Accueil > Chroniques > Nanars épiques > Heroic-fantasy > Gor

Gor

  • Titre original : Gor
  • Titres alternatifs : John Norman's Gor
  • Réalisateur : Fritz Kiersch
  • Année : 1988
  • Pays : Etats-Unis
  • Genre : Barbare au rhum (Catégorie : Heroic-fantasy)
  • Durée : 1h34
  • Acteurs principaux : Urbano Barberini, Oliver Reed, Rebecca Ferratti, Paul L. Smith, Larry Taylor, Donna Denton, Jack Palance, Arnold Vosloo, Nigel Chipps
  • Producteur : Menahem Golan
Note :
2
Nikita
Nikita

Chronique





Et maintenant, pour nous détendre, un peu d’heroic-fantasy à deux balles. Connaissez-vous la série de romans « Gor », par John Norman (Les Prêtres-rois de Gor, Les Nomades de Gor, Les Pirates de Gor… 26 romans au total) ? Entamée en 1966 par un respectable universitaire américain, cette vingt-sixologie narre les aventures de Tarl Cabot, universitaire américain (tiens) des plus ordinaires, qui se trouve projeté par la grâce d’une bague magique sur la planète Gor, dont il deviendra le héros en vivant des aventures épiques pleines d’affrontements avec diverses créatures, de duels à l’épée et de copulations à testicouilles rabattues.







Hé oui, car la série des Gor, ce n’est pas qu’un vil plagiat de cycle du « Guerrier de Mars » d’Edgar Rice Burroughs : c’est un plagiat avec du cul et de l’idéologie. John Norman souhaitait en effet s’opposer à l’idéologie féministe en vogue aux Etats-Unis et prôner le machisme le plus décomplexé, en nous expliquant que, suivant la loi naturelle, les femmes ont pour principal objet d’être soumises à des barbares débordants de testostérone.







Cet aspect politiquement couillu de la saga Gor est malheureusement absent de l’adaptation cinématographique produite dans les années 1980 par la Cannon. C’est fort dommage, car nos deux compères Menahem Golan et Yoram Globus n’avaient pas fait les choses à moitié. L’ajout d’une dimension aussi fortement sexuée à un univers déjà plombé par la plus remarquable ringardise n’aurait pu que nous propulser au nirvana humide du nanar de nos rêves. Malheureusement, les deux Israéliens ventripotents ont voulu la jouer « film familial » et le premier « Gor » n’est que kitsch là où il aurait pu être grandiose. On se consolera en constatant qu’il y en a déjà pas mal sous la semelle.







Au début du film, Tarl Cabot n’est qu’un jeune universitaire lunettu et légèrement empoté, persuadé de l’existence de mondes parallèles. Non content d’être la risée des étudiants, voilà que sa copine laisse ignominieusement tomber la veille de leur départ en vacances, pour s’en aller au bras d’un gros macho bourré à la bière (et incarné par Arnold Vosloo, future « Momie » de Stephen Sommers, mais cela n’a rien à voir). Ajoutons au passage que, pour une raison mystérieuse, tenant sans doute à l’implantation de Cannon au pays de Dante et de la Cicciolina, Tarl Cabot est interprété par l’acteur italien Urbano Barberini, vu dans « Démons » de Lamberto Bava. Fort déprimé par son échec amoureux, notre héros s’en va tout seul vers des vacances empreintes de solitude et de pignole quand une mystérieuse bague, héritée de son père, se met soudain à palpiter. Ni une ni deux, voilà Tarl Cabot propulsé à l’autre bout de l’univers, sur la planète Gor, où règnent encore les âges barbares et la loi de l’épée.









Tarl va évidemment jouer de malchance et tomber au beau milieu d’un conflit, les peuples pacifiques étant en butte à la persécution de l’infâme tyran Sarm, dont la principale activité consiste à rigoler comme un gros lourd, assis sur son cheval, tandis que ses hommes tuent, pillent et violent. Sarm est interprété par un Oliver Reed au fond du trou qui cabotine gentiment en buvant jusqu’à la lie son calice de « has-been de service ».









Voilà en outre que les hommes de Sarm ont dérobé à la tribu des gentils une pierre sacrée ressemblant étrangement à une sculpture en malabar mâché. Sans même le faire exprès, Tarl sauve la princesse Talena, fille du bon roi Marlenus, et tue d’une pichenette le fils de Sarm. Nous apprenons au passage qu’un homme n’ayant jamais combattu de sa vie est capable de tuer un guerrier aguerri en le faisant tomber de son cheval d’un gentil coup d’épaule même pas agressif. Tarl Cabot est décidément super fort.







Un magnifique défilé de casques tous moins fonctionnels les uns que les autres.




Se retrouvant obligé de fuir la vengeance de Sarm tout en protégeant Talena, Tarl Cabot va bien entendu devenir un warrior aguerri et, aidé d’un sidekick nain ramassé au passage, mettre une pâtée monstrueuse à cette raclure de Sarm, et à tous les nombreux méchants qu’il rencontrera sur cette planète malfamée.





« Bonjour, c’est moi le quota sidekick comique du film ! »







Paul L. Smith (alias le maton dans « Midnight Express » et Brutus dans « Popeye ») en méchant des cavernes.




Sans révolutionner l’héroic-fantasy ni la science-fiction, et tout en restant pour des raisons de budget très inférieur au délire potentiel de la série, « Gor » constitue un spectacle des plus agréables, enchaînant des combats ridiculement mal chorégraphiés, une tonne de clichés tous plus goûtus les uns que les autres et des péripéties même pas dignes de « Ator », le tout dans un univers du plus beau carton-pâte. Pour ne rien gâcher, et sans doute pour consoler les fans tristes du manque de sexe, on nous offre un superbe combat de catch lesbien dans une grotte. Le mannequin Rebecca Ferratti (Talena) exhibe de surcroît une superbe paire de seins qui, bien que jamais montrés explicitement, se laissent plus que deviner, pour le plus grand plaisir des amateurs.











« Hé le nain, t’arrête de mater, oui ? »




On pourra cependant reprocher au film d’être un peu court, et de lésiner sur le spectaculaire de certaines situations. On reste quand même en-deça du n’importe quoi potentiel, et le film demeure un petit peu sage. Ce n’est que partie remise, car l’apparition finale de Jack Palance en grand prêtre puant la fourberie à cent mètres, nous annonce déjà le prochain film : ce sera « Les Bannis de Gor », déjà beaucoup plus costaud sur l’échelle du nanar, et dont la vision est proprement indispensable à qui aurait apprécié le premier !





Nikita
Nikita

Gor
PUB

Les notes des membres

Moyenne : 2
avatar de Kobal Kobal : 2.5
avatar de Nikita Nikita : 2
avatar de Rico Rico : 1.5

Cote de rareté

Un film non encore récupéré par les éditeurs DVD, au désespoir de tous les fans d’héroic-fantasy nulle. On se consolera pour l’instant avec les vieilles VHS de chez Warner, Cannon ou Stella Vidéo.



Cote de rareté : 5/Pièce de collection Consulter le barème de notation