Accueil > Glossaire > F > Fausse suite

Le glossaire de nanarland

Pitch, 2 en 1, Nudie, Rape and Revenge, Nanar volontaire, Kaiju Eiga, nous nous sommes rendu compte que les termes employés frisaient parfois le jargon. Pas question de déconcerter le néophyte : le nanar, comme tout objet d'étude, mérite d'avoir un vocabulaire accessible et clairement défini.
Grâce à ce lexique, vous pourrez saisir le jargon de la cinéphilie pointue et/ou décadente, mais aussi découvrir ou approfondir votre science du monde fantastique du mauvais film symathique.
Voici donc pour la première fois au monde le glossaire nanar, simple, évolutif, et richement illustré.

Le glossaire nanarland

Fausse suite :


"Alien 2", alias "Le Monstre attaque", de Ciro Ippolito, tourné bien avant "Aliens".


Film ambitionnant de se présenter comme la "séquelle" d'un succès plus ou moins récent, sans avoir un quelconque rapport avec l'original ni même aucun titre ni aucun droit à s'en réclamer. A la différence du plagiat pur et simple, la fausse suite a en effet pour principe de reprendre un titre connu en y adjoignant la plupart du temps un numéro 2 (ou 3, ou 4, ou 5...). Procédé particulièrement prisé à une certaine époque par certains cinéastes italiens. Certains films sont tout simplement des plagiats déguisés en suites. Attention, les fausses suites peuvent (rarement) se révéler de bons films, comme "L'Enfer des zombies" de Lucio Fulci, dont le titre original est "Zombi 2" et qui se voulait une suite au film "Zombie" (Dawn of the dead) de George A. Romero, sans avoir aucun rapport avec lui. Le concept lui-même, symptome aigu d'un certain cinéma d'exploitation, est néanmoins d'une nanardise assez poussée.


"Patrick", film d'horreur australien de Richard Franklin racontant les méfaits d'un comateux qui tue grâce à ses pouvoirs mentaux... et un plagiat/fausse suite, réalisée en Italie par Mario Landi.



Ainsi, le bon Bruno Mattei ambitionna de réaliser une suite à "Terminator" avec deux ans d'avance sur le vrai "Terminator 2" de James Cameron. Le film sortit dans la plupart des pays sous le titre de "Shocking Dark", parce que bon, faut pas pousser non plus, et certains producteurs ont de bons avocats.

Le glossaire