Recherche...

The Double-D Avenger


The Double-D Avenger

Titre original : The Double-D Avenger

Titre(s) alternatif(s) :Aucun

Réalisateur(s) :William Winckler

Année : 2001

Nationalité : Etats-Unis

Durée : 1h15

Genre : Comédie mammaire

Acteurs principaux :Kitten Natividad, Haji, Raven De La Croix

Labroche
NOTE
0/ 5


Attention, film débile ! Oeuvre de William Winckler, un producteur indépendant américain, The Double-D Avenger est un pur nanar volontaire. Tourné avec trois francs six sous, le film n’en procure pas moins un plaisir indéniable. C’est en fait une sorte de « Captain Orgazmo » à la sauce Troma, en plus cheap ! Il y a cependant bien une histoire. L’héroïne, nommée Chastity Knott (« ceinture de chasteté »), est une vieille barmaid qui se sent malade. Elle va donc voir un docteur qui lui apprend qu’elle souffre d’un cancer du sein. Comme elle est prête à tout pour se soigner, le médecin lui indique une cure quelque peu originale : en Amérique du Sud pousserait une plante aux vertus thérapeutiques ahurissantes, dont une simple succion éradiquerait définitivement la maladie.

 


Un hommage aux films de jungle.


Ce que le médecin ignore, c’est qu’elle donne en plus à qui l’utilise des supers pouvoirs, et notamment une force surhumaine ! Parallèlement, un concurrent, le patron d’une boîte de strip-tease du nom de Al Purplewood, décide de supprimer Chastity, car cette dernière lui vole sa clientèle. Il enverra donc ses trois danseuses en « service commandé ».

 


Oogah Booby... (Dialogue authentique)


Chastity, voyant que la police ne lui est d’aucun secours, décidera de faire justice elle-même et inventera le personnage de « Double-D Avenger », une super héroïne masquée qui règle ses comptes à coups de mamelons bonnet D !

 


C’est à ce point que le film se révèle ahurissant. S’il est des plus cheap au niveau réalisation, William Winckler a su réunir un casting génial car hautement improbable. Il a en effet réussi à faire jouer dans un même film les actrices mythiques des films de Russ Meyer, légendes vivantes aux poitrines démesurées (rappelons que le tour de poitrine était le seul critère des castings du grand Russ). On peut aussi voir une scène avec Forrest J. Ackerman, un homme aux multiples facettes, légende du monde de la S-F, et acteur culte pour beaucoup (il n’y a qu’à jeter un oeil à sa filmographie hallucinante).

 


Quel plaisir alors de voir Kitten Natividad (qui nous avait ravi dans le rôle de Lavonia, dans Ultra Vixens) dialoguer avec Raven De la Croix, star de Mega Vixens. Concernant les gags, c’est très inégal, disons que l’équipe ne s’est pas privée. Toutes les scènes en comportent beaucoup, et ça va de gras à très gras. A Nanarland, on aime évidemment beaucoup les rochers en carton, les fausses moustaches, les déguisements moisis et les trampolines. De ce point de vue le film est pour le moins fourni et peut par moments évoquer la parodie de « Bioman » par Les Inconnus. Les scènes dans lesquelles Chastity, déguisée, poursuit une voiture, le tout passé en accéléré, sont très efficaces. On peut aussi la voir jeter un énorme faux caillou et faire des sauts périlleux absolument pas crédibles. Beaucoup de scènes sont illustrées avec des bruitages ineptes dans la grande lignée des Vixens de Russ Meyer. Un bémol tient au jeu de certains acteurs qui en font volontairement trop, alors que l’on aurait préféré qu’ils essayent de nous faire croire qu’ils y croient (un peu compliqué comme phrase, mais c’est bien ce que je voulais dire). Cependant il est clair que tout le monde y met du coeur et s’amuse gaiement. Personne ne se prend au sérieux et c’est souvent communicatif.

 


En faire trop ?


Nous conseillerons donc ce film, qui reste quand même assez pointu. Il faut savoir à quoi l’on s’attend, mais si l’humour débile et les effets spéciaux cheap vous font rire, n’hésitez pas. Le film est disponible en DVD. Il n’offre quasiment pas de bonus, mais ce n’est pas vraiment ce qu’on lui demande. On trouvera cependant une sympathique galerie de photos, le trailer original et un commentaire audio du réalisateur.

 


Gare au coup spécial de Chastity !


Nous pouvons malheureusement regretter que le film n’offre pas une version sous-titrée en anglais (ce qui a depuis été rectifié par la sortie d'un DVD français chez "One plus One") car nous ne pouvons pas prétendre avoir compris tout les jeux de mots, qui abondent littéralement. Il ne reste plus qu’à tendre l’oreille et à se délecter des gags visuels. On ne peut qu’encourager de tels projets complètement à l’écart des lois de l’industrie cinématographique (William Winckler produit, réalise et distribue Double-D Avenger par le biais de sa société William Winckler production).

Après avoir caressé l'idée d'un deuxième volet des aventures de sa super héroïne. Winkler s'est tourné vers la distribution et le doublage de séries et animés japonais aux States. Ce qui peut peut-être expliquer pourquoi le film a eu le droit à une sortie là bas avec même une poupée son effigie.

- Labroche -
Moyenne : 1.00 / 5
Labroche
NOTE
0/ 5
Mayonne
NOTE
1/ 5
Rico
NOTE
1/ 5
John Nada
NOTE
2/ 5
Wallflowers
NOTE
B.F./ 5

Cote de rareté - 2/ Trouvable

Barème de notation

"One plus One" a tenté d'importer en France la mode du film campy à gros nichons dans sa collection "Bimbo Star". Si commercialement ça n'a pas été une grande réussite, cela nous permet de retrouver ce film seul ou en pack avec "L'attaque de la Pin-up géante", une autre pantalonnade du même acabit signée Fred Olen Ray.

Pour le plaisir, rajoutons aussi que le film a eu le droit à une belle affiche japonaise.