Accueil > Interviews > Interview de Mike Abbott (page 2)

Interview de Mike Abbott (page 2)

Si nous aimons rire d'un certain cinéma déviant, nous sommes très loin de mépriser les hommes et les femmes qui s'y sont impliqués ou compromis. Il nous a ainsi paru enrichissant de faire raconter le nanar et son univers par les gens qui l'ont vécu de l'intérieur. La diversité des intervenants et de leurs réponses nous a rendu encore plus proches du cinéma que nous aimons : vous découvrirez, au fil des entretiens que ces différentes vedettes ont bien voulu nous accorder, des informations précieuses pour le cinéphile et le cinéphage, des anecdotes cocasses et, en esquisse, le portrait attachant de personnages souvent hauts en couleur.
liste des catégories

Mike Abbott (page 2)


Disiez-vous vos dialogues en anglais ou en cantonais ?


Mike dans "Princess Madam", un Godfrey Ho de 1990
avec les gweilos Pierre Tremblay et John Ladalski.

Tout était en anglais. En tant qu'acteur principal, j'avais jusqu'à trente répliques (ce qui est beaucoup) et pas mal de temps à l'écran.

Par ailleurs, parlez-vous cantonais ?


Nom de Code Ninja

Juste quelques mots ; je ne m'y suis jamais intéressé. En fait, pas mal d'étrangers n'apprennent pas le cantonais, principalement parce qu'ils n'en aiment pas la sonorité. Ce n'est pas grave, parce que vous pouvez tout à fait vous débrouiller à Hong Kong si vous parlez anglais.

Comment étaient les producteurs Joseph Lai et sa femme Betty Chan, si tant est que vous les ayiez jamais rencontrés ? M. Lai était-il parfois présent pour superviser le tournage ou Godfrey Ho était-il le seul metteur en scène ?

Je n'ai jamais rencontré Betty Chan. J'ai rencontré une fois Joseph Lai ; je lui ai juste serré la main et c'est tout. Il ne venait jamais sur le plateau. Godfrey Ho était toujours là, tout le temps, et s'occupait de tout. Il travaillait très dur. Quand Godfrey ne réalisait pas, c'était Phillip Ko qui s'y collait. Phillip était un acteur (il jouait dans "Fatal Termination"), et il était souvent présent. Godfrey Ho et Phillip Ko, ainsi que leurs équipes, étaient supers sur le boulot.

Vous dites avoir fait un film avec T(h)omas Tang, mais nos informations actuelles ne nous permettent pas de savoir si Mr Tang était une personne réelle ou bien uniquement un pseudonyme collectif utilisé par plusieurs réalisateurs de IFD / Filmark, notamment Godfrey Ho. Bizarrement, "Tomas Tang" est censé avoir péri dans l'incendie du building où IFD et Filmark avaient leurs bureaux...

Tomas Tang existait vraiment, je l'ai rencontré ! J'ai fait un film pour sa boîte, Filmark. Il cherchait désespérément des acteurs, mais je travaillais déjà pour IFD, et la politique était "Si tu travailles pour IFD, tu ne travailles pas pour Filmark", et vice-versa. En fait, il m'ont demandé de ne faire qu'un film avec lui et c'est pour ça que je n'en ai fait qu'un avec Tomas Tang et Filmark. A l'époque où j'ai travaillé avec lui, il devait avoir 35-40 ans. Je m'en souviens comme de quelqu'un de tranquille et d'assez agréable. Je ne sais pas s'il est mort dans l'incendie du Garley Building.

Bruce Baron nous a aussi dit "Les Triades étaient profondément infiltrées dans l'industrie du cinéma de HK" et que sur les films IFD, "Leurs équipes étaient composées des pires racailles avec lesquelles [il ait] jamais eu le malheur de travailler, avec pas mal de petites frappes des Triades qui utilisaient leurs boulots de techniciens comme couverture." Avez-vous quelque information sur les liens entre des sociétés comme IFD et Filmark et la pègre de Hong Kong ?


Mike Abbott dans "Thunder Ninja Kids: Golden Adventure" (1990),
que Godfrey Ho réalise sous le pseudo de "Charles Lee".

Oui, je pense que c'est vrai. Je ne pourrais pas vous en dire davantage, mais ils avaient sans aucun doute des liens étroits avec les Triades.


Page précédente - - Page suivante

- Page 1 -- Page 2 -- Page 3 -- Page 4 -
Retour vers les interviews