Recherche...
Le glossaire du Pr. Ryback

Y comme …


Bruitage nanar

Bruitage étrange et ridicule. Ils sont parfois volontaires, comme dans les comédies (ex : Brazilian Star Wars, les sexy comédies italiennes ou les comédies made in Hong Kong, avec leurs synthés pouet-pouet et leurs gimmicks sonores qui viennent systématiquement appuyer les gags les plus navrants). Mais leur ringardise peut aussi être parfaitement involontaire, dans les films de science-fiction des années 50 et 60, ou les post-nukes italiens des années 80 notamment (armes à rayons laser qui font pioupiou, ordinateurs et autre consoles de commande pleines de loupiotes qui font des bidoubidip à n’en plus finir, etc.).

Un bruitage correct peut aussi gagner le qualificatif de nanar quand il est utilisé à tort et à travers (un crissement de pneus passé en boucle pendant toute une course-poursuite, même quand la voiture roule tout droit à 20 km/heure), quand il est utilisé mal à propos (un bruit de verre brisé utilisé plusieurs fois de suite pour bruiter un accident de voiture dans Le Clandestin), ou qu'il est en décalage complet avec l'action qu'il est censé illustrer (un bruit de coup de poing qui accompagne une tape sur l'épaule). Certains films font un usage extrêmement répétitif des mêmes bruitages (comme les productions du réalisateur turc Çetin İnanç, ou certains films de kung-fu qui utilisent pour tous les combats un bruit de coup de pied et un bruit de coup de poing) cette répétition mettant en exergue la pauvreté de leurs moyens.