Recherche...
Le glossaire du Pr. Ryback

Y comme …


Ordinateur nanar

Ou : Informatique nanarde.

Les avatars de l'ordinateur nanar :

1. Boîte en carton peinte en gris, sur laquelle figurent quelques boutons, deux vieux enrouleurs de bobines de caméra 16 mm et un écran de télévision des années 50 sur lequel apparaît parfois des chiffres, le tout dans une pièce à peu près vide, à l'exception d'un ingénieur en blouse blanche tournant l'un ou l'autre bouton. Pour être nanar, il ne suffit pas d'être, il faut également paraître, et pour cette raison l'ordinateur nanar sert à organiser le plan de domination de la planète par le méchant, à préparer le lancement du missile, et à communiquer avec toutes les bases du méchant à travers le monde, lequel méchant semble nettement plus riche que le producteur du film. Ce type d'ordinateur fut très répandu dans les films d'espionnage italiens des années 60, lorsque ce genre était à la mode. La spectacularisation cinématographique du programme spatial américain et le développement de la micro-informatique a réduit ce modèle à néant.



Attention ! Quand un ordinateur nanar (modèle clignotant) muni d'un ventilo provoque un défilé de boules rouges à l'écran, il peut s'ensuivre un stock-shot de champignon atomique provoquant la post-apocalypse. Cela peut être très grave car ensuite les gens sont obligés de s'habiller en drag-queen dans des carrières et de se battre à mort pour avoir de l'essence à mettre dans leurs voitures tunées.

2. De nos jours, l'ordinateur nanar est un portable manipulé par un jeune hacker fou d'informatique. Totalement dépourvu de souris (l'utilisateur pianote dessus à une vitesse affolante même pour ouvrir Internet Explorer), il est en outre muni d'une banque sonore inédite sur Windows, qui permet d'émettre de gros "bips" à chaque ouverture de fenêtre. Notons que son utilisateur est également un grand myope (vu ses lunettes...) car quel que soit le logiciel utilisé, il éprouve le besoin d'afficher les caractères en police 72 Gras.

L'ordinateur nanar moderne permet en outre de nombreuses applications inédites : le chatting via le logiciel Word, la récupération de fichiers militaires américains Top Secret en quelques minutes de pianotage effrené, la navigation entre les dossiers dans un style Powerpoint... Mais il ne serait rien sans la grande sagacité nanarde de son utilisateur qu'aucun mot de passe ne rebute: il parvient toujours à deviner celui-ci grâce à la vie privée de l'imprudent qui néglige la sécurité de son PC.



Aujourd'hui, grâce à la puissance des micro-processeurs Eurociné (et un peu avec l'aide de Chuck Connors) les ordinateurs nanars peuvent faire parler les muets. (extrait de Maniac Killer )

Les menaces de l'informatique nanarde :

Au-delà du look et des performances des ordinateurs, l'informatique donne lieu à des scénarios réjouissants comme celui d'"Alerte médicale" (Fatal Error), où un informaticien fou introduit dans des boîtiers de transmission télévisée un virus informatique se transmettant à l'homme via la rétine : les téléspectateurs ainsi frappés croulent en poussière. Le virus tue ainsi les gens qui mettent sa vie en danger : quiconque zappe sur une chaîne non transmise par le boîtier sera occis par le virus. Pour se défendre, le virus mute et devient organique en se transmettant électriquement aux gens via les claviers des PC. Moralité : méfiez-vous de votre freebox !



Ceci dit, il y a plus grave, car le monde de la réalité virtuelle génère parfois des craignos monsters qui ont trop vu "Matrix", propres à faire passer Freddy Krueger pour un gentil farceur.



Le grand méchant virtuel de "Horrorvision".



Ajoutons à cela que les virus sont capables de s'auto-générer sans être programmés et de partir à la conquête du monde : vous comprendrez sans peine que l'informatique et l'internet, c'est le mal. D'ailleurs, qu'est-ce que vous faites ici ? Eteignez votre ordinateur, vite !