Recherche...
Le glossaire du Pr. Ryback

Y comme …


Squeele

1. infographie : cas d'école d'infographie nanarde et de mauvaise jaquette, se rencontre quand un graphiste stagiaire superpose la phrase "des cascades à vous couper le souffle" avec un dessin de la même couleur que celle utilisée pour la police du titre et de l'accroche.



L'objet du délit : "Stargrove et Danja, agents exécutifs", un film de drag-queen avec Gene Simmons, le bassiste de Kiss.



L'accroche : nanardeur, gare à ton squeele !



2. biologie : nom masculin, partie du corps de chaque nanardeur et nanardeuse. Ablation possible et courante, le squeele pouvant être coupé et se régénérer à plusieurs reprises. ex : "cet update de Nanarland m'a coupé le squeele". Partie par ailleurs extrêmement sensible ; ex : "ah, si tu sors pas immédiatement, je te botte le squeele !". Se couper le squeele : s'automutiler le squeele dans un excès d'enthousiasme ; ex : "si je trouve l'adresse email de Stuart Smith je me coupe le squeele !". Puer du squeele : présenter un intérêt médiocre ; ex : "ce film est un véritable navet qui pue du squeele".



Dans « L'Enfer de la violence », Charles Bronson s'occupe du squeele de Miguel Angel Fuentes (inoubliable Vadino dans « L'Homme Puma »).



Un percutage de squeele bête et méchant tiré du film « Les Aventuriers de l'univers perdu ».



Peu à peu, le terme "squeele" sort de son ghetto nanarlandais et pénètre notamment l'univers de la bande-dessinée, grâce à Florent Maudoux qui montre la voie avec son épopée "Freaks' Squeele". Un bel exemple de prosélytisme culturel vraiment utile. Prochaine étape : une définition dans le Larousse.