Recherche...
Le glossaire du Pr. Ryback

Y comme …


Chat

Mammifère de la famille des félidés. Accessoire indispensable du film d'horreur.

Il fait nuit, le danger rôde. La peur au ventre, le personnage s'avance dans la pénombre une arme à la main, défense dérisoire contre la menace oppressante cachée dans les ténèbres. Soudain, un grand bruit retentit, faisant sursauter l'assistance (effet appelé jump scare), immédiatement suivi d'un Meow tandis qu'une ombre furtive file se cacher. Ouf ! Ce n'était qu'un chat ! Le héros se détend un instant, riant de sa propre terreur. C'est généralement ce moment-là que l'alien ou le serial killer choisit pour frapper.

Ce procédé qui consiste dans un film à faire monter la tension puis à faire soudainement sursauter le spectateur s'appelle un jump scare. Les jump scares impliquant des chats sont si nombreux qu'ils portent eux aussi un nom : cat scare.

 Vous pouvez en voir un florilège dans l'épisode N°88 de Escale à Nanarland.


Cette scène est un passage incontournable de tout film de suspense qui se respecte, tellement même que le procédé finit par être usé jusqu'à la corde, et l'élément déclencheur de frousse est à chaque fois un matou apeuré. Il n'y a pas de raison logique, pas de justification rationnelle et très peu d'exceptions. C'est comme ça, point.




Le chat ne se cantonne toutefois pas toujours à un rôle de figuration dans les films d'horreur. Nanarland compte d'ailleurs plusieurs spécimens réjouissants de films à base de chats tueurs, voire mangeurs d'hommes.