Accueil > Interviews > Interview de Sergio Martino

Interview de Sergio Martino

Si nous aimons rire d'un certain cinéma déviant, nous sommes très loin de mépriser les hommes et les femmes qui s'y sont impliqués ou compromis. Il nous a ainsi paru enrichissant de faire raconter le nanar et son univers par les gens qui l'ont vécu de l'intérieur. La diversité des intervenants et de leurs réponses nous a rendu encore plus proches du cinéma que nous aimons : vous découvrirez, au fil des entretiens que ces différentes vedettes ont bien voulu nous accorder, des informations précieuses pour le cinéphile et le cinéphage, des anecdotes cocasses et, en esquisse, le portrait attachant de personnages souvent hauts en couleur.
liste des catégories

Sergio Martino


Né le 19 juillet 1938 à Rome, Sergio Martino est l'un des réalisateurs emblématiques du cinéma bis italien. Au cours d'une carrière trentenaire, il s'est illustré dans toutes les modes, en collaboration avec son frère, le producteur Luciano Martino : pseudo-documentaires dans la veine "mondoploitation", polars violents, thrillers érotisants, comédies grivoises, films d'épouvante, post-apocalyptiques. Auteur de 2019, Après la Chute de New York, il fut également l'un des metteurs en scène attitrés d'Edwige Fenech. Il revient dans cette interview sur une carrière dont la trajectoire résume un cinéma commercial qui fut l'un des plus vivaces d'Europe.

Interview menée par Nikita (parue originellement en 2002 dans le numéro 9 du fanzine "Nagual")


Comment avez-vous commencé dans le cinéma ?

Mon grand-père maternel, Gennaro Righelli, mort en 1949, était un pionnier du cinéma italien. Il était parti travailler en Allemagne après la Première Guerre mondiale, tournant des films muets, puis parlants. Quand le régime fasciste italien a voulu faire passer le cinéma italien au parlant, ils l'ont fait venir d'Allemagne pour tourner le premier film parlant italien, La Canzone dell'amore. Il a ensuite tourné pas mal de films en Italie, travaillant notamment avec Anna Magnani, Vittorio De Sica. Quand j'étais enfant, il m'a fait venir sur certains de ses tournages : j'en garde des souvenirs émerveillés, felliniens, avec les lumières des projecteurs, je me souviens de De Sica qui est venu me prendre dans ses bras...

Mathieu Kassovitz dit souvent qu'il est devenu cinéaste parce que son père était lui-même cinéaste, et que s'il avait été boulanger, il aurait également suivi ses traces. C'est une phrase dans laquelle vous pourriez vous reconnaître ?

Pas tout à fait : si mon grand-père était cinéaste, mon père, lui, était banquier, et m'aurait bien vu suivre sa voie. Entre la mort de mon grand-père et mes propres débuts dans le cinéma, il s'est passé pas mal d'années, mais j'ai pu profiter des amitiés de la famille pour percer dans le milieu artistique. J'aurais peut-être pu être un grand banquier, qui sait ? Mais je ne me plains pas de ma carrière ! (rires)

Quelle vision avez-vous de votre style personnel ? Vous êtes en effet un réalisateur qui ne s'est pas attaché à un genre particulier. Si l'on prend les cas d'autres cinéastes populaires italiens, on voit qu'ils sont souvent considérés comme des maîtres d'un genre précis, même s'ils ont pu tourner des films très divers. Enzo G. Castellari est considéré comme un spécialiste de l'action ; Lucio Fulci, de l'horreur. Par opposition, vous avez aussi bien abordé le thriller (L'Alliance invisible), la science-fiction (2019, Après la Chute de New York) que la comédie (Mademoiselle Cuisses Longues) et n'êtes pas rattaché à un type de film précis.

Je considère comme une chance d'avoir abordé tous les genres. Si j'avais fait toujours le même type de films, j'aurais peut-être risqué de sombrer dans la routine. Je considère important de pouvoir se renouveler. Je ne sais pas si j'ai très bien réussi dans aucun des genres que j'ai abordé : si je dois me donner une note, disons que je pense mériter 6,5 sur 10 dans l'ensemble. Je ne mérite 10 sur 10 dans aucun des genres que j'ai traités, mais je ne mérite pas non plus 2 sur 10 !

J'ai toujours travaillé dans l'enthousiasme - et je continue à le faire maintenant que je fais de la télé - ce qui est indispensable quand vous travaillez dans des conditions financières limitées. S'il y a une chose que je peux me reprocher, c'est d'avoir accepté de travailler avec peu de temps et de moyens, au prix parfois d'une certaine qualité artistique. Mais en tout cas, la façon dont j'ai travaillé m'a conduit à expérimenter tout ce que l'on peut expérimenter dans le cinéma. Je pense avoir tourné tous les plans possibles et imaginables, ce qui fait que je pourrais tourner un film quasiment les yeux fermés ! Si je devais tourner une scène qui raconterait notre conversation, je pourrais la filmer d'une dizaine de manières !

Pensez-vous avoir apporté une patte particulière aux genres du cinéma italien qui nous occupent : le thriller ("giallo"), la science-fiction...

Concernant notamment la science-fiction, je pense, dans les années où j'ai tourné ce genre de films, que j'ai pu m'en tirer grâce à une capacité de fantaisie dans les images. Mais j'ai également senti, hélas, à quel point il était difficile de continuer à faire ce genre de films de divertissement dans les limites financières qui m'étaient imparties. Le cinéma fantastique italien a commencé à chuter quand les recettes du box-office ont baissé en même temps que nos moyens financiers. Les Américains avaient poussé l'effort financier et technologique à tel point que nous ne pouvions plus espérer rivaliser avec eux sans être ridicules. Peut-être ai-je frisé le ridicule moi-même ; mais mon cinéma fonctionnait bien pour l'époque, car il s'exportait dans le monde entier. La différence entre nous et les Américains se situait à l'époque sur une échelle de 1 à 200 ; quand la différence est passée de 1 à 2 000 000, ce n'était plus possible. Quand j'ai vu La Guerre des étoiles, j'ai su que c'était le début de la fin. Il y a bien Luigi Cozzi qui a essayé de l'imiter avec Starcrash, je ne l'ai pas vu mais il paraît que ce n'était pas concluant.

Je reproche aux décideurs du cinéma italien de n'avoir pas compris qu'il fallait protéger et non mépriser notre cinéma de divertissement : j'en veux pour preuve la renaissance que connaît en France le cinéma de genre, avec de grands succès comme Les Rivières pourpres de Mathieu Kassovitz ou Le Pacte des loups de Christophe Gans. Je rêverais d'avoir un budget comme celui du film de Gans ! Mais personne ne nous a jamais donné les moyens de rester compétitifs. Nous n'étions pourtant pas si ridicules : en France, mon film 2019, Après la Chute de New York est resté de longs mois à l'affiche sur les Champs-Elysées. A propos de ce film, je me souviens que je l'avais signé d'un pseudo américain, "Martin Dolman", et que certains professionnels italiens s'y étaient laissés prendre ! "Mais qui c'est cet Américain, Martin Dolman ? Ah bon, c'est Sergio Martino ??" (rires)

Un autre facteur a été l'ascension des chaînes de télévision privées italiennes, qui ont mis à l'antenne d'un coup tous les films que nous avions faits dans les décennies précédentes : il y a donc eu une sorte d'overdose de ce type de spectacle, que les spectateurs n'avaient plus besoin d'aller voir au cinéma. Enfin, l'Italie a connu dans les années 80 et 90 une période politique qui ne laissait pas de place à l'innovation technologique du cinéma. Pas mal d'argent qui devait aider les films italiens était mangé par les partis politiques et par divers personnages qui gravitaient dans ce milieu-là. Si nous avions eu ne serait-ce qu'une fraction de cet argent, nous aurions pu nous battre pour maintenir la qualité du cinéma de divertissement italien. Nous commençons seulement à pouvoir utiliser les effets digitaux dont se servent les Américains ! Mais nous avons maintenant quinze ou vingt ans de retard à rattraper... En mon temps, je pouvais faire de manière "autarcique" un cinéma compétitif avec peu de moyens financiers. Aujourd'hui, j'aurais besoin de gros moyens financiers, que je n'ai pas.

A propos des budgets de vos films, Michael Sopkiw prétend qu'avec son cachet d'acteur principal de 2019, Après la Chute de New York, il a pu se payer une moto d'occasion, mais pas le plein d'essence ?

C'est sûrement vrai. Mais Michael Sopkiw était un acteur inconnu que j'ai pris parce qu'il correspondait au personnage. Si j'avais pris un acteur plus connu, disons Franco Nero, ça m'aurait coûté vingt fois plus. J'ai préféré donner sa chance à un débutant, ce qui me permettait de réinvestir dans le film l'argent que m'aurait coûté un acteur confirmé. Les acteurs débutant dans le bis ont pu se faire connaître du public et évoluer vers un statut de stars : Giuliano Gemma, Franco Nero... Débuter dans un film comme le mien était pour un acteur comme ça un tremplin pour faire autre chose, même en étant mal payé au début. 2019 a été l'un des derniers grands succès de ce cinéma de genre italien qui imitait le style américain - je piquais pas mal à New York 1997. Si le genre n'avait pas chuté dans les années suivantes, peut-être Sopkiw aurait-il pu faire une grande carrière, d'ailleurs ! Aujourd'hui, les acteurs peuvent bénéficier, pour percer, du secteur de la télévision, dans lequel travaillent beaucoup de vétérans du cinéma populaire. Les metteurs en scène de ma génération se sont essentiellement reconvertis dans la télévision, car notre expérience nous permet de faire en trois semaines ce qu'un réalisateur moins rôdé ferait en deux mois.

Dans 2019, vous piquiez à New York 1997, mais aussi pêle-mêle à Mad Max, à La Guerre des étoiles, et même un peu à La Planète des singes...

Mon Dieu ! (rires) Toutes proportions gardées...


- Page suivante

- Page 1 -- Page 2 -
Retour vers les interviews