico"), tournant notamment en Espagne. Sa carrière déclinant, elle apparaît dans plusieurs Eurociné, comme "L'Homme à la tête coupée".

Stanley Kapoul

Stanley Kapoul (ou Capoul, selon les génériques), ancien légionnaire, était un voisin de la famille Lesoeur. Il vient promener son physique de gentille brute dans plusieurs Eurociné, comme "Maniac Killer", et surtout "Les Amazones du temple d'or", où il tient son rôle le plus célèbre, interprétant un inoubliable et carnavalesque sorcier africain.

Robert Foster

De son vrai nom Antonio Mayans, ce comédien espagnol tient pour Eurociné des emplois divers, allant même jusqu'aux premiers rôles : chasseur de nazis ("L'Ange de la Mort"), malfrat ("Terreur cannibale"), guerrier anthropophage ("Mondo Cannibale"), dictateur sud-américain moustachu ("Panther Squad"), aventurier exotique barbu ("Les Amazones du temple d'or", "Les Diamants du Kilimandjaro"), etc.

Daniel Darnault

Sous-sous-sous-Louis de Funès, Daniel Darnault vient jouer les utilités comiques dans "Hommes de joies pour femmes vicieuses" avant d'aggraver son cas plusieurs années plus tard en tournant des scènes supplémentaires qui, combinées aux anciennes, donneront l'insondable "La Pension des Surdoués".

Françoise Blanchard

Sorte de petite vedette du cinéma bis français, vue notamment chez Jean Rollin, Françoise Blanchard vient faire trois petits tours chez Eurociné, apparaissant notamment dans "Les Amazones du temple d'or".

Victor Israel

Acteur espagnol, figure récurrente du cinéma d'horreur local, Victor Israel apparait dans quelques films de la firme, comme "L'Homme à la tête coupée".

Evelyne Scott

Actrice multifonctions du cinéma bis, elle apparaît de manière régulière chez Eurociné, souvent dans des rôles de méchante ("L'Homme à la tête coupée", "Convoi de femmes", "Midnight party, la partouze de minuit", etc.)

Henri Lambert

Second rôle dans de nombreux films français (comme "Inspecteur la bavure", dont cette photo est tirée), Henri Lambert gagne sa croûte dans quelques films des Lesoeur comme "L'Abîme des Morts-Vivants".

Pamela Stanford

De son vrai nom Monique Delaunay, elle s'illustre dans l'érotique soft et joue de ses charmes dans plusieurs Eurociné comme "Train spécial pour SS", "Mondo Cannibale", ou "Terreur cannibale", gagnant dans ce dernier film ses galons de plus mauvaise actrice du monde et de ses environs.

Claude Valmont

Second rôle dans "Train spécial pour SS", "A l'est de Berlin", "Elsa Fraülein SS", etc.

Muriel Montossey

Parfois créditée Victoria Adams ou Silvia Montez, le futur atout charme de l'émission "La Classe" sur FR3 débute en tant qu'actrice chez Eurociné, dans des films comme "Chasseurs d'Hommes", ou l'absurdement nul "Sale jeu à Casablanca".

Malisa Longo

Actrice italienne, mini-vedette de la série Z transalpine, elle joue les sous-Dyanne Thorne pour Eurociné en tenant notamment le rôle-titre de "Helga la louve de Stilberg".

Jean Roville

Second rôle dans "Deux espionnes avec un petit slip à fleurs", "Le Lac des Morts-Vivants", etc.

Analia Ivars

Parfois créditée sous le nom de Joan Virly, cette accorte comédienne espagnole joue notamment le rôle principal dans "Les Amazones du temple d'or".

Et enfin, notre préféré, bien qu'il soit le plus obscur...

Edmond Besnard

Comédien/figurant dans plusieurs films Eurociné, passé à la postérité pour "Le Lac des Morts-Vivants", où il pousse le cri de guerre "Promizoulin !!".

Sans oublier les vedettes dans le creux de la vague venues travailler avec Eurociné (qui ne sait généralement pas les exploiter) le temps d'un ou deux films, comme les bisseux Richard Harrison, Gordon Mitchell, Sabrina Siani, Al Cliver, Alphonse Beni ou Paul Naschy, mais aussi des comédiens plus connus comme Christopher Lee, Robert Ginty, Chuck Connors, Michel Galabru et même Mark Hamill.

Sources iconographiques : www.egafd.com, Sex Stars System, www.linaromay.com www.thelin.net/laurent/cinema
Le glossaire