Recherche...

Sauvetage Explosif


Sauvetage Explosif

Titre original :Simon Sez

Titre(s) alternatif(s) :Aucun

Réalisateur(s) :Kevin Elders

Année : 1999

Nationalité : Allemagne / Belgique / Etats-Unis

Durée : 1h25

Genre : Naufrage explosif

Acteurs principaux :Dennis Rodman, Natalia Cigliuti, Dane Cook, Filip Nikolic (crédité ''Filip Nikolitch'')

Labroche
NOTE
4/ 5

                                                        Soyons clairs, ce film n'a qu'un seul visuel promo et s'y tient pour toutes ses affiches et jaquettes


Voilà un film que l'on peut qualifier de nanar de référence : dans la catégorie action pure, on aura rarement vu mieux. Les différentes scènes s'enchaînent à toute vitesse sans que jamais la subtilité ne vienne entraver quoi que ce soit, puisqu'elle est totalement absente de ce que l'on appellera du bout des lèvres "film".


Simon Sez incarne la classe et l'élégance dans ce petit ensemble jaune.


L'action se passe dans la belle ville de Nice. Dès lors on est en proie à de sérieux doutes : a t-on bien loué un nanar, n'est-ce pas un navet comme le sinistre "Ronin" qui lui aussi se déroule dans cette même ville ? Que nenni !


Simon qui joue à la pétanque comme au bowling.

Des cascades inutiles sur fond de Côte d'Azur.


J'oserai même dire que "Sauvetage explosif" est à Ronin ce que le yin est au yang : son opposé positif... Car leurs points communs ne s'arrêtent pas à la seule ville de Nice. Outre de ridicules poursuites en voiture et de vilaines cascades, ces deux films comptent aussi la présence d'illustres acteurs français, j'ai nommé : Jean Réno pour "Ronin" et Filip Nikolic pour "Sauvetage explosif" ! Qui est ce Filip, vous demanderez-vous peut-être ? Réfléchissez... Seulement deux chiffres et une lettre vont suffire à indiquer l'ampleur du désastre : 2B3 ! Si si, Filip est bien le chanteur des 2B3 ! Délaissons dès lors la bouse "Ronin" pour ne plus parler que de "Sauvetage explosif".
Un cas d'enfer :
1) Les 2 moines lourdingues :


2) Filip !!! (sans rire, peut-être le meilleur acteur du film...)


3) THE méchant qui cabotine comme si sa vie en dépendait :



3) Nick Miranda (Dane Cook), le personnage le plus pathétique du siècle :



Le film se passe donc à Nice. Il met en scène l'ancien basketteur Denis Rodman dans le rôle de Simon SEZ ("Jacques Adit"), un agent secret surpuissant qui, au fil d'une enquête sans queue ni tête pour retrouver une fille kidnappée, finira par sauver la planète d'un fou furieux qui voulait la faire sauter en commençant par la tour-Eiffel. Alléchant, non ?


Des programmes informatiques nanars.


Au niveau de la réalisation, on peut dire que ce film chatouille la grâce ultime : toutes les scènes, sans exception, contiennent au moins un passage hallucinant. On aura particulièrement apprécié ces quelques morceaux choisis : la voiture qui vole (sûrement une référence à Fantômas), la scène de sexe au stroboscope (!), la moto qui fait un tour complet sur les parois internes d'un tunnel (!), ainsi que toutes les scènes de bagarres et de cascades truffées de raccords hasardeux.


Une DS jamesbondienne.


Côté interprétation, les acteurs sont au sommet, les spectateurs français pouvant en outre se délecter de la présence dans le casting d'un sosie de Philippe Vandel (ce qui est toujours rigolo...) ainsi que d'un doublage pathétique qui sauve du marasme les scènes prétendues comiques des moines (vous comprendrez en voyant la chose).


Un caméo du réal Kevin Elders (avec de faux airs de Steven Seagal).

La scène de cul au stroboscope.

Des sbires enfarinés.

D'autres sbires sacrément moustachus.

Des effets spéciaux en mousse.


En conclusion, Sauvetage explosif nous offre la totale : un film au scénario éculé, des acteurs mauvais et mal doublés, le tout rythmé par des scènes d'action pitoyables (donc jouissives). On ne peut s'empêcher de penser tout du long "mais c'est pas possible, c'est fait exprès ?"... Pas de doute, on a bien affaire à un nanar vrai de vrai.


Simon qui fait caca sur un poteau.

Le gros moine qui fait du kung-fu.

Un coup de coude hyper crédible.


Concluons sobrement en citant la phrase d'accroche de l'affiche originale : "It's not the end til' SIMON SEZ"...


Explosion de maquette + incrustation à la Beowulf.



- Labroche -
Moyenne : 3.36 / 5
Labroche
NOTE
4/ 5
Mayonne
NOTE
3.5/ 5
TantePony
NOTE
3/ 5
John Nada
NOTE
3/ 5
Rico
NOTE
3.5/ 5
Nikita
NOTE
3/ 5
MrKlaus
NOTE
3/ 5
Kobal
NOTE
3.25/ 5
Drexl
NOTE
4/ 5

Cote de rareté - 2/ Trouvable

Barème de notation

Pas de blu-ray mais le DVD de chez "Gaumont Columbia Tristar" se trouve encore en ligne mais commence à se faire rare. Il n'y a hélas guère de bonus à attendre d'une édition clean mais assez minimale. On aurait quand même bien aimé avoir un making-of de ce truc...