Accueil > Chroniques > Comédies nanardes > Comédies pouet-pouet > Ma femme... s'appelle Maurice

Ma femme... s'appelle Maurice

  • Titre original : Ma femme... s'appelle Maurice
  • Réalisateur : Jean-Marie Poiré
  • Année : 2002
  • Pays : France
  • Genre : Sabordage artistique (Catégorie : Comédies pouet-pouet)
  • Durée : 1h42
  • Acteurs principaux : Alice Evans, Régis Laspalès, Philippe Chevallier, Götz Otto, Anémone, Martin Lamotte, Guy Marchand, Virginie Lemoine, Jean-Pierre Castaldi, Sylvie Joly, Raphaël Mezrahi, Stéphane Audran
Note :
1.5
Drexl
Drexl

Chronique





Note de Nanarland : En raison du caractère absolument honteux de la plupart des photos illustrant cette chronique, l'équipe chargée de les légender préfère se mettre en grève et laisser le lecteur seul juge des scandaleux errements de Mr Jean Marie Poiré, d'autant qu'elle ne tient pas à charger excessivement des comédiens pour lesquels elle peut avoir sinon de la sympathie (Anémone, Martin Lamotte, si vraiment vous avez besoin de payer vos impôts, lisez au moins les scénars qu'on vous envoie avant de signer !) tout le moins de la pitié (Götz Otto, t'étais très bien dans « Demain ne Meurt Jamais », mais franchement vire ton agent parce qu'entre « Beowulf », « Gunblast Vodka » et ça, là c'est plus possible !).














Jean-Marie Poiré (ou Gaubert, son pseudo utilisé pour la sortie des Visiteurs en Amérique) est en train de devenir le mètre-étalon du nanar à la française. On le pressentait avec les deux suites des Visiteurs, et surtout Les anges gardiens, incroyable vaudeville lourdingue filmé à la John Woo. En adaptant le gros succès du théâtre de boulevard de ces dernières années, porté sur les frêles épaules de l'improbable duo Chevalier-Laspalès, Poiré se doute forcément qu'il va commettre l'irréparable, explorant les limites du jusqu'où peut-on aller trop loin de façon irréversible.









Résumons. Georges est un loser à la petite semaine, vivant aux crochets de sa richissime épouse, qui rentre d'un infructueux week-end avec sa sculpturale mais nerveuse maîtresse. A Paris, c'est la débandade : pour faire face à ses dettes, Georges doit revendre l'appartement conjugal. C'est le moment que choisissent pour débarquer 1) sa maîtresse, armée d'une tronçonneuse 2) Johnny, le mari bafoué d'origine allemande 3) monsieur et madame Trouaballe, couple d'acheteurs potentiels 4) et enfin Maurice Lappin ("avec deux P"), représentant au porte à porte du Secours Fraternel, qui va tirer Georges de la panade en se faisant passer pour son acariâtre épouse, avant de l'enfoncer dans l'enfer du quiproquo en série.









Ma Femme..., on l'a compris, c'est le condensé sans concessions aucune de tout le théâtre de boulevard français, avec amant dans le placard, situations improbables soutenues par un mauvais goût certain pour le jeu de mots pas terrible.









Jean-Marie Poiré filme les tribulations de Laspalès (absolument incroyable, surtout quand il se met à beugler, travesti en Virginie Lemoine "Bewaaare, bewaaaaaaaaare la mouche", attention réplique culte) et Chevalier (qui se borne à jouer à la Charlton Heston) dans son style caractéristique de ses dernières œuvres : usage forcené du très gros plan (vous saurez tout sur l'intérieur des narines de Laspalès), montage cut parfois à la limite du compréhensible, enchaînant les raccords hasardeux lors de la multiplication des personnages (en gros, dès qu'il y a plus de trois personnes dans le champ, c'est l'anarchie visuelle la plus totale).









Le plus hallucinant étant le nombre incroyable de featurings "prestigieux", apparaissant le temps d'une réplique : en vrac, Danièle Evenou en boulangère gênée, Julie Arnold en commerçante dégoûtée, Jean-Pierre Castaldi en patron de garage Audi, Benjamin Castaldi en employé facétieux du même garage, Sylvie Joly en passante féministe, j'en passe et des pires.









Disons pour conclure que Jean-Marie Poiré, avec ce film, vient de mettre la barre très haute. Il imprime durablement dans la rétine certaines images qui n'auraient jamais dû être tournées par un être vivant (dont cette séquence bucolique où Laspalès s'imagine tournant sur lui-même dans un champ, vêtu de différentes robes de bergères), repousse les limites de l'humainement montrable, joignant une scène de shopping (où Chevalier-Laspalès choisissent la robe de ce dernier dans un magasin) au dernier tube de Kylie Minogue, qui n'en demandait sûrement pas tant. Plus qu'un film, Jean-Marie Poiré livre un cri à la face du monde, clamant haut et fort qu'il n'en a plus rien à foutre. A s'enfiler après « Chômeurs en folie » pour mesurer l'extrême avancée du cinéma comique français en 20 ans...











Drexl
Drexl

Ma femme... s'appelle Maurice
PUB

Les notes des membres

Moyenne : 1.56
avatar de Drexl Drexl : 1.5
avatar de Kobal Kobal : 0.25
avatar de MrKlaus MrKlaus : 2
avatar de Rico Rico : 2.5

Cote de rareté

Vous vous en doutez bien, le DVD est sorti en double collector avec moult making of, bêtisier (c'est bien qu'ils le précisent, on pourrait confondre avec le film lui-même) et bandes-annonces diverses dont celle de "Les Gaous" portant encore son premier titre de travail de "Jeunes, beaux... mais détraqués".
Cote de rareté : 1/Courant Consulter le barème de notation