Recherche...
Le glossaire du Pr. Ryback

Y comme …


B (série)

Le terme "série B" désignait originellement la partie la moins noble d'un "double programme". Distributeurs et exploitants américains avaient en effet pour habitude de proposer les films par "packs de deux" : un film de prestige, à budget important, avec des acteurs connus et un film à budget plus réduit, relevant généralement du cinéma de genre (westerns, films d'horreur, etc.) Le système permettait de proposer à moindre frais une soirée avec "deux grands films". Certaines compagnies se spécialisèrent ainsi dans la production de films "bouche-trous".



Selon certains historiens du cinéma, le terme a une double origine, qui ne tenait pas uniquement à la qualité des films : à Hollywood, la plupart des studios où étaient tournés les films de seconde zone étaient tout simplement situés dans la partie "B" du cadastre de la ville.



Si la notion de double programme n'est plus implicite dans la définition de la série B, le terme continue de désigner un film à budget relativement réduit : film d'action, d'épouvante, d'aventure... La série B peut être aussi bien distribuée en salles que directement en vidéo, ce dernier sort ayant été celui de la majorité des séries B à partir des années 1990. Les films de série B ne sont pas nécessairement mauvais et peuvent à l'occasion constituer de bonnes surprises et des spectacles distrayants, mais le terme demeure quelque peu péjoratif.







Voir également : Bis, Direct-to-video, Z (série), Film d'exploitation, Quickie.