Accueil > Glossaire > D > Decamerotico

Le glossaire de nanarland

Pitch, 2 en 1, Nudie, Rape and Revenge, Nanar volontaire, Kaiju Eiga, nous nous sommes rendu compte que les termes employés frisaient parfois le jargon. Pas question de déconcerter le néophyte : le nanar, comme tout objet d'étude, mérite d'avoir un vocabulaire accessible et clairement défini.
Grâce à ce lexique, vous pourrez saisir le jargon de la cinéphilie pointue et/ou décadente, mais aussi découvrir ou approfondir votre science du monde fantastique du mauvais film symathique.
Voici donc pour la première fois au monde le glossaire nanar, simple, évolutif, et richement illustré.

Le glossaire nanarland

Decamerotico :




Catégorie de films typiquement italiens, les "décamérotiques" (le terme "decamerotico", jamais vraiment traduit en français, est une contraction de "Décameron" et "érotique") sont un sous-genre de la sexy-comédie, né après le succès inattendu, au début des années 1970, de la trilogie de films de Pier Paolo Pasolini, "Le Décameron" (d'après Boccace), "Les Contes de Canterbury" (d'après Chaucer) et "Les Mille et Une Nuits". Le decamerotico va donc désigner un filon de films, généralement à sketches, à base de fesse et de rigolade, et dont l'action se situe dans un décor historique, le plus souvent médiéval. Là où Pasolini avait fait sensation en montrant des situations coquines et des corps à demi nus (l'une des principales raisons du succès commercial de films réalisés par un auteur jusque-là marqué "cinéma intellectuel"), l'industrie du cinéma d'exploitation oublient toute aspiration poétique pour nous montrer essentiellement de la fesse et des bonnes grosses blagues, à base de situations scabreuses (maris faits cocus par des faux moines, etc.), le tout dans des films au budget et à l'esthétique souvent misérables, tournés en un temps record aux quatre coins de l'Italie. Certains restent inédits en France, d'autres sont distribués chez nous sous des titres comme "Le Couvent en chaleur". Les titres originaux italiens se débrouillent généralement pour glisser des références au Décameron ou à Boccace (patrimoine national oblige), mais aussi, plus rarement, aux Contes de Canterbury ou aux Mille et Une Nuits, le pompon étant remporté par le film qui a le culot de s'intituler "Les Mille et Une Nuits de Boccace à Canterbury". Des réalisateurs comme Alfonso Brescia ou Aristide Massacesi - futur Joe D'Amato - furent parmi les très nombreux cinéastes qui s'illustrèrent dans ce genre d'une rare finesse, très en vogue jusqu'au milieu de la décennie 1970. Parmi les interprètes féminines qui s'illustrèrent dans le genre, citons Rosalba Neri, Orchidea De Santis, Antonia Santilli, Femi Benussi, Karin Schubert, Krista Nell et l'inévitable Edwige Fenech.



Voir également : Comédie nanarde
Le glossaire