Accueil > Interviews > Interview de Luigi Cozzi (page 6)

Interview de Luigi Cozzi (page 6)

Si nous aimons rire d'un certain cinéma déviant, nous sommes très loin de mépriser les hommes et les femmes qui s'y sont impliqués ou compromis. Il nous a ainsi paru enrichissant de faire raconter le nanar et son univers par les gens qui l'ont vécu de l'intérieur. La diversité des intervenants et de leurs réponses nous a rendu encore plus proches du cinéma que nous aimons : vous découvrirez, au fil des entretiens que ces différentes vedettes ont bien voulu nous accorder, des informations précieuses pour le cinéphile et le cinéphage, des anecdotes cocasses et, en esquisse, le portrait attachant de personnages souvent hauts en couleur.
liste des catégories

Luigi Cozzi (page 6)


Il ne pouvait plus se payer de nouveau réalisateur ?

C'était surtout que Caminito tenait à ce projet. Il a commencé à réaliser mais il était lent, alors il m'a demandé de l'aider, et j'ai tourné une partie du film plus ou moins comme réalisateur de seconde équipe. On a tourné à Venise. Mais quand le film s'est arrêté, on n'avait tourné que la moitié du scénario. Le reste a été jeté au panier !


"Il a commencé à réaliser mais il était lent, alors il m'a demandé de l'aider..."

Il y avait des trous dans le récit, alors...

Des trous énormes !

Kinski aurait refusé de se maquiller en arrivant sur le tournage.

Non, dès le début, il a dit « Je fais Nosferatu, mais sans maquillage, tel que je suis, avec les cheveux longs ! » Ils ont accepté pour avoir le nom de Kinski, évidemment ça n'avait aucun sens. Alors qu'au début le film devait être une vraie suite du Nosferatu de Werner Herzog, où Kinski aurait repris son maquillage. En fait, on a tourné la moitié de l'histoire, et puis après ça s'est arrêté parce qu'il n'y avait plus d'argent. Lorsqu'on était à Venise, Kinski avait dit « j'ai des idées créatives, je veux tourner avec la lumière de l'aube... » Caminito m'a dit « Luigi, va tourner ça avec Kinski.. » Alors tous les matins, je tournais ce que Kinski avait en tête.


"Alors tous les matins, je tournais ce que Kinski avait en tête."

Kinski avait pris le contrôle du film ?

Oui, il a fait ce qu'il a voulu. Mais il tournait des trucs qui n'avaient aucun sens. J'ai tourné une vingtaine de minutes avec Kinski qui marchait dans la lumière de l'aube. J'étais avec lui pour mettre un peu de sens dans tout ça, mais il n'y en avait aucun ! Mais bon... Kinski était content, et après il consentait à tourner avec Caminito.

Le film a marché ?

Le film a été une catastrophe ! Quand on a fini le budget, ils ont dit « C'est fini, on arrête de tourner ». Et moi : « Mais comment ça, fini ? Y'a la moitié du scénario qui manque ! » « Non, fini ! On va arranger ça au montage ». Ils ont mis deux ans à monter un truc qui tienne debout avec ce qui avait été tourné.


"Le film a été une catastrophe !"

Le film a tout de même été présenté au festival de Venise.

Oui, mais hors compétition... et uniquement parce que Caminito était un producteur important à l'époque.


Page précédente - - Page suivante

- Page 1 -- Page 2 -- Page 3 -- Page 4 -- Page 5 -- Page 6 -- Page 7 -- Page 8 -
Retour vers les interviews