Accueil > Glossaire > V > Vampire

Le glossaire de nanarland

Pitch, 2 en 1, Nudie, Rape and Revenge, Nanar volontaire, Kaiju Eiga, nous nous sommes rendu compte que les termes employés frisaient parfois le jargon. Pas question de déconcerter le néophyte : le nanar, comme tout objet d'étude, mérite d'avoir un vocabulaire accessible et clairement défini.
Grâce à ce lexique, vous pourrez saisir le jargon de la cinéphilie pointue et/ou décadente, mais aussi découvrir ou approfondir votre science du monde fantastique du mauvais film symathique.
Voici donc pour la première fois au monde le glossaire nanar, simple, évolutif, et richement illustré.

Le glossaire nanarland

Vampire :

Le vampire est (définition zoologique) une chauve-souris buveuse de sang et (définition fantastique) un mort revenu à la vie et se nourrissant du sang des humains. Surexploité par le cinéma d'épouvante entre les années 1930 et les années 1970, puis de nouveau à partir des années 1990 avec des avatars télévisés comme "Buffy contre les vampires", le "nosferatu" ne pouvait que trouver sa place dans le nanar.


Zandor Vorkov dans "Dracula contre Frankenstein".


Le vampire nanar a pour particularité de perdre toute sa superbe, jusqu'à en ressembler à une parodie. Acteurs peu adaptés à leurs rôles, quenottes en plastique, transformations ridicules en chauve-souris : le vampire, créature aux caractéristiques très codifiées, est particulièrement vulnérable aux pièges du nanar, plus qu'à l'ail et à l'eau bénite.

Mel Novak dans "Vampire Assassin".



Un Dracula asiatique dans "La Résurrection du Dragon".

Il convient de distinguer le vampire occidental du vampire chinois : ce dernier est plutôt une sorte de zombie, qui se déplace par bonds avec les bras tendus. On le neutralise en lui appliquant sur le front un parchemin sacré. Il va sans dire que cette variante de vampire se prête encore plus à la nanardisation par des cinéastes aux compétences douteuses : voir à ce sujet des films comme "Crocodile Fury" et "Robo Vampire".

Le glossaire